Christiane Taubira est fâchée avec l’orthographe, mais qu’est-ce qu’elle aime les mots | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Christiane Taubira s'exprime après avoir remporté la Primaire Populaire le 30 janvier 2022.
Christiane Taubira s'exprime après avoir remporté la Primaire Populaire le 30 janvier 2022.
©THOMAS COEX / AFP

D’elle on ne se lasse pas

Christiane Taubira est fâchée avec l’orthographe, mais qu’est-ce qu’elle aime les mots

Écoutons-la.

Isabelle Larmat

Isabelle Larmat est professeur de lettres modernes. 

Voir la bio »

Le discours qu’elle tient à l’issue des résultats de la Primaire populaire nous en donne encore, pour notre plus grande joie, une magnifique démonstration.

Notre poétesse habitée par le verbe y enfourche, c’est un grand bonheur, les mots à défaut du tigre. Elle les travaille au corps et s’attache à les réduire : elle les veut ductiles, malléables, plastiques, tout prêts à épouser sa pensée flamboyante et à en restituer les plus infimes subtilités. Nous saluons l’exploit : une sacrée gageure puisque Mme Taubira se propose de marier harmonieusement, elle le martèle en son discours, le « respect » et « l’effraction ». Et ça donne ça : « Nous continuerons à donner l’espoir, en respect, en attitude respectueuse envers chacune, envers chacun.  (…) Nous voulons emmêler la raison et le cœur. »

« Nous n’avons pas le droit d’abandonner nos idéaux », poursuit-elle.  « Ce sont ces idéaux qui font que la gauche est, mais, intrinsèquement, irréductiblement, indéfectiblement, liée, elle est liée, cette gauche avec ses sensibilités, cette gauche qui regarde réel, le veut meilleur… » Mince, mais où veut donc aller notre griote, avec cette phrase ? Elle s’est perdue dans ses méandres syntaxiques et nous a noyés avec. En bonne compagnie avec, cite-t-elle, non sans un culot indépassable, Olympe de Gouges, les deux Léon (Blum et Gambetta), Jean Jaurès, Pierre Mendès-France, Condorcet, Aimé Césaire, René Char, Robert Badinter, Gisèle Halimi, nous avons bu le bouillon.

Au passage, nous nous sommes quand même réjouis pour Condorcet qui avait ardemment désiré « que l’Instruction publique formât des citoyens difficiles à gouverner ». L’Éducation nationale telle qu’elle est devenue a parfaitement réalisé ce louable projet…

À Lire Aussi

Une poétesse tropicale nous est née : elle s’appelle Christiane Taubira

Je me permets donc de renvoyer Christiane Taubira, férue de littérature et tout particulièrement de poésie, à notre bon Boileau. Son « Art poétique, Chant I », ça reste en effet la base :

Avant donc que d’écrire apprenez à penser

Selon que notre idée est plus ou moins obscure

L’expression qui la suit, ou moins nette ou plus pure.

Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement,

Et les mots pour le dire arrivent aisément.

Je lui suggère également de s’associer à Jean Ferrat, si elle veut mêler politique et poésie. Lui, en son temps fit l’une des plus belles déclarations d’amour qui soient à notre pays, la France. C’était clair, net et précis.

Picasso tient le monde au bout de sa palette

Des lèvres d’Éluard s’envolent des colombes

Ils n’en finissent pas tes artistes prophètes

De dire qu’il est temps que le malheur succombe

Ma France

Isabelle Larmat, Professeur de Lettres modernes

À Lire Aussi

Christiane Taubira pourquoi êtes-vous fâchée avec la langue française ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !