Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Des parents dans un centre hospitalier après la naissance de leur enfant.
Des parents dans un centre hospitalier après la naissance de leur enfant.
©PHILIPPE HUGUEN / AFP

Naissances

Devenir parent plus vieux aurait des effets sur la santé des enfants plus importants que ce qu’on croyait 

Selon une étude réalisée par des professeurs d'économie norvégiens, il existe des effets importants de l'âge des parents sur la santé et sur la participation au marché du travail de leurs enfants à l'âge adulte. Cette étude s’est concentrée sur les fratries afin de neutraliser les effets socio-économiques.

Hans K. Hvide

Hans K. Hvide

Hans K. Hvide est professeur d'économie et de finance à l'Université de Bergen. Il est également affilié au CEPR et à l'Université d'Aberdeen, et a déjà été affilié au MIT et à l'Université de Tel-Aviv. Il a été consultant pour un grand nombre de bureaux gouvernementaux et d'entreprises privées. Ses travaux portent sur l'économie de l'entrepreneuriat et sur la finance comportementale. Il a publié dans les meilleures revues d'économie, de finance et de gestion.

Voir la bio »

Atlantico : Quelles sont les principales conclusions de votre étude sur l'augmentation de l'âge des parents et ses effets sur les troubles de la naissance ? Y a-t-il eu une réelle sous-estimation des effets du vieillissement des parents sur les anomalies congénitales et la mortinatalité de la progéniture ?

Hans K. Hvide : La principale conclusion est qu'il existe des effets importants de l'âge des parents sur les troubles de la naissance de la progéniture. Les enfants nés de parents âgés en moyenne de 45 à 49 ans avaient 1,9 point de pourcentage de plus de risques de souffrir de troubles congénitaux que les enfants nés de parents âgés en moyenne de 30 à 34 ans. Il s'agit d'un effet important (environ 70%) étant donné que l'incidence des troubles de la naissance est de 2,7% dans notre échantillon.

Quels sont les risques potentiels de retarder la naissance d'un enfant ?

Nous étudions les troubles de la naissance et le risque de mortinatalité et trouvons des effets significatifs de l'âge des parents sur les deux. Dans des recherches futures, nous prévoyons d'étudier d'autres résultats tels que la santé et la participation au marché du travail à l'âge adulte. Nos résultats préliminaires suggèrent des effets importants ici aussi. Il semble donc qu'il y ait plusieurs risques à retarder la parentalité, et pas seulement ceux que nous étudions dans ce document.

La littérature existante compare les enfants dont les parents sont d'âges différents d'une famille à l'autre, ce qui pose problème car l'âge des parents et les anomalies congénitales peuvent être corrélés à des variables génétiques et au contexte socio-économique. Comment avez-vous procédé et quelle était votre méthodologie spécifique concernant les frères et sœurs ?

Nous avons comparé des enfants ayant les mêmes parents, c'est-à-dire des frères et sœurs, l'idée étant que de nombreux facteurs environnementaux et génétiques sont maintenus constants au sein de la famille. L'étape suivante a consisté à comparer les résultats des frères et sœurs plus jeunes et plus âgés.

Quelles sont les implications de l'âge des parents et des troubles de la naissance pour les politiques publiques ? Que peut-on faire pour aider les parents et protéger l'avenir des enfants concernés d'après les résultats de votre étude ? 

Les responsables des politiques publiques pourraient envisager d'informer les parents encore plus fortement qu'aujourd'hui sur le risque de devenir parent à un âge moyen. On pourrait également se demander si la société devrait subventionner les traitements de fécondation pour les couples qui souhaitent avoir des enfants à l'âge mûr.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !