Gourde métallique contre bouteille plastique : le meilleur pour l’environnement n’est pas forcément le plus évident | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Des bouteilles de la société des eaux minérales de Saint-Amand défilent sur un tapis roulant, le 26 juillet 2006
Des bouteilles de la société des eaux minérales de Saint-Amand défilent sur un tapis roulant, le 26 juillet 2006
©Denis CHARLET / AFP

Pollution

Gourde métallique contre bouteille plastique : le meilleur pour l’environnement n’est pas forcément le plus évident

Les bouteilles en plastique ne seront plus proposées aux clients dans les bars des TGV. Est-ce une fausse bonne nouvelle ? Les gourdes ont-elles un moindre impact sur l'environnement que les bouteilles en plastique ?

Kako Naït Ali

Kako Naït Ali

Le Dr Kako Naït Ali est ingénieur et docteur en chimie des matériaux.

Voir la bio »

Atlantico : Le directeur de Voyages SNCF s’est réjoui il y a quelques jours de la fin des bouteilles plastiques qui constituaient une « hérésie écologique » dans les bars TGV. Une fausse bonne nouvelle ?

Kako Naït Ali : Cette bouteille est constituée de carton, de plastique et d’aluminium. Tricouche, elle est donc bien plus difficile à recycler qu’une bouteille en plastique. L’hérésie est plutôt là. Pour utiliser des emballages éco-conçus, il faut interroger le besoin pour éviter le déchet, utiliser des matériaux les moins complexes possibles pour faciliter leur recyclage et mettre en place le tri/la collecte et le recyclage effectif. C’est donc un gros raté de la part de la SNCF. L’avancée écologique serait par exemple de mettre à disposition des fontaines à eau dans les trains.

Vous soulignez que la bouteille plastique n’est pas forcément le désastre que l’on croit ?

En comparant l'utilisation d’une gourde en aluminium à celle d’une bouteille en plastique jetable sur 1 an, on peut conclure que la gourde a un impact environnemental plus faible que le jetable.

Mais si on considère le lavage des gourdes, le jetable devient le moins impactant et de loin.

Impacts de l’utilisation de bouteilles en plastique jetables et de la bouteille réutilisable en aluminium, incluant le lavage quotidien à l'eau chaude, avec ou sans savon.

Légende : GWP = Climate change; FD = Fossil depletion; HTP = Human toxicity; ETP = Eco toxicity PET= Plastic PLA = bioplastique © 2021 Elsevier Inc. All rights reserved.

À Lire Aussi

Pourquoi boire dans une bouteille d’eau peut être encore pire que de lécher une cuvette de toilettes

L’analyse du cycle de vie (ACV) a été réalisée pour l’Italie en estimant une consommation de 1,5 L par jour soit une moyenne de 3 bouteilles jetables de 500mL / jour et l’équivalent de remplissage d’une gourde de 750mL. Cela correspond à une utilisation sur plusieurs années. Le lavage correspond à ce qui est recommandé après chaque utilisation afin de préserver la qualité de l’eau. La réutilisation des bouteilles jetables est rarement étudiée, et pas ici, parce qu’il est considéré qu’elles ne sont pas produites pour, mais cela réduirait encore l’impact.

Cette ACV ne dit pas qu’il faut utiliser du jetable, elle permet de se rendre compte qu’il n’y a pas QUE les impacts CO2 à considérer mais aussi l’utilisation de ressources, les déchets etc.

Il y a des aspects qui ne sont pas pris en compte par les ACV et qui pourtant sont importants. 

À Lire Aussi

Comment les bouteilles réutilisables design sont devenues l’objet fétiche d’une génération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !