Rend-on vraiment ses enfants plus intelligents en leur apprenant plusieurs langues ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Rend-on vraiment ses enfants plus intelligents en leur apprenant plusieurs langues ?
©

Moulin à parole

Rend-on vraiment ses enfants plus intelligents en leur apprenant plusieurs langues ?

Une étude réalisée par des chercheurs de Sardaigne et d’Écosse a démontré que les enfants bilingues récoltent de meilleurs résultats que leurs camarades ne maîtrisant qu'une seule langue. Mais attention à ne pas tout mélanger...

Josie Bernicot

Josie Bernicot

Josie Bernicot est professeur de psychologie à l'université de Poitiers, spécialiste des usages sociaux du langage chez l'enfant.

Voir la bio »

Atlantico : Une étude de l’université de Strathclyde, Glasgow, a montré que les enfants bilingues réussissent mieux les exercices de résolution de problèmes que les enfants ne connaissant qu’une seule langue. Peut-on faire un lien entre la maîtrise de plusieurs langues et les capacités intellectuelles ?

Josie Bernicot : Les enfants qui ont un quotient intellectuel élevé vont avoir de bonnes performances dans tous les domaines de l’apprentissage : les langues comme la résolution de problèmes. Cette interprétation se fait en termes de relation ou de corrélation mais cela ne veut pas dire que le bilinguisme favorise la résolution de problème (interprétation en termes de causalité). L'apprentissage de deux langues ou plus peut conduire à des interférences s’il n'est pas mené de façon méthodique.

De quels types d’interférences parlez-vous ?

On parle d’interférence quand un enfant applique dans une langue une règle ou une caractéristique d’une autre langue (par exemple un mot de polonais dans une phrase en français ou l’adjectif après le nom dans une phrase en anglais).

Qu'est-ce qu'un apprentissage méthodique ? Que doivent éviter les parents ?

Dans le cas d’un bébé qui a des parents qui n’ont pas la même langue maternelle, par exemple le français et le polonais, pour que l’enfant deviennent bilingue et ait un développement du langage sans problème le parent français doit lui parler français, le parent polonais doit lui parler polonais de façon systématique jusqu’à l’âge de 3 à 5 ans.

Combien de langues peut-on faire apprendre à un enfant ?

Le problème n’est pas tellement le nombre de langues, mais plutôt le “sens” que cette langue a pour l’enfant (pourquoi doit-il l’apprendre?). Ce n’est pas la même chose d’apprendre une langue parce que l’un de ses parents la parle ou parce que c’est la langue du nouveau pays où l’on vient de s’installer que d’apprendre une langue parce qu’elle au programme scolaire.

Je vous donne l’exemple maximum que je connais et qui se passe bien : un couple, lui chinois elle finlandaise sont installés en France. Leurs deux enfants parlent chinois et finlandais jusqu’à 3 ans avec la méthode décrite plus haut. À 3 ans ils vont à l’école en France et apprennent très rapidement le français (leurs parents échangent en français avec eux sur tout ce qui concerne l’école et les relations avec l’extérieur). À l’entrée au cours préparatoire ils sont parfaitement trilingues à l’oral : chinois finlandais français. À l’entrée en 6ème l’aînée prend anglais première langue et l’assimile facilement (ses parents parlent anglais avec des amis et connaissances à la maison). Puis le collège lui propose latin, qu’elle prend pour être avec ses copines mais sans s’y intéresser. À l’entrée en 4ème le collège propose allemand seconde langue: les parents raisonnables arrivent à convaincre le collège à l’autoriser à prendre chinois par correspondance (par le CNED).

Quel est le meilleur âge pour commencer à apprendre une nouvelle langue ?

Le plus tôt est le mieux, mais là encore tout dépend de la raison pour laquelle on veut l’apprendre.

Existe-t-il des bébés prédestinés à l'apprentissage d'une nouvelle langue en fonction de leur langue d'origine ?

Non absolument pas, à la naissance, tous les bébés peuvent prononcer  tous les sons de toutes les langues du monde. Au contact de leurs langues maternelles (une ou plusieurs) leurs possibilités se réduisent progressivement (jusqu’à 8-10 mois). 

On peut prédire un bon apprentissage d’une langue si pour l’enfant elle correspond à ce que l’on appelle (d’un point de vue théorique) un registre c'est-à-dire un ensemble de marques linguistiques correspondant à une situation sociale spécifique. Cette condition existe dans le cas de l’apprentissage de plusieurs langues au sein de la famille ou du bi ou trilinguisme en Suisse, Belgique, Québec ou dans le cas de l’arrivée dans un pays nouveau, mais elle est totalement absente dans la plupart des apprentissages linguistiques en milieu scolaire.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !