Grâce à l'invention du smartphone, la capitale mondiale de l'innovation n'est plus en Occident mais en Chine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Les drones ressemblent également à une révolution technologique à venir. Or la plupart des composants internes des drones, comme les microprocesseurs, les gyroscopes ou les batteries, ont au départ été conçus pour les smartphones.
Les drones ressemblent également à une révolution technologique à venir. Or la plupart des composants internes des drones, comme les microprocesseurs, les gyroscopes ou les batteries, ont au départ été conçus pour les smartphones.
©Capture d'écran Youtube

Empire du Milieu

Grâce à l'invention du smartphone, la capitale mondiale de l'innovation n'est plus en Occident mais en Chine

Avant, la Chine ne faisait que fabriquer. Aujourd’hui elle innove, et mieux que tout le monde.

Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'après la Seconde Guerre mondiale le Japon s'est retrouvé dévasté. Les bombardements à répétition - y compris nucléaires - avaient détruit toute la capacité productive du pays, qui s'est trouvé extrêmement appauvri. Mais le Japon de l'après-guerre s'est lancé dans une politique de croissance qui en a fait aujourd'hui un des pays les plus phénoménalement riches au monde. On l'oublie, mais à une certaine époque, le Japon était le pays des copies à deux sous des produits occidentaux. La dévastation du pays lui avait aussi donné un coût du travail très faible, qui lui a permis, avec le soutien de l'État, de se lancer dans une politique manufacturière fondée sur le travail à bas coût. Mais avec la création d'une base industrielle est venue l'expertise. En copiant, les Japonais ont énormément appris et progressé, en termes de technologie, de valeur ajoutée, puis d'innovation.

Évidemment, si cette histoire vous fait penser à un autre grand pays asiatique, ce n'est pas une coïncidence…

Les smartphones ont été une révolution technologique, économique (avec, par exemple, l'"ubérisation" de nombreux secteurs) et culturelle. Et cette révolution n'aurait pas été possible sans la Chine, où sont fabriqués tous ces appareils qui ne nous quittent pas et qui ont changé nos vies.

Shenzhen, capitale économique

Si on pense au rôle de la Chine dans la fabrication des smartphones, on pense sans doute aux usines gigantesques où des ouvriers font de l'assemblage pour une bouchée de pain. Mais la réalité a beaucoup évolué. Shenzhen, il y a quelques décennies un petit village de pêcheurs de l'autre côté de la frontière avec Hong Kong, au Sud-est de la Chine, et aujourd'hui une mégapole de plus de 10 millions d'habitants, est devenue une sorte de Silicon Valley bis. Si la Silicon Valley, la vraie, reste la reine sans rival de l'innovation en software, en logiciel, Shenzhen est devenue la Silicon Valley du hardware, l'électronique. Et tout cela grâce au smartphone. Explications

On entend beaucoup parler de Pékin et de Shanghai, mais Shenzhen est aujourd'hui un moteur économique de la Chine. C'est une des villes les plus chères de Chine. On y trouve les QG de Xiaomi, qui était connu il y a 5 ans pour ses smartphones à très bas prix mais dont aujourd'hui les meilleurs modèles rivalisent avec Apple et Samsung, de Huawei, le fabricant d'équipement de télécommunications qui rivalise avec Cisco, ou encore Tencent, le leader des réseaux sociaux.

La "guerre des smartphones" et le "dividende de la paix"

La raison de cette transformation est simple, comme l'explique le site Vox. Si on regarde les entrailles de votre téléphone, qu'on y trouve-t-on ? Des microprocesseurs. Des puces de communication sans fil. Un GPS. Une caméra. Depuis une décennie, les entreprises de Shenzhen ont dépensé tous leurs efforts pour rendre ces composants plus petits, plus efficaces, plus économes. Or, avec ces mêmes composants, on peut fabriquer toutes sortes d'autres gadgets électroniques : des montres intelligentes, des drones, des appareils de réalité virtuelle, de la domotique, mais également des hoverboards.

Si les hoverboards sont plus un phénomène de mode, l'émergence de ces gadgets montre bien la capacité d'innovation de Shenzhen. Comme l'a expliqué Planet Money, si le concept de départ est venu d'un inventeur américain, la plupart des hoverboards en vente sont fabriqués par des usines chinoises. Comment ? Le plus souvent, ils ont été fabriqués par des usines qui construisaient déjà des plaques de circuits ou des moteurs pour des entreprises occidentales.

Les drones ressemblent également à une révolution technologique à venir. Or la plupart des composants internes des drones, comme les microprocesseurs, les gyroscopes ou les batteries, ont au départ été conçus pour les smartphones. L'expert en technologie Chris Anderson a décrit les drones comme le "dividende de la paix" des "guerres des smartphones." La concurrence furieuse entre Apple, Samsung et les autres pour concevoir des composants toujours plus sophistiqués pour leurs gadgets a permis cette éclosion technologique. Aujourd'hui DJI, le plus gros fabricant de drones au monde, a son QG à Shenzhen.

Autre exemple : comme le signale The Register, pour faire un casque de réalité virtuelle, il faut des senseurs à haute précision pour suivre les mouvements de la tête du porteur, ou encore des écrans miniatures à haute résolution - des technologies qui ont été développées au départ pour les smartphones.

On trouve aujourd'hui des composants issus de smartphones dans les voitures autonomes.

Allez, un dernier exemple pour la route ? Sans doute le plus frappant… Ce que The Economist a appelé la révolution des nanosatellites, qui pèsent entre 1 et 100 kilos, coûtent moins d'1 million de dollars et reproduisent les fonctionnalités de satellites plus gros coûtant au moins 200 millions. En 2013, raconte Space.com, la NASA a lancé un "phonesat", un satellite expérimental dont l'électronique interne est basée d'un smartphone acheté dans le commerce, et qui assure des fonctions de télémétrie pour les autres missions de la NASA.

L'innovation en réseau

Avec sa longueur d'avance, Shenzhen a de bonnes chances d'être la capitale de l'innovation en électronique pendant les décennies à venir. C'est le fameux phénomène de l'innovation en "cluster", avec les laboratoires de recherche, les grandes entreprises, les startups, les entrepreneurs, employés qualifiés et les investisseurs, tous situés à un même endroit, qui forment ainsi un écosystème auto-entretenu.

Au centre de Shenzhen on trouve Huaqiangbei, un marché gigantesque, exploré par le magazine Wired, qui ne vend que de l'électronique, et où on trouve de tout, du cheap, du farfelu, mais également du nouveau et de l'innovant. A Huaqiangbei, aucun problème pour acheter le composant électronique que vous voulez - ou 100 000 composants. Ou trouver un fournisseur qui vous fabriquera un composant sur mesure. Ou même vous concevra et fabriquera un appareil entier. Il n'y a aucun autre endroit au monde où c'est possible. Pas étonnant, alors, que le magazine The Economist ait récemment nommé Shenzhen comme le meilleur endroit au monde pour l'innovation en électronique.  

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !