Mais à quoi ressemblait la vie des enfants Néandertaliens ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Des visiteurs observent la représentation d'un homme de Néandertal, le 19 juillet 2004 au musée national de la Préhistoire des Eyzies-de-Tayac.
Des visiteurs observent la représentation d'un homme de Néandertal, le 19 juillet 2004 au musée national de la Préhistoire des Eyzies-de-Tayac.
©PATRICK BERNARD / AFP

Mistral gagnant

Mais à quoi ressemblait la vie des enfants Néandertaliens ?

Les découvertes faites récemment sur la plage de la Castilla dans le sud-ouest de l’Espagne lèvent un coin du voile.

Jérémy Duveau

Jérémy Duveau

Jérémy Duveau est docteur en paléoanthropologie. Ses recherches portent sur la paléobiologie et les modes locomoteurs des hominines, et en particulier des Néandertaliens. Elles se basent sur l’étude de restes osseux ou d’empreintes de pieds, à partir notamment d’analyses morphométriques de modèles 3D. 

Voir la bio »

Atlantico : Vous avez mis au jour des empreintes de pas sur la côte ibérique dont l’attribution probable est à l’homme de Neandertal. Quels sont les éléments majeurs de votre découverte ?

Jérémy Duveau : Bien que j’ai participé à l’étude des empreintes récemment découvertes sur le site de Matalascañas dans le sud-ouest de l’Espagne, je n’étais pas impliqué directement dans leur découverte. Cette découverte est à mettre aux crédits de deux biologistes : Dolores Cobo García et Ana Mateos Morillo qui ont découvert le site en juin 2020 ainsi qu’à l’équipe du professeur Eduardo Mayoral de l'Université de Huelva dirigeant l’étude sur ces empreintes.

L’un des éléments majeurs de cette découverte correspond à la nature même du matériel : des empreintes de pieds qui sont des vestiges relativement rares au sein du registre fossile, surtout quand on les compare au nombre plus important de sites ayant livré des restes squelettiques ou des artéfacts archéologiques. Cette rareté est encore plus flagrante chez les Néandertaliens puisque seuls 5 sites avaient livré des empreintes néandertaliennes avant la découverte de ces empreintes espagnoles.

Par ailleurs, ces empreintes représentent une échelle temporelle particulière par rapport à ces restes squelettiques et ces artéfacts archéologiques. En effet, les empreintes reflètent des moments de vie qui permettent d’ouvrir une fenêtre sur la composition des groupes et sur leur comportement sur de très brèves périodes. A titre de comparaison, il est plus difficile de connaître la période d’accumulation des restes squelettiques et des artéfacts archéologiques.

À Lire Aussi

Tous égaux et libres à la préhistoire ? Un mythe construit sur l'étude anthropologique à laquelle tout le monde a eu envie de croire depuis 50 ans

Grâce à l’étude des empreintes les mieux conservées de ce site espagnol, nous avons pu déterminer qu’elles ont été laissées par au moins 3 individus dont un enfant dont l’âge peut être estimé entre 6 et 8 ans. Toute la question est de savoir ce que ces individus faisaient sur le site. Il ne s’agit pas d’un site d’occupation mais plus de passage, les Néandertaliens étant des chasseurs-cueilleurs il est probable qu’ils ont laissé leurs traces lorsqu’ils étaient en train de chercher des ressources, animales ou minérales par exemple, ou de les ramener à leur camp. L’orientation des empreintes vers de nombreuses traces animales (comme des aurochs, des cerfs ou des oiseaux) peut nous faire penser à des comportements de chasse et la présence d’au moins un enfant au cours de ce type d’activités pourrait nous apporter des informations uniques sur les comportements des Néandertaliens. Cette question est notamment l’objet des recherches qui sont en train d’être menées et qui pourront être publiées dans les mois ou les années à venir.

Parmi ces empreintes, la grande majorité sont à priori celles d’adolescents et d’enfants. Qu’est-ce qu’elles peuvent nous apprendre sur leur morphologie mais aussi sur leur mode de vie ?

Les empreintes peuvent apporter différents éléments à notre connaissance des Néandertaliens. Tout d’abord, en représentant des instantanés, les empreintes offrent un point de vue unique sur les comportements des individus au cours d’une brève période. Le fait que les empreintes s’orientent vers les traces animales peut induire un comportement de chasse en groupe avec notamment des enfants comme je l’ai dit ci-dessus mais il ne s’agit que d’une hypothèse qui, bien qu’elle soit probable, doit encore être vérifiée. La distribution des activités (chasses, recherches de matières minérales, découpes de la viande, confection d’outils…) en fonction de l’âge chez les Néandertaliens est une question primordiale pour mieux comprendre l’organisation sociale et culturelle des Néandertaliens mais elle n’a été approchée jusqu’à maintenant que de façon indirecte à partir de comparaisons avec des groupes actuels de chasseurs-cueilleurs. Nous ne sommes pas en mesure de faire un lien direct entre les squelettes d’enfants néandertaliens qui ont été découverts à travers l’Eurasie et les comportements qu’ils ont pu adopter au cours de leur existence. Par conséquent, la poursuite de l’étude des empreintes, notamment celles de Matalascañas, pourrait nous apporter des informations uniques sur le comportement des enfants néandertaliens.

À Lire Aussi

Des chimpanzés sont observés en train de tuer des gorilles pour la toute première fois et voilà ce que ça nous apprend

Les empreintes peuvent également renseigner sur l’anatomie et le comportement locomoteur des individus qui les ont laissés. Par exemple, les empreintes des plus jeunes individus reflètent un pied plus plat que chez les adultes, caractéristique présente chez les populations modernes et qui a également été observée sur d’autres empreintes néandertaliennes notamment celles découvertes sur le site du Rozel en Normandie que j’ai pu étudier au cours de mon doctorat. Cependant, nous en sommes qu’au début de nos recherches sur ces nouvelles empreintes espagnoles et nous devons nous montrer prudent car la morphologie des empreintes résulte de la combinaison d’un grand nombre de facteurs : évidemment les caractéristiques corporelles et biomécaniques des individus mais également la nature du sol dans lequel elles ont été laissées. Un exemple simple pour comprendre l’impact de la nature du sol consiste à observer des empreintes de personnes se déplaçant sur une plage vers la ligne de rivage, on peut alors clairement voir que la variation morphologique est importante. Afin de prendre en compte les différents facteurs impactant la morphologie des empreintes de pieds, nous sommes en train de réaliser une étude expérimentale dans les mêmes conditions de sol que celles où les empreintes néandertaliennes ont été laissées avec des individus de tout âge allant de l’enfant à l’adulte. Il sera alors possible d’étudier de potentielles différences entre la marche des adultes et des plus jeunes néandertaliens mais aussi entre la marche des Néandertaliens et celles des Homo sapiens. Contrairement aux représentations très simiesque des Néandertaliens au début du XXe siècle montrant des individus avec une posture fléchie ayant du mal à se tenir debout, les Néandertaliens étaient pleinement adaptés à la marche bipède et à une posture érigée. Cependant, leur anatomie présentait quelques différences par rapport à la nôtre : par exemple une robustesse plus importante et un tibia relativement plus court par rapport au fémur que chez les populations humaines modernes. De telles différences peuvent par exemple avoir un impact dans les dépenses énergétiques au cours de la marche et par conséquent sur la mobilité et l'évolution des Néandertaliens.

À Lire Aussi

Perseverance : écoutez les premiers sons de Mars enregistrés par le micro de la SuperCam ; L'Homme de Néandertal aurait disparu 20.000 ans plus tôt qu'on ne le pensait

L’étude de ces nouvelles empreintes espagnoles s’ouvre ainsi à différentes perspectives tant pour mieux comprendre les comportements des Néandertaliens.

Pourquoi en sait-on si peu sur les enfants de Neandertal ?

En réalité, la connaissance que nous avons des enfants Néandertaliens est importante si on la compare à celles des autres hominines fossiles. Plusieurs squelettes d’enfants parfois très bien conservés ont été découverts à travers l’Eurasie. Certains squelettes comme ceux trouvés sur les sites français du Moustier et de la Ferrassie et le site russe de Mezmaïskaya sont même ceux de nouveaux nés. L’analyse de ces squelettes nous a notamment appris qu’un grand nombre des différences anatomiques entre les Néandertaliens et les Homo sapiens étaient déjà présentes à la naissance, tandis que certaines différences apparaissaient plus au cours du développement.

Il est cependant vrai que les squelettes d’enfants sont moins fréquents que ceux des adultes mais ceci est lié aux différences de conservation entre les os adultes et les os des enfants. Les os des enfants sont moins robustes que ceux des adultes notamment pour les plus jeunes d’entre eux dont le développement osseux n’est pas terminé.

Il existe une autre lacune concernant les enfants néandertaliens, celle-ci est en rapport avec leur participation aux activités du groupe. Nous savons que les Néandertaliens ont une culture très complexe mais nous n’avons aucune information directe sur la participation des enfants aux activités (chasse, confections d’outils,…) ou à leur apprentissage. Cette lacune de connaissance est inhérente à la paléoanthropologie ou à l'archéologie, le registre fossile étant parcellaire nous n'avons qu'une image partielle des groupes fossiles et de leurs comportements. Au grès des différentes découvertes et de l'utilisation conjointe des informations apportées par les différents types de vestiges (os fossilisés, empreintes, artéfacts archéologiques), nous pourrons tel un puzzle progressivement compléter les connaissances que nous avons de ces groupes fossiles et de façon plus générale de l'évolution humaine.

À Lire Aussi

L'Europe va partir à l'assaut de Vénus avec la mission EnVision ; Un système de comptage pour Néandertal gravé sur un os ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !