Sportifs ou salariés, l'individu "moyen" n'existe pas... il y a surtout des champions et des incapables | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Les deux chercheurs ont noté que les "champions" des différents groupes participaient toujours de façon non négligeable au succès du groupe.
Les deux chercheurs ont noté que les "champions" des différents groupes participaient toujours de façon non négligeable au succès du groupe.
©Reuters

QI

Sportifs ou salariés, l'individu "moyen" n'existe pas... il y a surtout des champions et des incapables

Une étude américaine dément l'idée que les compétences de la majorité des êtres humains se situent dans la moyenne. Et c'est valable aussi bien dans l'univers du travail que chez les sportifs ou les hommes politiques.

"Bell Curve". Derrière cette expression anglo-saxonne, qu'on pourrait traduire par "courbe en cloche", se cache le titre d'un best-seller américain paru en 1994. Le psychologue Richard J. Herrnstein et le politologue Charles Murray expliquaient dans leur livre que dans la plupart des activités, on pouvait s'attendre à voir un petit nombre de personnes exceller, un autre être très mauvais, et une majorité se situer dans la moyenne. Cette répartition théorique de la population américaine par QI avait donc pour représentation une courbe de Gauss, aussi appelée "courbe en cloche".

Déjà très critiquée à l'époque, notamment par Barack Obama alors qu'il n'était encore qu'avocat, cette théorie est cette fois directement remise en question par deux chercheurs américains, Ernest O'Boyle Jr. et Herman Aguinis. Aux oubliettes la courbe de Gauss ! Leur étude publiée le 27 février 2012 montre en effet que la théorie développée par Hernnstein et Murray serait fausse.

L'étude apporte des preuves que les performances individuelles ne suivent pas la courbe de Gauss, ou une distribution normale, comme le disent les scientifiques. Au contraire, ces performances suivraient une distribution dans laquelle la moyenne est très instable, la variance infinie, et le nombre de personnes très bonnes ou très mauvaises bien plus important que ce qu'imaginé au départ. On appelle ce type de distribution loi de puissance ou distribution de Pareto.

En noire, la courbe de Gauss ou distribution normale. En gris, la distribution de Pareto.

En noir, la courbe de Gauss, appelée aussi distribution normale. En gris, la distribution de Pareto.

Les deux chercheurs ont mené leurs cinq études sur 633 263 chercheurs, hommes politiques, athlètes, mais aussi personnalités du divertissement. Ils ont ainsi noté que 186 des 198 groupes constitués notamment de professeurs de physique, de champions de natation, de nominés aux Grammys, les victoires de la musique américaine, suivaient la distribution de Pareto et non la distribution normale. Ils trouvaient ainsi de nombreux "champions" dans 94% des groupes. Et ceux qui n'excellaient pas étaient en majorité moins performants que la moyenne mathématique.

Les deux chercheurs ont également noté que les "champions" des différents groupes participaient toujours de façon non négligeable au succès du groupe."Un "champion" présent dans une usine à la chaîne ne pourrait pas exceller, le reste de la chaîne l'en empêchant. Mais si on changeait un peu la situation en permettant aux salariés d'être aussi performants qu'ils le pouvaient, il y aurait alors l'émergence d'une petite minorité de "champions" qui contribueraient de façon disproportionnée à la production de l'entreprise", explique Herman Aguinis.

Ces recherches impliquent donc l'importance de déceler ces "champions". Ils permettraient aux entreprises d'avoir des rendements supérieurs, à la science d'avancer... Les chefs d'entreprises doivent donc prendre conscience que les performances individuelles des travailleurs suivent la distribution de Pareto, ce qui leur permettra de mieux d'identifier des "champions", indispensables aux entreprises.

Aguinis insiste toutefois sur la dimension descriptive, et non prescriptive de l'étude. Il ne faut donc pas que les responsables et les enseignants se concentrent uniquement sur les "champions" et ignorent les autres.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !