La vérité sur les souliers d’Aquilino Morelle et sur les cireurs de chaussures | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le conseiller du président Hollande Aquilino Morelle possèderait pas moins de trente paires de souliers.
Le conseiller du président Hollande Aquilino Morelle possèderait pas moins de trente paires de souliers.
©Dandy Shoe Care

Dans ses petits souliers

La vérité sur les souliers d’Aquilino Morelle et sur les cireurs de chaussures

L’ex-conseiller du président Hollande aurait eu, selon Mediapart, des "comportements inadaptés" dont une passion pour les chaussures de luxe et le cirage à domicile. Décryptage par l’un des grands spécialistes du domaine, Hugo Jacomet, éditeur de Parisian Gentleman et d’Atlantico Chic.

Hugo Jacomet

Hugo Jacomet

Fondateur et éditeur de "Parisian Gentleman", Hugo Jacomet est une plume reconnue dans le domaine du style masculin.

Voir la bio »

St Crépin, le saint patron des bottiers et des cordonniers ne doit pas en croire ses oreilles saintes : la chaussure masculine serait en train de devenir, en France, un objet de péché !

Pire, le soulier pour hommes est même devenu, en moins de 48 heures, le symbole de la débauche des puissants et de leur attitude arrogante vis-à-vis du peuple.

Rendez-vous compte ! Le conseiller du président Hollande, Aquilino Morelle, par ailleurs inquiété pour une affaire, sans doute plus sérieuse, de conflit d’intérêts, possèderait pas moins de trente paires de souliers (chiffre ramené à dix par l’intéressé) et aurait commis le crime, selon Mediapart, de se faire cirer ses souliers tous les deux mois sur son lieu de travail… !

Le symbole du nanti (socialiste de surcroit) se faisant glacer les souliers au Château  par un modeste cireur, suant sur l’ouvrage au milieu des dorures du Palais pour une rétribution modeste est tellement puissant qu’il est passé dans l’esprit du public au premier plan de « l’affaire Morelle », loin devant le conflit d’intérêts supposé.

Le problème c’est que, sur le dossier des chaussures au moins, Mediapart fait preuve d’une grande approximation, tout comme ses confrères d’ailleurs, pour nous vendre le goût immodéré de Monsieur Morelle pour les souliers de luxe.

Car ce que l’on apprend dans Mediapart et dans le Nouvel Obs le lendemain, c’est que l’intéressé serait à la tête d’une importante collection de chaussures de luxe, avec des marques comme, je cite, Weston ou …Davison.

A mon avis, le journaliste (d’investigation) qui a travaillé sur le volet « chaussures » du dossier, ne doit connaître que les Converse pour écrire de telles approximations. Ou peut-être sa rédaction l’a t’elle pressé, vu l’importance que prenait « l’affaire des souliers et du petit cireur » chez les confrères, de donner deux ou trois noms pour faire plus sérieux et plus « investigation » donc. Et d’ailleurs Weston et Davison ca sonne « luxe » et ca rime bien.

Le problème c’est que si Weston est effectivement une très belle marque française de souliers haut de gamme (un fleuron de l’industrie française avec une magnifique manufacture à Limoges et deux tanneries dont une au Puy en Velay), il n’en va pas de même pour Davison, dont le nom est complètement inconnu des amateurs de belles chaussures.

Après vérification, il existe bien une marque Davison, mais qui n’a rien d’une marque de luxe puisqu’il est possible de se procurer des Davison pour … 89 euros sur certains sites et même à moins de 20 euros sur certains sites vendant à prix discount…  Ce qui, avouons-le, fait un peu désordre dans une affaire supposée dénoncer les gouts de luxe d’un haut fonctionnaire de l’Etat.

Quant aux souliers J.M. Weston (de très beaux souliers classiques vendus à alentours de 600 euros), vous les trouverez aux pieds de plusieurs milliers de cadres moyens et supérieurs à la Défense chaque jour, ce qui, une fois encore, ne correspond pas à l’idée que l’on se fait d’un produit de luxe, exclusif, inabordable, réservé à une élite, arrogante de surcroit…

Mais le plus grotesque dans cette histoire, c’est l’image qui est donnée du cireur de souliers et surtout comment ce symbole (un homme assis sur un petit tabouret en train de cirer les chaussures d’un autre homme, le surplombant, assis dans un fauteuil confortable) a été utilisé dans certains journaux pour choquer l’opinion publique.

En effet, le cireur de chaussures de 2014 n’a rien, mais alors vraiment rien à voir avec ce « pauvre hère occupé à cirer et glacer les précieux souliers du puissant » .

Car s’il est un business en plein renouveau et qui fait preuve d’un formidable dynamisme, c’est bien celui des ateliers d’entretien et de patine de souliers masculins qui a littéralement explosé depuis quelques années et a donné naissance à une génération d’entrepreneurs « cireurs-patineurs » dont certains jouissent aujourd’hui d’une notoriété nationale voire internationale.

Crédit : Hom N’Guyen

C’est le cas de Laurent Di Mascio, dans le 17ème arrondissement de Paris, qui cire, bichonne, patine et entretient les souliers de nombreux amateurs de belles chaussures à Paris et dont le business marche très fort (voir le site)

C’est aussi le cas de Paul « Paulus » Bolten à Paris qui est devenu célèbre en France (et ailleurs) pour l’audace et la créativité de ses patines ainsi que pour ses fameuses « soirées glaçage et patine» où de nombreux amateurs se pressent pour s’initier à cet « art ».  Bolten, fort de cette réputation internationale, a même réussi à lancer sa propre ligne de souliers qui commence à faire parler d’elle en dehors de nos frontières (voir le site)

C’est encore le cas de Hom N’Guyen, l’un des noms les plus célèbres de la profession, s’étant fait remarqué pour avoir tatoué un vers des Fleurs du Mal de Baudelaire sur une paire de souliers et pour avoir apporté au domaine un fantastique souffle créatif. Hom est aujourd’hui un artiste peintre accompli et réputé dont les toiles monumentales impressionnent (voir ici)

Enfin, pour en finir avec ce symbole grotesque, les « patineurs-cireurs » d’aujourd’hui ne travaillent quasiment jamais directement aux pieds des clients (hormis dans quelques salons, mais cela tiens plus du folklore) et ont, pour la plupart d’entre eux, une vraie relation et un vrai dialogue de « passionnés » avec leur clientèle.

Quelques paires de Weston et quelques séances de cirage-glaçage facturées généralement entre 10 et 25 euros ne font donc pas de Morelle un « Barry Lindon du 21ème siècle » comme on a pu le lire ici ou là.

Et pour ceux qui souhaiteraient, à la lumière de cette affaire lamentable, en profiter pour en savoir plus sur le formidable secteur du soulier masculin de qualité, nous vous renvoyons vers le guide Parisian Gentleman des souliers masculins (Guide PG des Souliers de Qualité) un guide de passionnés et d’amateurs dans lequel les « fameuses » Davison d’Aquilino Morelle sont définitivement inconnues au bataillon…

Cheers, HUGO

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !