La canicule précoce qui va frapper la France signe-t-elle le coup de grâce de la production agricole française ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
La canicule précoce va impacter la production agricole française.
La canicule précoce va impacter la production agricole française.
©JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Fortes chaleurs

La canicule précoce qui va frapper la France signe-t-elle le coup de grâce de la production agricole française ?

Les températures qui pourraient atteindre les 40 degrés lors du nouvel épisode caniculaire font redouter le pire pour les productions agricoles.

Serge Zaka

Serge Zaka

Docteur en agroclimatologie chez ITK, administrateur d’Infoclimat et chercheur-modélisateur, Serge Zaka étudie l’impact du changement climatique sur l’agriculture.

Voir la bio »

Je suis stupéfié par les prévisions météo post-16 juin. La France s'apprête à vivre la canicule la plus précoce avec des températures inimaginables jusqu'à présent mi-juin.

Les 38 à 42°C seront atteints vendredi et samedi sur de larges surfaces. Attendons jeudi pour confirmer les températures supérieures à 42°C. Est-ce le coup de grâce pour notre production agricole ?

Cette canicule va avoir des conséquences agricoles vastes :

- Une potentielle sécheresse éclair comme le 28 juin 2019.

- Un arrêt du remplissage des grains pour le blé en cours.

- Un risque d'incendie extrême dans le sud-est et durant les récoltes de blé.

- Une évapotranspiration intense et une accélération de la sécheresse.

-  Un stress thermique intense sur les animaux d'élevage.

- Un stress thermique sur toutes les cultures dont le maïs.

- Une souffrance importante de tous les écosystèmes notamment ceux du sud-est (la faune et la flore n'ayant pas prévu dans leur cycle de telles températures en juin). D'après l’EFFIS, si les températures supérieures à 40°C se produisent, l'indice d'inflammabilité des forêts serait "extrême" jusqu'en Alsace, témoin d'une forte souffrance des écosystèmes. Notons que cette indice est adapté pour l'été et non pour une végétation de juin. Restons néanmoins vigilant.

Cette année, l'agriculture française a subi :

- le gel en avril

- la sécheresse depuis le 1er janvier

- l'échaudage en mai

C’était déjà suffisant.

Tout comme les tempêtes et cyclones, il serait plus impactant pour les médias de nommer nos vagues de chaleur. Suite aux votes, je propose de nommer cette canicule #balrog, serpent de feu issu de l'univers Tolkien. 

Pour retrouver le Thread original de Serge Zaka : cliquez ICI

À Lire Aussi

Agriculture : vers un été de terrible sécheresse en France ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !