Covid et grossesse : sept choses à savoir pour les femmes enceintes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Quel est l'impact du Covid-19 sur la grossesse ?
Quel est l'impact du Covid-19 sur la grossesse ?
©PHILIPPE HUGUEN / AFP

Santé

Covid et grossesse : sept choses à savoir pour les femmes enceintes

Quel est l'impact du Covid-19 sur la grossesse ? Les femmes enceintes sont-elles plus à risques de développer une forme sévère ? Le fait de se faire vacciner permet-il de protéger le bébé ?

Frédéric Chiche

Frédéric Chiche

Le docteur Frédéric Chiche, chirurgien gynécologue et obstétricien est chef du Pôle de Chirurgie de l'American Hospital of Paris depuis janvier 2019, après avoir été de 2014 à 2017 chef du Pôle Santé de la Femme et de l'Enfant.

Voir la bio »

Atlantico : Que savons-nous de l'impact du Covid-19 sur la grossesse ?

Dr Frédéric Chiche : Il y a actuellement pratiquement 5000 publications évoquant le Covid et la grossesse sur Pubmed, dont 500 en 2022. Ce que nous savons, nous le savons de la lecture de ces données parues dans des revues référencées et les données sont accessibles gratuitement car elles sont mises à disposition des lecteurs par les éditeurs. Je ne parle donc pas en mon nom propre mais selon ce que j’ai lu.

La grossesse affecte-t-elle la capacité d'une personne à combattre les infections ?

Oui et on l’a observé. Il y a plus de risque de contracter une infection lorsqu’on est enceinte. Lorsqu’on compare les infections des femmes enceintes à celles qui ne le sont pas, il y a aussi plus de risque de formes sévères.

Quels impacts les formes sévères peuvent-elles avoir sur la grossesse ? Cela peut-il entraîner des problèmes de développement ?

Factuellement, on sait que le virus peut atteindre le placenta et s’y multiplier mais on ne sait pas s’il le dépasse. Ainsi nous n’avons pas observé de troubles du développement, de fœtopathie Covid comme il pourrait y avoir pour d’autres virus ou pour la toxoplasmose.

Ce que l’on observe, pour les femmes enceintes et l’enfant qu’elle porte, c’est qu’il y a un danger de générer de la prématurité, spontanée ou induite. On pense que le Covid est responsable de quelques morts fœtales in utero. Il y a des fausses couches possiblement imputables au Covid. On ne sait pas s’il y a des transmissions verticales pendant la grossesse. Il y aurait eu quelques cas décrits, mais c’est encore très débattu. Toutes ces conséquences seraient dûes à des formes graves chez la mère, plutôt après 20 semaines aménorrhées et le plus souvent sur la fin de la grossesse (deuxième moitié ou dernier tiers de la grossesse). Lorsque les femmes font des pneumopathies sévères qui entraînent des troubles de la coagulation, des troubles respiratoires aigus qui entraînent des hospitalisations, on est obligé de faire naître le bébé pour sauver la mère. Il y a eu des situations où la mère et l’enfant ne survivaient pas.

À Lire Aussi

Covid-19 : ce qui se cache derrière l'inquiétante explosion de la mortalité chez les jeunes Brésiliens

Le Covid-19 est-il dangereux pour le bébé une fois né ?

Le bébé peut contracter le virus à la naissance. Il est rare que les nourrissons fassent des formes néonatales sévères mais il y en a quelques-unes qui ont été recensées. Mais le bébé a plus de complications s’il est né prématuré ou lors d’un accouchement compliqué, que s’il arrive dans de bonnes conditions. Être prématuré, c’est plus de risque d’infections, de complications de séquelles, notamment pulmonaires.

Le fait de se faire vacciner pendant la grossesse protège-t-il le bébé ?

Cela protège la mère et le nouveau-né car cela va le prémunir des infections néonatales. Post-accouchement, le bébé est immunisé pendant quelques semaines quand la vaccination a été faite durant la grossesse.

Les vaccins affectent-ils les personnes enceintes et leurs fœtus ? Le vaccin peut-il rendre une personne infertile ?

La réponse est non. Il n’y a pas d’impact sur le risque de fausse couche. On a entendu que les chances de conception étaient réduites par la vaccination. Une étude de l’université de Boston et le National Institute of Health, Presto (Pregnancy Study Online) publié dans l’American journal of Epidemiology a montré que les chances de conception n’étaient pas réduites après vaccination contre le Covid. On l’a pensé parce que certaines femmes ont relaté avoir saigné ou connu un décalage de leur cycle menstruel après la vaccination. Une variation du cycle menstruel inférieure à 8 jours n’a rien d’anormal. Une étude parue en janvier 2022 dans Obstetrics and gynecology a consulté 4000 femmes de 18 à 45 ans en comparant la durée des cycles de femmes vaccinées et non vaccinées. Cette étude a montré un allongement de 1,1 jour chez les femmes vaccinées, lors du premier cycle uniquement. Cela n’est pas considéré comme une anomalie. En revanche, chez les femmes infectées par le Covid, on enregistre des allongements du cycle chez 25% des femmes. Toutes ces rumeurs sur la fertilité des hommes et des femmes sont fausses comme le montrent les études comparatives.

À Lire Aussi

Rhume, angine ou Covid ? Les symptômes du variant Omicron rendent la distinction plus difficile sans test

On peut donc vacciner sans risque les femmes enceintes en début de grossesse ou en désir de grossesse. Il n’y a aucune contre-indication.

Selon la dernière enquête EPICOV, parmi les femmes enceintes, la proportion de celles qui ne souhaitent pas se faire vacciner ou qui hésitent à le faire est plus importante (respectivement 18,1 % et 23,8 %) que chez les autres (13,6 % et 14,6 %). Pourquoi de nombreuses femmes enceintes ne se font-elles pas vacciner ?

Il y a une réticence à la vaccination chez les femmes enceintes en général. Surtout, elles ne connaissent pas bien les outils rassurants, comme le site du CRAT. Que ce soit pour les médicaments ou les vaccins, tous les risques et réserves sont consignés. L’une des raisons qui font que les femmes enceintes ne sont pas vaccinées est qu’elles ne veulent pas gérer l’incertitude et ne savent pas comment se rassurer. Pour cela, on peut se rassurer sur le site de l’AHS, du collège national des gynécologues obstétriciens français, le Royal College of Obstetricians and Gynecologists (RCOG) au Royaume-Uni, l’American College of Obstetricians and Gynecologists. On peut donc utiliser Google pour se rassurer. En cherchant des recommandations, on sort un peu de la zone d’incertitude et on s’éloigne des contre-vérités.

À Lire Aussi

Dans les limbes : ces rares Français à qui leurs médecins déconseillent encore la vaccination (et à juste titre)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !