Ces seniors qui se radicalisent et qui pourraient bien changer la donne politique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Des manifestants lors d'un rassemblement du mouvement des Gilets jaunes pour le 24e samedi consécutif, le 27 avril 2019, à Marseille.
Des manifestants lors d'un rassemblement du mouvement des Gilets jaunes pour le 24e samedi consécutif, le 27 avril 2019, à Marseille.
©GERARD JULIEN / AFP

Convictions

Ces seniors qui se radicalisent et qui pourraient bien changer la donne politique

Au Royaume-Uni, une radicalité croissante chez les électeurs les plus âgés a été constatée, selon des informations de The Economist. Cette radicalité pourrait-elle changer les intentions de vote, notamment en France ?

Serge Guérin

Serge Guérin

Serge Guérin est professeur au Groupe INSEEC, où il dirige le MSc Directeur des établissements de santé. Il est l’auteur d'une vingtaine d'ouvrages dont La nouvelle société des seniors (Michalon 2011), La solidarité ça existe... et en plus ça rapporte ! (Michalon, 2013) et Silver Génération. 10 idées fausses à combattre sur les seniors (Michalon, 2015). Il vient de publier La guerre des générations aura-t-elle lieu? (Calmann-Levy, 2017).

Voir la bio »

Atlantcio : Au Royaume-Uni, un article de The Economist constate une radicalité croissante des électeurs les plus âgés. Est-ce le cas en France ?

Serge Guérin : Tout dépend de ce que l’on met derrière ce mot. Toutefois, ce quon a pu voir dans les mouvements récents est que l’âge nest pas un facteur de modération. L’âge sinscrit dans un ensemble social : là où les gens vivent, ce quils subissent, etc. Ces éléments jouent beaucoup.

On a aussi remarqué, notamment au moment du mouvement des Gilets jaunes, une certaine proportion de gens âgés. On parlait alors de « Gilets gris ». Des personnes plus âgées qui vivaient ce même sentiment de relégation et les mêmes problématiques : éloignement des villes, manque de transports, pouvoir dachat faible, manque de reconnaissance, etc. L’âge peut être un facteur cumulatif dans certains cas comme si le passage à la retraite a été un peu violent ou parce que la pension est très modeste. Durant cette contestation, on a vu des gens plutôt âgés se mobiliser.

On peut aussi considérer que quelque chose se passe autour de l’écologie. On voit beaucoup de jeunes qui se mobilisent, cest vrai, même si cela reste une minorité, mais aussi de gens âgés. Certains estiment quils auraient dû être plus combatifs durant leurs jeunes années, mais à l’époque, personne nen parlait. Le phénomène était moins visible et les lanceurs dalertes étaient moins audibles. Ils se mobilisent, à la fois pour eux et pour leurs enfants et petits-enfants, face à lurgence. A contre-courant des « OK boomer », il y a une prise de conscience des personnes âgées en même temps que celle de la société. La perspective de manifestations ayant une dimension conviviale a donné envie de se mobiliser. Ils vont aussi beaucoup plus se rejoindre pour des actions de proximité et plutôt circonstanciées comme la pollution dune rivière.

À Lire Aussi

Cachez-moi ces vieux que nous ne saurions voir... : pourquoi il faudra bien plus que de l’argent public pour sortir les Ehpad de leur malaise

Lors du début du quinquennat Macron, on a aussi vu une mobilisation des retraités contre la hausse des CSG. Ces derniers étaient fâchés d’être considérés comme des privilégiés. Cest aussi une forme de radicalité.

Enfin, au moment du Covid, de nombreuses personnes ont refusé d’être infantilisées par les restrictions.

Quels facteurs pourraient expliquer cette montée de la radicalité des plus âgés ?

Il y a dabord, pour certains, une culture de la manifestation qui ne disparaît pas avec l’âge pour les plus engagés. Il y a aussi une explication à chercher du côté du lien social. La manifestation est aussi un moment où les gens se retrouvent, discutent, comme au moment des Gilets jaunes. Cela a été pour certains une manière de rompre la solitude. De plus, notamment sur la question de l’écologie, il y a un sentiment de partage et lidée que lon ne manifeste pas tant pour soi quen solidarité avec la jeunesse. 

Cette radicalité pourrait-elle changer les intentions de vote de cette partie de la population ?

Cest une bonne question. La science politique a longtemps dit que les jeunes votaient à gauche, les plus vieux à droite. Cela fait quelques temps que nous en sommes revenus. On le voit notamment par le vote important des jeunes de catégories populaires pour le Rassemblement national, ce quon nobserve pas chez les plus âgés. Toutefois, je pense que la problématique du vote, notamment en faveur de l’écologie, est plus celle de loffre que celle de la demande. Loffre politique ne répond pas nécessairement aux demandes, notamment car elle saccompagne de questions sociales sur lesquelles les plus âgés ne sont pas forcément mobilisés ou motivés. Il est en tout cas intéressant de voir que le vote senior peut être plus complexe que ce quon dit souvent. La question du pouvoir dachat préoccupe beaucoup les gens âgés, tout comme les questions sur la manière de préparer lavenir ainsi que linsécurité également.

À Lire Aussi

Des milliers de morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !