Insécurité : mais au fait, où en sont nos voisins européens ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Insécurité : mais au fait, où en sont nos voisins européens ?
©©Guillaume HORCAJUELO / POOL / AFP

France orange mécanique

Insécurité : mais au fait, où en sont nos voisins européens ?

Alors qu’Emmanuel Macron a présenté ses vœux aux forces de l’ordre et évoqué la future loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (LOPPSI), il semble que la France soit l’un des états les moins bien loti de l’UE en matière de violences du quotidien

Pierre-Marie Sève

Pierre-Marie Sève

Pierre-Marie Sève est délégué général de l'Institut pour la Justice. 

Voir la bio »

Atlantico : Emmanuel Macron a présenté ses vœux aux forces de l’ordre et évoqué la future loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (LOPPSI). Si l’on regarde les différents critères de l’insécurité, comment se place la France par rapport aux reste des pays européens ? 

Pierre-Marie Sève : En matière d’insécurité, les statistiques et comparatifs internationaux sont toujours très difficiles à utiliser. Les crimes et délits ne sont pas toujours classés de la même manière et un classement global ne restitue pas toujours le sentiment que vivent les habitants, qui est le véritable indicateur de succès d’une politique contre l’insécurité.

Par exemple, le Canada est un pays particulièrement calme et paisible au quotidien, mais certaines statistiques disent pourtant le contraire. En l’occurrence, c’est parce que les statistiques sont globales et mêlent à la société majoritaire des problèmes spécifiques à certaines populations (les autochtones en l’occurrence qui ont un taux de délinquance très élevé).

De manière générale, l’indice le plus utilisé en matière de comparatifs est le taux d’homicide, c’est-à-dire le nombre d’homicides par habitant. Dans à peu près tous les pays du monde, les homicides sont une catégorie pénale à part et ceux-ci sont plutôt bien comptabilisés.

En utilisant cet indice, la France est un pays plutôt peu dangereux à l’échelle mondiale, loin du Salvador ou de la Colombie... Mais si l’on examine les choses à l’échelle européenne, les choses sont moins reluisantes. Comparons par exemple la France avec nos voisins italiens, qui ont une population à peu près équivalente à la nôtre. En 2020, il y a eu 285 homicides en Italie contre… 863 en France. L’Allemagne, plus peuplée, n’en avait que 782. L’Espagne 298. En ce qui concerne les homicides, nous sommes donc clairement en queue de peloton européen.

À Lire Aussi

Insécurité : qui sont les Français qui en pâtissent le plus ?

En ce qui concerne ensuite la délinquance en général, les comparaisons sont moins aisées car ce qui compte, c’est en bonne partie le sentiment des citoyens de devoir faire attention, à quel point ils sont à l’aise pour sortir la nuit, pour laisser leur logement durant leurs vacances etc… Et naturellement ce sentiment peut être évalué à la baisse lorsque les populations s’habituent à la violence et à la tension, mais également à la hausse lorsque la culture ambiante met en avant ces violences dans les films, la politique etc…

En tout cas, faisant abstraction de ces considérations, il existe une indice qui me semble particulièrement intéressant, c’est l’indice Numbéo. Ce site internet compare des statistiques et des données très chiffrées sur tout un tas de sujets : le coût de la vie, la qualité des soins de santé, le panier moyen d’épicerie, etc… Le tout évalué par les touristes et les habitants de tous les pays du globe. Parmi ces sujets, se trouve le taux de criminalité.

Malgré le caractère subjectif de ce classement, il est très intéressant de constater que les pays occidentaux sont souvent paisibles, sauf… la France. 

Ainsi, en Europe, la France est, depuis le lancement de ce site, un des pays les moins bien classés par les habitants et les touristes. En 2021, la France était tout bonnement avant dernier pays d’Europe, derrière la Biélorussie, pays qui avait connu des troubles politiques majeurs.

Ainsi, selon les touristes ou les habitants, on est largement plus en sécurité en Roumanie, en Croatie, en Suisse, mais également en Tunisie ou aux Etats-Unis, qu’en France.


Qu’est-ce qui peut expliquer la place française et notamment les faiblesses françaises par rapport aux autres pays ? 

Il y a, à mon avis, deux explications à ce très mauvais score. Premièrement, la France a une population particulièrement criminogène. Le lien entre immigration et délinquance est clair et évident. Depuis le début du 20ème siècle, tous les chercheurs savent que l’immigration « classique » (c’est-à-dire plutôt pauvre, par des personnes qui fuient la misère et espèrent une vie meilleure) est directement liée à une hausse de la délinquance. C’est d’ailleurs à cette conclusion qu’était arrivée une étude de l’Institut pour la Justice de 2021 qui rappelait que les étrangers étaient surreprésentés dans toutes les catégories de crimes et délits. Si la France a une population criminogène, c’est en grande partie dû à cette immigration qui n’a pas été contrôlée pendant une trentaine d’années. 

La seconde grande explication tient à la réaction de l’Etat français, et notamment la Justice. Pour des raisons historiques assez profondes, la Justice française a été profondément influencée par des thèses que l’on peut trivialement qualifier de « laxistes », très à gauche. Les milieux de magistrats, mais aussi et surtout les milieux d’étudiants en droit, ont été noyautés par des théories fausses (la délinquance est due à la seule pauvreté ou la prison est l’école du crime) mais qui prennent systématiquement la défense des délinquants et évitent la prison. Ces thèses et théories de gauche se sont imposées dans les milieux judiciaires, et leur mise en œuvre a engendré un sentiment d’impunité parmi la population, et donc plus de délinquance. Autre point noir de la Justice en France à noter, c’est le manque de moyens matériels pour les magistrats (la Justice est gravement sous-dotée) et surtout le manque de moyens matériels pour la pénitentiaire : le nombre de places de prisons en France est ridiculement bas et il faut, au plus vite, construire en masse des établissements pénitentiaires.

Mais si la Justice et la démographie ne sont pas sérieusement repris en main, il faut s’attendre à ce que la France continue à lentement dériver dans les classements internationaux de la délinquance.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !