Les kiwis aussi : ces fruits à la peau pleine de qualités nutritionnelles et où les acheter pour éviter l’effet pesticides | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
La peau des kiwis est bonne pour la santé.
La peau des kiwis est bonne pour la santé.
©Flickr

Sauvez leur peau !

Les kiwis aussi : ces fruits à la peau pleine de qualités nutritionnelles et où les acheter pour éviter l’effet pesticides

Si la chair des fruits et légumes, gorgée de vitamines, a des vertus nutritives, les consommateurs oublient souvent que la peau apporte aussi des éléments nutritifs essentiels pour notre santé, alors n'épluchez plus !

Réginald Allouche

Réginald Allouche

Réginald Allouche est médecin et ingénieur. Il assure une consultation principalement axée sur le diabète gestationnel, la nutrition et la prévention du diabète de type II.

Son dernier livre publié aux Editions Odile Jacob porte sur ce théme du prédiabète : Du plaisir du sucre au risque du prédiabète, publié chez Odile Jacob.

Voir la bio »
Jean-Michel Cohen

Jean-Michel Cohen

Le Dr Jean-Michel Cohen, bien connu du grand public est médecin nutritionniste. Il propose à tous l’apprentissage d’une hygiène de vie et d’une alimentation nouvelle qui laisse une grande place au plaisir. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont Le Guide d’achat pour bien manger 2015/2016 et anime également le site internet www.savoirmaigrir.tv.

Voir la bio »

Atlantico : En général, les consommateurs n'ont pas le réflexe de manger la peau des fruits : se prive-t-on alors de certains bienfaits ?

Réginald Allouche : Oui la peau des fruits est très riche en vitamines et minéraux. Pour certains fruits, la peau contient 3 à 4 fois plus de minéraux que la chair. Cela est vrai pour la teneur en calcium de l'orange. En général, la chair contient 70 à 80% des vitamines et minéraux. Manger la peau du fruit a donc des vertus indéniables.

Un exemple bien connu, la peau et  la chair blanche de la pastèque contient de la citrulline, un acide aminé qui possède des vertus anti-hypertensives et antidiabétiques. En général, on consomme la chair et on délaisse cette partie blanche, c'est l'inverse que nous devrions faire si l'on s'attache aux vertus réelles du fruit. Le plaisir reste bien souvent la vraie motivation et il est vrai que la peau d'un fruit, hormis pour la pomme ou la poire est rarement comestible au sens hédonique du terme.Il y a de plus certains fruits dont la peau est difficile à consommer en l'état comme l'ananas, le melon, etc... et pourtant...

Jean-Michel Cohen : Deux choses à retenir : le calcium est un  facteur important dans la consommation du fruit, il  migre à la surface, la peau est donc très importante, et riche en  fibres qui sont  plus denses au niveau de la peau, les pectines, elles sont en effet  de véritables  antioxydants. Le véritable  problème  c'est que les consommateurs n'ont pas l'habitude de consommer la peau des fruits celle-ci étant  peu comestible, ils ont des  difficultés à  la mâcher sauf en ce qui concerne les  produits traditionnels tels que les  pommes et poires , on conseille alors de peler les fruits mais cela  diminue la valeur nutritive traditionnelle du fruit.

On a tendance notamment  à ne pas consommer la peau des kiwis, la corvée d'épluchure pouvant rebuter la plupart des consommateurs. Cependant, sur le plan nutritif, aurait-on intérêt à la manger ?

Réginald Allouche : Le kiwi est effectivement un fruit hors normes. Il est riche en vitamine C, en vitamine K (excellente pour lutter contre l'ostéoporose), en fibres, en potassium. De plus il est riche en anti-oxydants puissants. Sa peau concentre ces antioxydants. On peut donc consommer la peau mais je recommande de "raser" le kiwi car le côté "velu" de ce fruit peut rebuter.En pratique courante, je demande à mes patients de consommer 1 kiwi par jour au petit-déjeuner car il cumule les bienfaits. Je le consomme personnellement avec la peau car je ne prends pas le temps de l'éplucher !

Jean-Michel Cohen : Les consommateurs devraient la manger mais ils n'ont pas l'habitude, cela enlève la saveur du fruit .Nutritionnellement nous avons  intérêt à  la manger mais d'un point de vue gustatif, ce n'est pas attirant pour les consommateurs. Et pourtant nous devrions être capables de tout manger, nous sommes des omnivores, mais là encore c'est une  question d'éducation et de goût, les occidentaux sont très sensibles à la vue et à l'odorat de la nourriture, ça fait partie de notre culture alimentaire. La présence  des pesticides et fertilisants poussent les consommateurs à éplucher quotidiennement les fruits, de plus la société moderne nous a rendu feignant  les fruits sont en effet souvent prêts à l'emploi dans les supermarchés.

De plus, est-il possible de consommer la peau des fruits autrement que lorsque ceux-ci sont cultivés par nos soins, sans pesticides ? La surabondance de fruits traités mis en vente rend-elle de toute façon ce conseil nutritionnel caduc ?

Réginald Allouche : C'est le plus gros problème et toutes mes réponses ne peuvent être appliquées que dans le cadre de fruits Bio élevés sans pesticides. En effet la peau des fruits concentre les pesticides de tout type. Bien évidemment on peut les laver mais bien souvent le lavage n'est que superficiel et concerne plus souvent les micro-organismes et les résidus organiques que les pesticides proprement dit.De plus, lorsqu'on consomme des fruits bio il ne faut pas qu'ils aient "souffert". Les taches brunes ou marrons à la surface des fruits mal stockés ne doivent impérativement pas être consommés. Les abricots, bananes, pêches, raisins et les pommes peuvent être touchés. Il faut donc privilégier les fruits de producteurs ou de maraichers que vous connaissez.Les fruits les moins touchés par les pesticides sont le kiwi, la pastèque, le pamplemousse , le melon. Les fruits les plus traités par les pesticides sont les pommes, les fraises, nectarines, myrtilles et les pèches.L'idéal est donc d'acheter ses fruits en magasins Bio ( mais en vérifiant leur état et la qualité du stockage ) ou de bien rincer ses fruits et/ou de l'éplucher. Certaines chaînes de supermarchés et d'hyper proposent des fruits Bio, n'hésitez pas à vous renseigner sur leur origine et leur stockage.

Jean-Michel CohenIl est plus commode d'acheter les fruits, que de les cultiver soi-même. Toutefois, on peut  les cuisiner, leur donner de la densité, même si on ne mange pas la peau des fruits on pourrait la recycler, et l'utiliser pour fabriquer des emballages...On peut consommer les fruits avec la peau s'ils sont bios, mais il faut  prendre le  temps de les laver. Si on lave un fruit  on enlève entre 90 et 95 %  des microbes.Quant aux différents points de vente, par exemple   au Supermarché,  on peut consommer tous les fruits avec la peau lorsque celle-ci est fine telles que les nectarines, les pêches, les prunes, les abricots, les pommes. Par contre, il ne faut pas consommer les fruits avec la peau lorsque celle-ci est dure tels que les kiwis, les bananes, les citrons, les oranges, les avocats. Cela n'est pas conseillé, en raison de substances  chimiques et microbes qui y pénètrent plus facilement.Dans un marché bio, on peut consommer   tous les fruits avec la peau quel que soit le type de peau. Ce sont néanmoins les contaminations bactériennes qu'on craint plus que  les substances chimiques. Ainsi, il est fortement conseillé dans tous les cas de les laver.En ce qui concerne le marché traditionnel  dans les rues : il faut éliminer la peau des fruits qu'elle soit fine ou dure. C'est un  principe de précaution, il faut éplucher ces fruits, toutes catégories confondues.

Existe-t-il d'autres moyens de profiter de tous les apports contenus dans la peau des kiwis et des fruits en général ? Faire confire les écorces, ou bien les conserver dans la préparation des confitures est-il un moyen ?

Réginald Allouche :On peut bien évidemment passer au mixeur le fruit en totalité avec sa peau. C'est la méthode la plus saine et la plus rapide. On peut aussi garder les épluchures et les inclure avec un peu de gélatine dans les confitures. Cela dit, le bénéfice des anti-oxydants est très largement affaibli par la forte teneur en sucres de la confiture elle-même.

Jean-Michel Cohen :On peut passer les fruits à la centrifugeuse, les bienfaits sont les mêmes, mais il faut  laver le fruit avant par précaution.Faire confire les écorces,  faire des confitures sont en effet d'autres moyens mais  le sucre étant un conservateur, il apporte  plus d'arôme, cela ne donne pas les mêmes bienfaits, les arômes se concentrant dans la peau....

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !