Démocratie française : l'aveu de faiblesse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Démocratie française : l'aveu de faiblesse
©BERTRAND GUAY / AFP

Personne à la barre

Démocratie française : l'aveu de faiblesse

Entre les procès expéditifs des Gilets Jaunes, le cas Piotr Pavlenski ou la peur grandissante des réseaux sociaux, il semble que les hommes politiques n'adoptent plus que des positions défensives pour limiter la crise de défiance de la population à leur égard.

Maxime  Tandonnet

Maxime Tandonnet

Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l'immigration, l'intégration des populations d'origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l'intérieur.

Il commente l'actualité sur son blog  personnel

 

Voir la bio »

Atlantico : Pourquoi un tel aveu de faiblesse de la part des hommes politiques ? Pourquoi se sentent-ils aussi menacés ?

Maxime Tandonnet : Peut-être ne faut-il pas généraliser, mais le constat s’applique en tout cas à la classe politique issue du « nouveau monde », le séisme des présidentielles et législatives de 2017. La politique est devenue avant tout une affaire d’ego et de narcissisme. Ils vivent dans l’obsession de leur image et comme ils disent de leur « trace dans l’histoire », se présentent en héros romanesques. Quand ils agissent ou prétendent agir, il y a toujours en toile de fond, l’obsession du paraître. Voyez la réforme des retraites : la cohérence, l’utilité, la valeur ajoutée pour le pays n’est pas leur affaire. Tout ce qu’ils veulent, c’est donner l’image de ceux qui transforment le pays contre les obstacles. L’impact réel, financier, social pour le pays de cette réforme, sévèrement critiquée par le Conseil d’Etat, n’est pas leur problème. Dès lors, ils se trouvent en situation extrêmement fragile. Dès lors qu’ils misent tout sur l’image, sur l’apparence, la communication à outrance et non pas sur une action et des résultats, ils sont dangereusement exposés à toute opération de déstabilisation de cette image. D’où la peur panique que suscite l’affaire Griveaux et les réactions à l’évidence disproportionnées ou dangereuses pour les libertés comme l’idée d’interdire Twitter ou d’instaurer une censure d’Etat sur la Toile. L’échange autour de la vie privée de M. Faure témoigne de cette étrange perte des repères sous l’effet de la panique.


Selon un sondage de l'institut Gallup, 9/10 américains se disent heureux de leurs conditions de vie et ont confiance en l'avenir sous Donald Trump. En cause ? Son bagout et ses propositions offensives pour gérer le pays. Peut-on prendre exemple sur cette approche ? N'est-il pas impératif - au vu du climat international actuel - d'adopter un caractère offensif face aux nombreux défis à relever en France ?

Les Etats-Unis ne sont pas la France. Les Américains ont traditionnellement une vision plus dynamique et plus optimiste que les Français. Ce pays connaît le plein-emploi alors que la France compte toujours un chômage de masse qui touche plus de 8% de la population. Ce sondage ne signifie probablement pas que 9/10ème des Américains sont satisfaits de Donald Trump. Pour autant, ce dernier semble en bonne position pour être réélu à la présidence des Etats-Unis. Sa communication musclée, entièrement axée sur la défense des intérêts américains face à la Chine, la Russie, l’Europe, dans un contexte économique particulièrement favorable, lui permet de se représenter en position optimale. La France n’est pas dans la même situation. Un chef d’Etat français se comportant exactement sur le même modèle, lançant de tweets assassins contre la Chine, la Corée du Nord, la Russie, ou l’Iran, évidemment sans avoir les moyens économiques ou militaires de l’Amérique, serait ressenti comme irresponsable. En revanche il y a un point dont les dirigeants français pourraient à l’avenir s’inspirer utilement : exprimer leur attachement envers la nation qu’ils représentent et le respect de son peuple, éviter de les dénigrer par exemple sur l’histoire coloniale.

Quelles propositions d'action peuvent être mises en place pour que les hommes politiques puissent regagner la confiance des électeurs ? Est-ce faisable ?

Sans doute est-il trop tard pour l’équipe au pouvoir issue du « nouveau monde ». Le pli est pris : elle ne regagnera plus jamais la confiance du peuple. Son péché mortel, dès le début, est de l’avoir méprisé ouvertement par les mots comme par les actes. Si elle est reconduite en 2022, ce sera par un accident électoral, en l’absence d’alternative, mais sûrement pas en raison d’un regain de confiance. Le sentiment d’un peuple envers ses dirigeants relève des profondeurs de l’inconscient collectif et ne peut modifier son cours en quelques mois ou années. La leçon servira-t-elle dans l’avenir ? La clé d’un retour à la confiance tient au comportement des responsables politiques. Par leur discours et leur comportement, ils doivent se montrer comme les serviteurs de la Nation et non des demi-dieux arrogants. Leur unique devoir est de répondre clairement et efficacement, concrètement aux préoccupations du pays : l’insécurité, la maîtrise des frontières, la lutte contre l’islamisme politique, la pauvreté, le chômage, l’écrasement fiscal et la dette publique. Les Français savent bien qu’il n’existe pas de remède miracle, mais ils attendent au moins de leur dirigeant qu’ils montrent qu’ils ont fait tout leur possible pour répondre à ces attentes, sans la moindre idée de s’accrocher indéfiniment au pouvoir et sans l’obsession de la réélection. Un signe de la fin du mépris du peuple pourrait être l’organisation ponctuelle de referendums sur les sujets essentiels, comme du temps de de Gaulle.

Propos recueillis par Edouard Roux

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !