L'histoire économique cyclique de la Russie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Une femme marche devant l'enseigne d'un bureau de change, à Moscou.
Une femme marche devant l'enseigne d'un bureau de change, à Moscou.
©KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP

Enchaînement économique

L'histoire économique cyclique de la Russie

Le danger de répéter l'histoire.

Branko Milanovic

Branko Milanovic

Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en tant que professeur présidentiel invité.

Il est également professeur au LIS Center, et l'auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Global Inequality - A New Approach for the Age of Globalization et The Haves and the Have-Nots : A Brief and Idiosyncratic History of Global Inequality.

Voir la bio »

Aujourd'hui [écrit en janvier 2019], j'ai participé à un joli programme en ligne lancé par la Banque centrale de Russie. Un économiste est interviewé par un autre, puis celui qui a été interviewé devient à son tour l'interviewer d'un troisième encore. Mon ami Shlomo Weber, directeur de la New School of Economics, m'a interviewé, puis j'ai interviewé le professeur Natalya Zubarevich, de l'université d'État Lomonosov de Moscou et éminente spécialiste de l'économie régionale russe.

Il y a quelques jours, Natalia a donné une conférence très bien accueillie au Forum Gaidar à Moscou sur (ce qu'on pourrait appeler) la "convergence malsaine" des régions russes. En fait, Natalia montre que, tout récemment, les PIB régionaux par habitant ont commencé à converger légèrement, mais que cela est dû d'abord au faible taux de croissance de la plupart d'entre eux et de l'économie dans son ensemble, ainsi qu'au mécanisme de redistribution (principalement de la rente pétrolière) entre les régions. Selon Natalia, une convergence saine serait celle où l'activité économique, et en particulier les petites et moyennes entreprises privées, seraient réparties de manière beaucoup plus égale entre les quelque quatre-vingt-dix régions de la Fédération de Russie. Elle a également fait des observations très intéressantes sur la "verticalisation" excessive du pouvoir économique et de la prise de décision en Russie, et sur la croissance économique de Moscou (beaucoup plus rapide que celle de toute autre partie de la Russie) due à la centralisation de ce pouvoir et à la concentration de grandes entreprises d'État ou influencées par l'État, ainsi que de la bureaucratie, à Moscou.

À Lire Aussi

L’Europe pourrait-elle remplacer les fournitures de gaz russe en cas de conflit ?

Ce qui a le plus attiré mon attention lors de la présentation de Natalia au Forum Gaidar, c'est sa description de la période actuelle de faibles taux de croissance en Russie comme étant du zastoi, ou stagnation. Or, zastoi a une signification politique très particulière en russe, car c'est un terme désobligeant utilisé à l'époque de Gorbatchev, et par Gorbatchev lui-même, pour définir la période brejnévienne de baisse des taux de croissance, d'absence de perspectives de développement, de bureaucratie immuable, de démoralisation et de malaise général.

Mais j'ai posé à Natalia la question suivante. Si l'on considère les 150 dernières années de l'histoire de la Russie (et je pense qu'il est difficile de remonter plus loin), les périodes les plus favorables pour les gens ordinaires n'étaient-elles pas exactement les périodes de zastoi : les revenus augmentaient un peu, c'est certain, mais la répression de l'État était faible, il n'y avait pas de guerres, et probablement, si vous regardez les morts violentes par habitant et par an, le nombre le plus faible de décès intervient précisément pendant les périodes de zastoi. Donc, peut-être que le zastoi n'est pas si mauvais.

Natalia a dit : "Je le sais : J'ai vécu la période Brejnev. Beaucoup de gens étaient démoralisés ; mais j'en ai profité pour étudier. Je n'ai jamais lu autant de livres et appris autant qu'à cette époque - vous pouviez faire ce que vous vouliez parce que votre travail réel n'avait pas vraiment d'importance." (Même l'art, comme je l'ai vu à la galerie Tretyakovska, bien que certaines de ces peintures n'aient jamais été exposées dans les musées officiels, semble avoir bien marché pendant le zastoi brejnévite. Et comme le récent film, que je n'ai pas vu, mais dont j'ai lu les critiques, "Leto", semble le soutenir indirectement aussi).

À Lire Aussi

Visite à Vladimir Poutine : quel impact pour l’influence de la France ?

Les meilleures périodes de croissance, comme l'a dit Natalia, et comme l'admettent généralement les historiens de l'économie, ont été les années 1950 jusqu'à environ 1963-65, puis la période des deux premiers mandats de Poutine. Dans les deux cas, les poussées de croissance sont venues comme un effet de cliquet à la série de catastrophes précédentes : dans la période Khrouchtchev, à l'apocalypse de la Seconde Guerre mondiale, dans la période Poutine, comme une réaction à la Grande Dépression sous Eltsine au début de la transition.

Cela nous a donc incités à remonter un peu dans le passé (disons jusqu'en 1905) et à formuler l'hypothèse suivante : la croissance économique russe à long terme est cyclique. Ce cycle a trois composantes. Tout d'abord, une période de turbulence totale, de désordre, de guerre et d'énormes pertes de revenus (et dans de nombreux cas, de vies humaines également ; période A), suivie d'une dizaine d'années d'efflorescence, de reprise et de croissance (période B), et enfin d'une période de "calcification" de tout ce qui a fonctionné au cours de cette deuxième période - produisant ainsi le zastoi ou la stagnation (période C).

Je ne sais pas si c'est quelque chose de spécifique à l'histoire économique russe. Cela m'a fait penser à l'observation de Naipaul sur les pays qui réussissent et ceux qui échouent. L'histoire des premiers consiste en un certain nombre de défis et de revers, certes, mais certaines choses sont résolues pour toujours, et puis de nouveaux défis apparaissent. Prenez les États-Unis : le défi indien, puis l'indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni n'ont pas été faciles à surmonter/acquérir, mais finalement, ils l'ont été et ne sont jamais revenus ; puis la guerre civile et l'émancipation ; puis la Grande Société, etc. Mais les pays qui ont échoué, selon Naipaul (et il avait, je pense, l'Argentine à l'esprit) restent toujours dans l'histoire circulaire. Les mêmes événements ou des événements similaires se répètent sans cesse, sans aucune tendance à la hausse, et aucun défi n'est définitivement surmonté. Dans chaque cycle suivant, tout se répète simplement.

Le défi pour la Russie aujourd'hui est de briser ce cycle.

Article publié initialement (en anglais) sur le blog de Branko Milanovic

À Lire Aussi

Ukraine : et si Washington déclenchait les sanctions maintenant ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !