La France est devenue un pays de fous! Grâce à nos déséquilibrés d'un autre type… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
La France est devenue un pays de fous! Grâce à nos déséquilibrés d'un autre type…
©Reuters

C'est tout nouveau

La France est devenue un pays de fous! Grâce à nos déséquilibrés d'un autre type…

Ils se multiplient. Et ils ont un point commun avec les équilibrés qui sévissent ailleurs.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Le tueur de Barcelone était parfaitement équilibré. Ceux de Manchester et de Londres aussi. Les assassins de Bruxelles et de Turku ont également été reconnus sains d'esprit. Mais les nôtres sont déséquilibrés. Une spécialité française sur laquelle se penchent toutes nos sommités psychiatriques.

Etudions de plus près les derniers cas d'école qui s'offrent à nous. A Marseille, un homme a foncé en voiture sur un abribus, faisant un mort. Il était connu des services de police. Avait fait de la prison. Puis, avait séjourné dans un asile psychiatrique.

Il conduisait un véhicule volé au bord duquel on a retrouvé deux livres. Un de philosophie (Socrate, Platon, Kant, Nietzsche?). Un autre sur l'Islam. Vous en connaissez beaucoup des voleurs de voitures qui emmènent deux livres avec eux? Le procureur de la République de Marseille a jugé que l'attentat n'était pas "terroriste". Mais a néanmoins conclu que l'individu, bien que "déséquilibré", n'avait pas perdu ses capacités de discernement. En conséquence de quoi, sa garde à vue a été prolongée.

Quelques temps auparavant, un individu avait lancé son véhicule contre une pizzeria de Seine-et-Marne. Une fillette a été tuée. L'homme avait fait l'objet d'un suivi psychiatrique. Il a déclaré qu'il voulait se suicider. Vous en connaissez beaucoup des désespérés qui veulent mourir à condition d'entrainer d'autres dans la mort?

Autre cas un peu plus ancien. L'assassinat de Sarah Halimi, une vieille dame juive. Le tueur était également suivi psychiatriquement. Quand il la croisait dans l'immeuble, il la traitait de "sale Juive". Et pendant qu'il la massacrait dans son appartement, il récitait des sourates du Coran. Est-ce que traiter quelqu'un de "sale Juive" est considéré comme un signe de dérèglement? A moins que, peut-être, cela ne soit le fait de réciter des sourates du Coran? Réflexion faite, il parait que tuer une Juive en psalmodiant le Coran relève de la plus parfaite normalité.

Certes, nous ne sommes pas spécialistes en la matière. Mais il nous semble que ces déséquilibrés-là sont atteints d'un syndrome maniaco-dépressif. Pendant leur phase dépressive, ils lisent des livres pieux. Pendant leur période maniaque, ils tuent. Les déséquilibrés athées, catholiques, protestants, juifs, ont des modes de fonctionnement totalement différents. Ils sont tout à fait inintéressants, et assez bêtement moins dangereux.

Je viens de lire, à ce propos, un excellent texte de Brice Couturier. Il écrit qu'en Juin 1940, à Sedan, son grand-père, Raoul Couturier, a combattu une bande de déséquilibrés qui avaient envahi notre pays. Il ajoute qu'en 1944, dans les Ardennes, son père, engagé volontaire au deuxième bataillon de choc, a combattu contre les chars d'assaut conduits par des déséquilibrés qui refusaient de rentrer chez eux tranquillement. Il dit ne plus croire aux histoires de déséquilibrés. Moi non plus. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !