Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie

Magnanime ?

Guerre commerciale : Trump offre une porte de sortie inespérée à l’entreprise chinoise ZTE (et fait hurler les commentateurs) mais qui est vrai le gagnant de l’histoire ?

Dans la guerre entre Washington et Pékin, le cas ZTE - entreprise durement touchée par les sanctions américaines - sonne comme une embellie inattendue. Ou le signe que les Chinois ont fortement souffert lors des négociations.

Emmanuel Dubois de Prisque

Emmanuel Dubois de Prisque

Emmanuel Dubois de Prisque est chercheur associé à l'Institut Thomas More et co-rédacteur en chef de la revue Monde chinois nouvelle Asie.

 
Voir la bio »

Atlantico : La situation de l'entreprise ZTE, fleuron du secteur technologique chinois, était devenue prioritaire dans les négociations commerciales opposant Pékin et Washington. A la surprise générale, Donald Trump a - au travers d'un tweet- demandé aux autorités américaines d'aider l'entreprise qui jouait sa survie suite aux sanctions mises en place. Comment expliquer une telle décision de la part du Président américain ? Faut-il voir cet élément comme la partie émergée de l'iceberg de la négociation commerciale ? 

Emmanuel Dubois : Comme d'habitude, nous avons eu droit de la part des commentateurs à une série de mimiques consternées et de commentaires atterrés après ce tweet du président Trump, qui semble offrir une porte de sortie à ZTE et au négociateur chinois Liu He, attendu à Washington. Alors que nous admirons rituellement la très grande et très profonde vision stratégique de Xi Jinping et des autres grands dirigeants orientaux, nous (les médias, les commentateurs et le public occidental) avons souvent tendance à réagir très vivement (et avec un peu de condescendance) aux déclarations du président américain, comme si quelque chose nous poussait à répondre à l'incontinence verbale et numérique que nous imputons au président américain par une incontinence du même type. Rien cependant ne nous oblige à calquer notre attitude sur celle du président américain et peut-être devrions-nous faire preuve de plus de retenue dans l'expression de notre sentiment de supériorité. Aux Etats-Unis comme en France, nous avons les gouvernants que nous méritons. Après tout, comme l'écrit Tocqueville, ce sont "les instincts naturels de la démocratie [qui] portent le peuple à écarter les hommes distingués du pouvoir". 

Cependant, pour aborder plus directement votre sujet, il n'est pas certain que la déclaration de Donald Trump soit aussi déraisonnable que nous le chante le chœur unanime des commentateurs.  En offrant une porte de sortie à l'adversaire, Trump retient une grande leçon de Machiavel. Il ne faut jamais acculer un ennemi au désespoir car alors il est réduit à la seule alternative "de périr ou de se frayer une route le fer à la main". Comment la Chine pourrait-elle accepter de voir ZTE tomber et que se manifeste ainsi aux yeux de tous la dépendance vitale des grands groupes chinois à l'égard des hautes technologies californiennes ? Ce serait un coup de tonnerre et même une humiliation que la Chine serait tentée de faire payer très cher. 

D'autres explications ont pu être proposées autour du dossier ZTE, aussi bien faisant partie de la négociation concernant la Corée du Nord, ou encore comme étant un geste accordé à Pékin en l'échange d'un soutien chinois contre le régime iranien (La Chine étant un partenaire majeur de Téhéran). Ces enjeux géopolitiques peuvent-ils également éclaire la décision apparemment commerciale de Donald Trump ? 

On parle aussi d'un soutien financier chinois à un projet immobilier de la galaxie Trump en Indonésie... Il est bien certain que ZTE n'est qu'un aspect des négociations en cours et qu'un "geste" américain sur ce sujet permettrait sans doute des concessions chinoises sur d'autres dossiers. Il faut cependant remarquer que le cas de ZTE apparaît dans un cadre réglementaire propre au département du Commerce, sans lien direct avec les négociations en cours. Mais il est vrai que ces sanctions sont opportunes du point de vue de Washington, et qu'elles semblent donner une intéressante marge de manœuvre aux négociateurs américains. 

Au regard de la situation, ne peut-on pas voir dans le cas ZTE une preuve de l'efficacité de la méthode employée par Donald Trump à l'égard des excédents commerciaux chinois ? ZTE ne vient-il pas de démontrer la vulnérabilité commerciale chinoise ?  

Moins que de la vulnérabilité commerciale, je parlerais de la vulnérabilité technologique. C'est d'ailleurs sur cela qu'insiste Xi Jinping ces derniers temps : la Chine doit compter sur ses propres forces, développer ses propres technologies et ne peut se permettre de rester dépendante des Etats-Unis dans ce domaine. Donald Trump à l'inverse insiste aujourd'hui d'avantage sur le "pillage" technologique des entreprises américaines par les entreprises chinoises, et met un peu moins l’accent sur le déficit commercial américain, aussi énorme soit-il. Les conséquences des passes d'armes actuelles seront sans doute un renforcement du contrôle des exportations de technologie vers la Chine de la part des Etats-Unis, et une montée en puissance de la recherche autochtone chinoise. Deux stratégies dont ferait bien de s'inspirer la France. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !