Ces dangers à réduire la vitesse de circulation parisienne à 30 km/h | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Bertrand Delanoë envisage d'abaisser la vitesse à 30 km/h sur certains axes de la capitale.
Bertrand Delanoë envisage d'abaisser la vitesse à 30 km/h sur certains axes de la capitale.
©

Flop

Ces dangers à réduire la vitesse de circulation parisienne à 30 km/h

Après sa demande d'abaisser la limitation sur le périphérique à 70 km/h, la Ville de Paris doit annoncer mi-novembre une série de mesures antipollution. Bertrand Delanoë envisage d'abaisser la vitesse à 30 km/h sur certains axes de la capitale.

Pierre Chasseray

Pierre Chasseray

Pierre Chasseray est délégué Général de l'association 40 Millions d'automobilistes.

Voir la bio »

Atlantico : Les automobilistes parisiens vont bientôt devoir se résoudre à lever le pied pour de bon. Dans le droit-fil de sa politique anti-voiture, Bertrand Delanoë envisage sérieusement d'abaisser la vitesse à 30 km pour lutter contre les accidents, la pollution et le bruit.

Sommes-nous certains de l'efficacité d'une telle mesure ? Existe-t-il des précédents qui prouvent son efficacité ?          

Pierre Chasseray : D’un point de vue purement « sécurité routière », l’efficacité reste contestable. En effet, selon l’Institut de l’Accident publié par 40 millions d’automobilistes, les accidents mortels en agglomération se répartissent comme suit :

-         325 pertes de contrôle (dues à une vitesse très éloignée de la vitesse réglementaire, donc l’abaissement de la vitesse à 30 km/h n’aurait pas d’impact dur ces chauffards)

-         190 morts lors de manœuvres non maîtrisée : c’est le manque de visibilité qui est en cause, pas la vitesse

-         24 morts dans des accidents  « inclassables » (rodéos et poursuites avec la police…)

-         361 piétons et cyclistes, dont 40% sont morts lors d’un accident nocturne (= manque de visibilité), 180 tués âgés de plus de 65 ans (public plus vulnérable du fait du manque de réflexes et adoptant parfois des comportements à risques, que les conducteurs ne peuvent pas anticiper) et 40% de cyclistes tués par un véhicule alors qu’ils se trouvaient dans sont angle mort (donc encore un défaut de visibilité).

Donc les principales causes des accidents mortels en agglo sont aujourd’hui les grands excès de vitesse, le manque de visibilité et les comportements à risques des piétons. Mais en aucun cas la vitesse réglementaire ou les petits excès de vitesse.

Aussi, le simple aspect de sécurité routière ne semble pas à lui seul justifier l’abaissement de la vitesse règlementaire

Du point de vue de la pollution sonore, c’est-à-dire le bruit, le constat est le même. Les principales nuisances sonores en agglo dues aux véhicules motorisés viennent des bruits émis par le moteur (véhicule en mouvement ou à l’arrêt). Les bruits émis par le roulement des pneus sur la chaussée est négligeable en dessous de 50 km/h. Aussi, l’abaissement de la vitesse maximale autorisée n’aurait que très peu d’impact sur les émissions sonores.

D’après une étude réalisée par la Mairie de Paris en 2007, la vitesse moyenne de circulation des voitures dans Paris Intra Muros est seulement de 15,9 km/h… donc déjà en dessous des 30 km/h que l’on veut imposer.

D’autre part, abaisser la vitesse de 50 à 30 km/h (pour peu que les véhicules roulent vraiment à cette allure) ne permettrait de réduire le volume sonore que de 3 décibels. Lorsque l’on sait que 3 décibels est le seuil de perception d’un changement de volume pour l’oreille humaine, l’efficacité réelle de la mesure reste une nouvelle fois plus que contestable.

Quant à la pollution atmosphérique, c’est sans doute le point le plus sensible puisque cette fois-ci, la mesure d’abaissement des vitesses vient à contre-courant du principe même d’amélioration de la qualité de l’air lorsque l’on sait qu’un véhicule émet plus de polluants à 50km/h qu’à 30km/h.

N’oublions pas que ces dernières années, l’amélioration de la qualité de l’air dans la capitale eest principalement liée au rajeunissement du parc automobile. En effet, une étude réalisée par la Mairie de Paris a constaté que les gains faits en matière d’émissions d’oxydes d’azote étaient imputable pour 26% à l’amélioration technique des véhicules donc au renouvellement du parc roulant, contre seulement 6% aux évolutions de circulation.

Les spécialistes automobiles admettent que l’optimum énergétique se trouvant autour de 80 km/h, une voiture pollue davantage à 30 qu’à 50 km/h, car sa vitesse est plus éloignée de l’optimal.

D’un point de vue environnemental et écologique, cette mesure est donc un non-sens absolu !

Quels sont les dangers d’une telle mesure ? Que peut-elle engendrer ?

Pierre Chasseray : L’abaissement des limitations de vitesse envisagé créerait ou aggraverait de nombreux désagréments. Il est évident qu’avec des vitesses réduites et donc des temps de parcours allongés, cela provoquerait assurément une sur-congestion d’une capitale déjà engluée. Il faut au contraire penser à fluidifier plutôt qu’à comprimer l’espace et à poursuivre l’érosion des places de stationnement.

D’un point de vue économique, c’est aussi extrêmement contre-productif puisque l’allongement des temps de parcours entrainerait de manière inéluctable une baisse de la productivité.

Mais pensons « social », pensons aussi « famille »… Et que pourra t’on répondre à un automobilistes qui perdra autant de temps de loisirs avec l’accroissement des temps de parcours.

Cette mesure ne risque-t-elle pas d’être la goutte d’eau qui rendra la ville de Paris inaccessible aux automobilistes ?

Pierre Chasseray : Il faut être constructif. Des zones 30 autour des écoles. C’est le bon sens… C’est protéger un peu plus les jeunes enfants les plus à risque qui peuvent avoir des comportements dangereux et imprévisibles.

Mais généraliser un abaissement à 30km/h, c’est assurément étouffer un peu plus des automobilistes qui n’ont d’autre alternative que leur véhicule. On ne va pas dans un embouteillage par envie. On ne s’englue pas dans le trafic par plaisir. Si les automobilistes prennent leur véhicule, c’est qu’ils en ont besoin.

Ne l’oublions pas, un automobiliste est avant tout un piéton qui n’est pas encore garé ! Alors créons du stationnement et Paris sera plus Vert !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !