Les mots de la discorde : ces trolls qui contribuent puissamment à l’aggravation du malaise démocratique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Les trolls sur Internet contribuent à l’aggravation du malaise démocratique.
Les trolls sur Internet contribuent à l’aggravation du malaise démocratique.
©NICOLAS ASFOURI / AFP

Polarisation politique

Les mots de la discorde : ces trolls qui contribuent puissamment à l’aggravation du malaise démocratique

C’est que souligne une étude menée sur les réseaux sociaux par une équipe universitaire américaine sur l’emploi d’un vocabulaire ultra clivant par une catégorie de fauteurs de trouble en ligne.

Almog Simchon

Almog Simchon

Almog Simchon est Chercheur associé principal au groupe Technologie, démocratie et cognition de l'Université de Bristol.

Voir la bio »

Atlantico : Dans votre étude, vous avez décidé d'analyser le langage utilisé par les trolls sur internet afin d'estimer la polarisation de leur discours, par rapport au reste de la population. Quels sont vos résultats et comment avez-vous observé cela ?

Almog Simchon : Nous avons entrepris de construire un outil permettant de quantifier la polarisation politique à travers le langage. En nous appuyant sur des travaux antérieurs dans ce domaine, nous avons exploité des techniques de traitement du langage naturel pour identifier les mots qui sont principalement associés à une rhétorique polarisée et nous avons procédé à une validation approfondie en plusieurs étapes. Dans l'une des mesures de validation, nous montrons que notre modèle de polarisation peut suivre les disparités partisanes concernant le COVID-19 aux États-Unis.

Après avoir construit l'outil de mesure de la rhétorique polarisée, nous l'avons appliqué à des trolls soutenus par des États (russes, iraniens et vénézuéliens) et à des utilisateurs américains moyens de Twitter. Nous avons constaté que tous les trolls utilisent un langage polarisé beaucoup plus que l'Américain moyen et que certains groupes de trolls (principalement russes) ont augmenté leur utilisation du langage polarisé au fil du temps.

Concrètement, cela signifie-t-il que c'est à travers les trolls que se produit la polarisation politique sur internet ?

Non. La polarisation était en hausse bien avant que les trolls ne pénètrent dans le cyberespace, et nous ne pouvons pas rendre les trolls responsables des clivages dans nos sociétés. Cela étant dit, nous montrons que les trolls capitalisent sur les questions polarisées pour gagner en popularité sur les médias sociaux - et c'est ce que nous suggérons dans notre article - d'une certaine manière, ils peuvent amplifier et contribuer au processus de polarisation.

À Lire Aussi

Voilà ce que l’étude de la polarisation politique grandissante de la société américaine peut nous apprendre sur notre propre avenir

Par définition, les trolls sont provocateurs et disent des choses sans nécessairement les penser, cela signifie-t-il que la polarisation est artificiellement alimentée par des personnes qui ne croient pas ce qu'elles disent ?

Les trolls au centre de notre étude sont des opérations d'information soutenues par l'État, comme la célèbre Internet Research Agency (la ferme à trolls russe). Comme il s'agit d'opérations soutenues par l'État, elles sont par définition alimentées artificiellement par des acteurs étrangers.

Qui sont ces trolls ? Leur objectif est-il d'alimenter la division et le chaos dans la société américaine ?

Les trolls soutenus par l'État (contrairement aux trolls indépendants sur Internet) font partie des opérations d'information auxquelles se livrent les pays. L'idée de base est d'influencer le discours organique sur les médias sociaux et de façonner l'opinion publique. Cela peut être à des fins d'affaires intérieures (comme le paysage actuel des médias sociaux russes) ou internationales, comme ce que nous montrons dans notre étude. Les trolls peuvent avoir des tactiques et des objectifs différents, allant de la diffusion de désinformation au renforcement du soutien aux candidats politiques. Notre analyse suggère que l'un de leurs objectifs est effectivement d'alimenter la division et le chaos dans la société américaine.

Que pouvons-nous faire face à la polarisation politique générée par les trolls ?

Il peut être assez difficile de repérer un troll aujourd'hui. Mais étant donné que les trolls ne sont que des outils de diffusion de la désinformation et de la polarisation politique, nous pouvons tous prendre quelques mesures pour réduire les niveaux de toxicité dans nos environnements en ligne. Je peux vous recommander le jeu Bad News (malheureusement, uniquement en anglais et en néerlandais pour l'instant) qui aide à avoir de l'intuition lorsque de mauvais acteurs tentent de nous manipuler sur les médias sociaux. De manière générale, prendre une minute avant de partager quelque chose sur les médias sociaux et réfléchir (1) à la crédibilité de la source d'où provient la nouvelle et (2) à la charge émotionnelle de notre langage peut contribuer à rendre nos environnements en ligne un peu moins toxiques, désinformés et polarisés.

À Lire Aussi

Cette explosive prime à la violence politique que sécrètent discours politiques gestionnaires et algorithmes des réseaux sociaux

Pouvez-vous expliquer comment exactement "les trolls capitalisent sur les questions polarisées pour gagner de la vitesse sur les médias sociaux" ? Que font-ils ? Comment ? Quelles sont les différences de processus que vous avez observées ?

Notre analyse a montré que les trolls utilisent un langage plus polarisé que les Américains ordinaires. Dans une analyse plus fine, nous avons constaté que cela s'applique même aux questions strictement politiques : Les trolls politiques utilisent un langage polarisé plus que les utilisateurs américains engagés politiquement. Notre étude montre que le langage polarisé est associé à une augmentation des retweets ; par conséquent, lorsque des utilisateurs politiquement engagés utilisent une rhétorique polarisée, ils attirent davantage l'attention (retweets). Ainsi, les trolls infusent nos environnements en ligne avec une rhétorique plus polarisée, et c'est ce langage polarisé qui leur permet d'attirer l'attention.

Peut-on mesurer combien les trolls "amplifient et contribuent au processus de polarisation" ?

Malheureusement, non. La bonne nouvelle est que leur présence est faible par rapport à la population générale. Cependant, les trolls constituent une forte minorité. La recherche suggère que l'exposition à des attitudes polarisantes, même par une petite minorité, peut créer de grandes divisions dans l'ensemble du réseau. En outre, les trolls sont parfois présentés comme une authentique "voix du peuple" dans les médias grand public. Ainsi, bien que nous ne puissions pas mesurer l'efficacité des trolls dans leurs efforts de polarisation, nous ne pouvons pas nous permettre d'ignorer leur présence.

Vous avez "comparé les tweets des trolls de trois pays (N = 79 833) et constaté qu'ils utilisent tous un langage plus polarisé que les Américains ordinaires (N = 1 507 300) et que les trolls ont augmenté leur utilisation de la rhétorique polarisée au fil du temps." Cela signifie-t-il que les trolls se détériorent ?

Cela signifie que les trolls s'améliorent dans ce qu'ils font. Non seulement ils ont affiné leur rhétorique polarisante, comme nous le voyons dans notre article, mais il est également devenu beaucoup plus difficile de discerner les comptes réels des comptes de trolls. Alors, est-ce que leur situation empire ? Je n'en sais rien. Mais je dirais qu'ils s'améliorent dans leur travail.

Pour retrouver l'étude des universitaires William J. Brady, Almog Simchon et Jay Van Bavel, cliquez ICI

À Lire Aussi

Polarisation à vide : une vaste étude menée par des politologues révèle que les gens n'aiment pas leurs adversaires politiques pour des opinions que la plupart d'entre eux n'ont pas vraiment…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !