Nouveau clip du PS : un salut post fasciste qui s’ignore ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Nouveau clip du PS : un salut 
post fasciste qui s’ignore ?
©

Lipdaube

Nouveau clip du PS : un salut post fasciste qui s’ignore ?

Il faudrait montrer aux partisans de François Hollande le film de Dennis Gansel "La Vague". Cela les ferait peut-être réfléchir...

Serge  Federbusch

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.

Il est l'auteur du livre L'Enfumeur, (Ixelles Editions, 2013) et de Français, prêts pour votre prochaine révolution ?, (Ixelles Editions, 2014).

Voir la bio »

Les jeunes de l’UMP avaient ridiculisé leur parti lors d’un inénarrable lipdub il y a deux ans. Désormais, la Toile se gausse et se délecte des Socialistes qui défilent, tantôt dignitaires, tantôt militants de base, en faisant un étrange signe des mains et des bras pour scander : « le changement c’est maintenant 


Clip du PS "Le changement c'est maintenant"

Mais faut-il seulement en rire ? D'abord, le mouvement en question ressemble un peu à un appel à la décapitation quand il est fait près du cou. Puisque François Hollande se fait désormais le chantre de la révolution française dans ses discours afin de les gauchir, les mauvais esprits y verront une inquiétante façon d’appeler au changement !

Enfin, ne soyons pas trop médisants. Quoi que … à y réfléchir, ce curieux mouvement de bras évoque irrésistiblement la sorte de salut post-fasciste du livre et du film à succès "La Vague" ("die Welle" en allemand), où un prof instaure sans même le vouloir au départ une sorte de dictature dans un lycée allemand.

La « Vague » commence dans la bonne humeur. Elle appelle bientôt à la discipline, au respect des règles citoyennes, aux vertus de l’action partagée et dénonce ceux qui ne contribuent pas assez aux charges de la communauté lycéenne. Toute ressemblance avec un parti socialiste d’aujourd’hui est naturellement fortuite !

Peu à peu, au lycée, les choses tournent au vinaigre : dénonciation des individualistes considérés comme des déviants, brutalités, etc. Les membres de « La Vague » ont coutume de se reconnaître et de se rassembler en faisant un signe horizontal des bras légèrement ondulant, d’où leur nom. On croirait voir nos socialistes hollandisés !


Ôtez à ces derniers le sourire (certains du reste ne sourient déjà pas dans leur lipdub) et vous y retrouverez une forme de confrérie partageant un salut inquiétant. Dans le livre et le film (inspirés de faits réels notons-le bien), les comportements grégaires commencent aussi dans une parfaite convivialité.

Il est en réalité assez incroyable que, sous couvert de décontraction, de bonhomie et d’humour, des politiciens aussi expérimentés que Jack Lang ou des acteurs rompus à la symbolique comme Gérard Darmon puissent se laisser prendre à des jeux douteux qui, au mieux peuvent les ridiculiser, au pire évoquent des gestuelles inquiétantes quand elles sont reprises en groupe. C’est un signe supplémentaire de l’acculturation de notre classe dirigeante qui, devant une caméra et à la suggestion de conseillers en com’, est prête à faire à peu près n’importe quoi.

Il vaut décidément mieux que Hollande et ses soutiens ne fassent pas campagne, c’est comme cela qu’ils sont les meilleurs.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !