Grand dépotoir à missiles : 25 ans après l’effondrement de l’URSS, la grande chasse aux armements russes disparus dans la nature | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'ex bloc de l'est est toujours truffé d'armes issues de l'arsenal soviétique
L'ex bloc de l'est est toujours truffé d'armes issues de l'arsenal soviétique
©REUTERS/KCNA

Responsables du crash ?

Grand dépotoir à missiles : 25 ans après l’effondrement de l’URSS, la grande chasse aux armements russes disparus dans la nature

Le Boeing 777 Malaysia Airlines, abattu par un missile sol-air, rappelle que l'ex bloc de l'est est toujours truffé d'armes issues de l'arsenal soviétique, et dont la traçabilité est loin d'être optimale.

Alain Rodier

Alain Rodier

Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la criminalité organisée.

Son dernier livre : Face à face Téhéran - Riyad. Vers la guerre ?, Histoire et collections, 2018.

 

Voir la bio »

Atlantico : Même si les circonstances dans lesquelles l’avion de la Malaisian Airline a été abattu restent obscures, cet événement nous rappelle une réalité : dans la région les armes passent aisément d’une main à une autre depuis que le bloc soviétique s’est écroulé.  Comment la question de l’arsenal soviétique a-t-elle été gérée à ce moment-là ? Peut-on seulement parler de "gestion", en réalité ?

Alain Rodier :Le Pacte de Varsovie était équipé dans son ensemble d'armements soviétiques. Chaque Etat a donc conservé ses propres équipements. De plus, l'Armée soviétique qui entretenait des forces dans ses pays "alliés" est retournée en Russie en laissant la majorité de ses armes sur place. Cela coûtait trop cher de tout rapatrier. Ce sont donc des quantités immenses d'armements allant de l'avion de chasse, en passant par les chars de bataille et les batteries anti-aériennes qui ont été abandonnées. 

Quel a été le destin des différents armements russes ? Quelle part a été récupérée par les nouveaux Etats indépendants, et quelle autre a été captée par des trafiquants comme Viktor Bout, qui a inspiré le film Lord of War sorti en 2005 ?

Les armées nationales des pays issus des ex-pays de l'est n'avaient plus besoin de telles quantités d'armement. La plupart était stockées dans des "dépôts" mal gérés. De nombreux militaires, même certains encore en activité, se sont livrés à un immense trafic d'armes allant vers les plus offrants (pays africains, Moyen et Extrême-Orient). Pendant une bonne dizaine d'année, cela a constitué un immense marché aux armements à ciel ouvert.

Les armes légères du type Kalachnikov ont-elles été les seules à faire l’objet d’un trafic, ou bien des armes lourdes ont-elles également été exportées par les trafiquants, et vers quelles destinations ?

Tout a fait l'objet de trafics, plus ou moins officiels : du casque de fantassin au jet supersonique. La RFA qui avait récupéré les stocks de l'armée de l'Allemagne de l'est en a donné de grandes quantités à la Turquie -en payant même le transport. De nombreux convois ferrés chargés de chars sont passés par l'Italie pour rejoindre des destinations exotiques.  

Dans quel état ces armes se trouvent-elles aujourd’hui ? Sont-elles encore efficaces ?

Cela dépend de là où elles se trouvent. La majorité est hors d'usage mais des ventes légales -et illégales- de pièces de rechange faites par la Russie et aussi par l'Ukraine, ont permis de maintenir une partie de ces matériels en état de fonctionner. 

Aujourd’hui les experts mettent en avant le déséquilibre des forces entre l’Ukraine et la Russie. Paradoxalement, le fait que la Russie n’ait pas su garder tout son armement de l’ère soviétique a-t-il permis d’entretenir l’obsolescence des armées de ses voisins, qui ont continué de s’appuyer sur ce vieil arsenal ?

Le cas de l'Ukraine est un peu à part. Il y a eu volonté politique de ne pas moderniser les équipements militaires en raison des coûts. Par contre, de nombreux trafics ont eu lieu depuis ce pays. Je pense en particulier à des missiles de croisière qui se sont retrouvés en Iran.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !