Le grand remplacement ? Pensons-y toujours, n’en parlons jamais ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Valérie Pécresse lors de son meeting au Zénith de Paris. 13 février 2022.
Valérie Pécresse lors de son meeting au Zénith de Paris. 13 février 2022.
©ALAIN JOCARD / AFP

Il faut y aller à pas feutrés

Le grand remplacement ? Pensons-y toujours, n’en parlons jamais !

Il semblerait que Valérie Pécresse ait été un peu imprudente…

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

En 1871, la France de Napoléon III fut battue par les Prussiens. Ils nous arrachèrent l’Alsace et la Lorraine. Dès lors, l’idée de la revanche fut dans tous les coeurs. Elle se traduisit par une phrase restée célèbre : « L’Alsace et la Lorraine pensons-y toujours, n’en parlons jamais ». Car on craignait de fâcher les Prussiens qui étaient alors plus forts que nous. 

Avec le grand remplacement, c’est à peu près la même chose. Depuis qu’elle a été formalisée par Renaud Camus et mise en musique par Éric Zemmour, cette notion est maudite. L’utiliser vaut descente aux enfers. 

Pour l’avoir prononcé, Valérie Pécresse est condamnée de toute part. Y compris dans son propre parti où elle est désavouée par Jean-François Copé et Xavier Bertrand. Elle aurait dû se contenter d’y penser et de ne pas en parler. 

On sait ce qu’il y a d’excessif dans la notion de grand remplacement. En effet, ce n'est pas demain la veille qu’une population étrangère se substituera à la population française. Et que s’accomplira la triste prophétie décrite par Houellebecq dans « Soumission ». 

Mais il n’est pas interdit pour autant de garder les yeux ouverts. Crois-t-on après avoir vu Zone Interdite que Roubaix est encore une ville française ? Peut-on ignorer que Trappes est devenu un petit émirat islamique ? Serions-nous assez aveugle pour ne pas voir que les quartiers nord de Marseille ne sont plus régi par les lois françaises ? 

Valérie Pécresse est présidente de la région Île-de-France. À ce titre, elle sait fort bien ce qui se passe dans le 93. Peut-être qu’emportée par sa fougue, elle a projeté les images de la Seine-Saint-Denis sur toute la France ?

Ps: À part ça - et quels que soient ses défauts dont le manque de talent oratoire n’est pas le moindre - Valérie Pécresse est la seule à avoir une chance (certes très petite) de battre Emmanuel Macron ! 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !