Hors de la névrose, pas de créativité ? Les nouvelles pistes scientifiques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
De nos jours il n'est pas rare de considérer que les personnes névrosées sont les plus créatives, il suffit de penser à Woody Allen par exemple.
De nos jours il n'est pas rare de considérer que les personnes névrosées sont les plus créatives, il suffit de penser à Woody Allen par exemple.
©Reuters

Le puy du fou

Hors de la névrose, pas de créativité ? Les nouvelles pistes scientifiques

Si être névrosé semble être surtout un handicap, dans la réalité pour certains, ce trouble peut produire des effets positifs sur la créativité et l'imagination par exemple.

Sylvie Duchamp

Sylvie Duchamp

Sylvie Duchamp est psychanalyste, psychologue clinicienne, (Master II pro, Master II recherché), université Paris Diderot. Consultation jeune adulte et adolescent à l’Hôpital Sainte-Anne et activité libérale.

Voir la bio »

Atlantico : Sigmund Freud considérait la névrose comme étant un trouble nérveux touchant les capacités physiques des individus. Qu'en est-il aujourd'hui ? Considère-t-on toujours que la névrose est un trouble, une maladie ?

Sylvie Natier-Duchamp : Freud distingue névroses et psychoses en s’appuyant sur la clinique et l’observation de ses patients. Comme le précise dans leur "vocabulaire de la psychanalyse" messieurs Laplanche et Pontalis, "Freud désigne sous ces deux termes des affections qui, actuellement encore, s’y trouvent rangées"[1].  Ce qui caractérise ces deux affections c’est leurs symptômes distincts.

Les symptômes dits névrotiques sont l’expression d’un conflit psychique. Ce qu’on entend par conflit psychique, c’est le conflit entre le désir et la défense, conflit entre les pulsions et le conflit œdipien.

Ce conflit prend source dans l’enfance du sujet. Au cours de la cure d’un patient, nous rencontrons très souvent des résistances qui peuvent être la traduction, la réactualisation dans le cadre de la cure, d’une défense. C’est ce mécanisme de défense qui est central dans les névroses. Le symptôme constitue alors un compromis entre deux éléments contraires. Les conflits sont en majeure partie d’origine sexuelle, qu’il s’agisse pour le sujet d’un traumatisme vécu dans l’enfance ou  de scènes sexuelles fantasmées par l’enfant. Dans les deux cas, cela génère des représentations inconciliables, sources du conflit intrapsychique.

Le conflit œdipien constitue en lui-même le conflit existant entre le désir et l’interdit qui se retrouve donc dans le conflit intrapsychique de l’adulte.

L’autre conflit est celui entre les pulsions, pulsions sexuelles en jeu et interdit.

Le conflit psychique est propre à chaque individu, dans son unicité.


[1] J. Laplanche et J.B. Pontalis in Vocabulaires de la psychanalyse PUF, Paris, 1967 p.269

De nos jours, il n'est pas rare de considérer que les personnes névrosées sont les plus créatives, il suffit de penser à Woody Allen par exemple. D'où vient cette connotation positive d'un trouble autrefois vu comme handicapant ? 

Dans le deuxième essai sur la théorie sexuelle infantile, Freud reprend la genèse du conflit psychique dans la vie de l’enfant et met en évidence la naissance des pulsions sexuelles et des interdits qui s’y affèrent au travers de l’éducation, ou bien des obstacles intérieurs comme la pudeur, la morale ou le dégoût… C’est alors qu’il introduit la sublimation : un détournement des forces sexuelles vers d’autres buts sous la forme de productions culturelles. Principalement culturelles dans la petite enfance puisque ces productions sont le plus souvent rattachées à l’apprentissage scolaire.

La sublimation est avant tout un mécanisme de défense qui vient se réactiver aussi dans la vie adulte du sujet. L’origine de la sublimation est la pulsion sexuelle (prégénitale : orale, anale, phallique) mais la production qui en résulte prend des formes très diverses tant culturelle, et c’est semble-t-il le cas de Woody Allen, cité dans votre question ou sportive, scientifique comme il est fait mention dans cet article, ou sur le plan des affaires.

C’est le moyen que le sujet trouve pour transformer et élever les forces sexuelles en les transformant en une force créatrice. La sublimation est un mécanisme permettant ainsi au sujet de rendre une représentation psychique inconsciente insupportable (comme un désir d’inceste), acceptable pour le conscient. Cette mutation se fait au prix de symptômes. Ceux-ci peuvent le plus souvent générer de la souffrance mais sont le moyen de défense privilégié par le sujet pour se défendre contre l’angoisse que génère ce conflit intrapsychique.

Ce que nous voyons, le plus souvent, de l’extérieur est cette production et non ce que vit le sujet de l’intérieur.

Selon le psychologue Adam Perkins de l'université King's College of London, quelqu'un de névrosé serait plus sensible, percevrait des choses que d'autres ne voient pas. Cette théorie demeure critiquée, est-elle justifiable sur le plan scientifique ? 

Chaque sujet est unique et si nous revenons à la définition de la névrose la sensibilité et la perception des choses restent propre à tout un chacun. Pour ma part, je ne vois aucun fondement dans cette assertion. Les sujets psychotiques peuvent aussi avoir une sensibilité accrue et être créatif.

Bien que les avis soient partagés, idéaliser les névroses qui peuvent parfois être reliées à la schizophrénie, les troubles alimentaires... n'est-il pas risqué ? N'est-ce pas, quelque part, faire une généralité de quelques cas exceptionnels et minimiser la douleur des autres ?

Juste une précision, la schizophrénie est une psychose et non une névrose. Les troubles alimentaires sont un mode de défense de conflits intrapsychiques.

Si on se focalise sur le côté production artistique de telle ou telle personne du monde des arts, on peut voir la névrose comme porteuse d’un élan créatif, comme nous venons de l’expliquer. Cependant, c’est omettre de regarder les différents symptômes de ces mêmes sujets et les souffrances s’y rattachant. De plus, la créativité peut être flamboyante dans le cas de Woody Allen ou de beaucoup d’autres et beaucoup moins retentissante pour beaucoup. Cependant, il convient de rappeler que la névrose est un moyen de défense inventé par le sujet pour gérer un conflit et en cela chaque sujet est créatif.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !