Ce que les données Facebook nous apprennent sur la persistance ou non des préférences hommes / femmes dans les sociétés de plus grande égalité des genres | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Facebook peut nous apprendre de nombreux éléments sur les différences de préférences entre les hommes et les femmes.
Facebook peut nous apprendre de nombreux éléments sur les différences de préférences entre les hommes et les femmes.
©Olivier DOULIERY / AFP

Centres d'intérêts

Ce que les données Facebook nous apprennent sur la persistance ou non des préférences hommes / femmes dans les sociétés de plus grande égalité des genres

Des chercheurs de l'Université Carlos III de Madrid ont publié une étude sur ce que Facebook peut nous apprendre sur les différences de préférences entre les femmes et les hommes au sein de nos sociétés. Les chercheurs ont étudié les informations d'utilisateurs masculins et féminins de Facebook sur plus de 45.000 sujets différents.

Ignacio Ortuño-Ortin

Ignacio Ortuño-Ortin

Ignacio Ortuño-Ortin est professeur d'économie à l'Université Carlos III de Madrid. Il est titulaire d'un doctorat en économie de l'Université de Californie à Davis. Ses intérêts de recherche portent sur l'économie politique, l'économie publique, la mobilité sociale intergénérationnelle et la diversité culturelle. Il a publié dans des revues telles que le Journal of Public Economics, le Journal of the European Economic Association, PlosOne et le Journal of Development Economics.

Voir la bio »
Klaus Desmet

Klaus Desmet

Klaus Desmet est professeur de villes, régions et mondialisation à la Southern Methodist University, chercheur au CEPR et chercheur associé au NBER. Il est titulaire d'une maîtrise en commerce et ingénierie de l'Université catholique de Louvain et d'un doctorat en économie de l'Université de Stanford. Avant de rejoindre SMU, il était professeur à l'Université Carlos III de Madrid. Ses recherches portent sur l'économie régionale, la croissance économique, l'économie politique et le commerce international. Ses travaux ont été publiés dans des revues telles que l' American Economic Review, le  Journal of Political Economy, le  Journal of Economic Theory et le Journal of Development Economics. En 2019, il a été co-récipiendaire du prix Robert E. Lucas Jr.

Voir la bio »
Ruben Cuevas Rumin

Ruben Cuevas Rumin

Ruben Cuevas Rumin est Professeur associé, Département d'ingénierie télématique à l'Université Carlos III de Madrid. Il est co-auteur de plus de 70 articles dans des revues et conférences internationales prestigieuses. Les recherches de Ruben sur le piratage du partage de fichiers, les réseaux sociaux, la fraude publicitaire en ligne et la transparence du Web ont été présentées dans les principaux médias internationaux et nationaux tels que The Financial Times , BBC, The Guardian, The Times, New Scientist, Wired, Corriere della Sera, O'Globo, Le Figaro, El Universal, El Pais, El Mundo , ABC, Cadena Ser, Cadena Cope, TVE, Antena3, La Sexta, etc. 

Voir la bio »
Angel Cuevas Rumin

Angel Cuevas Rumin

Angel Cuevas Rumin est professeur assistant au sein du Département d'ingénierie télématique de l'Université Carlos III de Madrid et professeur associé à l'Institut Mines-Telecom SudParis. Ses intérêts de recherche portent sur les mesures Internet, la transparence Web, la confidentialité et les réseaux P2P. Il est co-auteur de plus de 50 articles dans des revues et conférences internationales prestigieuses telles que IEEE/ACM Transactions on Networking, ACM Transactions on Sensor Networks, Elsevier Computer Networks, IEEE Network, IEEE Communications Magazine, WWW, ACM CONEXT, ACM CHI et Sécurité USENIX.Financial Times, NewsScientists, The Sunday Times, Le Figaro, El País , TVE et RTS. 

Voir la bio »

Atlantico : Dans le cadre de votre étude "Ce que Facebook peut nous dire sur les différences de préférence entre les femmes et les hommes" pour l'Université Carlos III de Madrid et publiée dans VoxEU, vous vous êtes intéressé à ce que Facebook peut nous apprendre sur les différences de préférences entre les hommes et les femmes. Vous avez notamment étudié plus de 45.000 sujets différents. Pourquoi avez-vous choisi d’utiliser les bases de données de Facebook ?

Klaus Desmet, Ignacio Ortuño-Ortin, Ángel Cuevas Rumin et Ruben Cuevas Rumin : Jusqu’à présent, la plupart des études sur l’écart entre les genres se sont concentrées sur des préférences très spécifiques, comme l’intérêt pour l’étude des mathématiques ou l’intérêt pour un emploi dans la finance. Aucune étude n’a tenté de couvrir tout l’éventail des préférences. C’est là que Facebook entre en jeu. Nous utilisons des données sur la part des utilisateurs masculins et féminins de Facebook qui sont intéressés par plus de 45 000 sujets différents. Ces données nous indiquent combien d’hommes et de femmes sont intéressés par les motos au Zimbabwe, combien d’hommes et de femmes sont intéressés par la spiritualité en Islande, etc. En raison du très grand nombre de centres d’intérêt, il couvre à peu près tout ce à quoi vous pouvez penser, de la cuisine à la religion, en passant par les voyages, le sport, la famille et les films.

Bien sûr, vous vous demandez peut-être comment Facebook identifie ce qui vous intéresse. Facebook n’observe pas seulement ce que vous aimez explicitement, mais aussi ce que vous lisez, ce que vous partagez, ce que vous téléchargez, et pas seulement sur sa propre plateforme, mais aussi sur jusqu’à 30 % du web mondial où il est présent. Qui plus est, il ne se contente pas d’observer votre activité en ligne : grâce au suivi GPS de vos appareils mobiles, il sait si vous allez courir tous les jours, si vous allez à l’église le dimanche ou si vous vous rendez au bar du coin. En s’immisçant dans la vie de milliards de personnes et en observant discrètement leur comportement, Facebook a involontairement créé la plus grande base de données au monde sur les intérêts et les préférences. C’est là une véritable mine d’or pour quiconque souhaite étudier et comprendre le comportement humain.

À Lire Aussi

Doit-on se couper des réseaux sociaux pour améliorer ses performances au travail ?

Quelles différences fondamentales dans les préférences avez-vous trouvées dans votre étude ? Existe-t-il des des préférences innées en fonction du genre ?

Nous avons constaté une différence fondamentale entre ce que nous appelons les préférences liées au genre et les préférences non liées au genre. Nous disons qu’un intérêt est lié au genre s’il présente le même biais systématique selon le genre à travers le monde entier : par exemple, dans pratiquement tous les pays du monde, les hommes sont plus intéressés par les voitures, les jeux vidéo et le football que les femmes, et les femmes sont plus intéressées par les spas, les romans d’amour et les enfants que les hommes. A contrario, nous disons qu’un intérêt est non lié au genre s’il ne présente pas le même biais de genre dans le monde entier. Par exemple, les voyages, les chevaux et les livres électroniques sont plus populaires auprès des hommes dans certains pays, et plus populaires auprès des femmes dans d’autres pays.

Cela signifie-t-il que certaines préférences sont innées et non construites socialement ? Pour répondre honnêtement, nous ne le savons pas vraiment. Ce que je vais dire ensuite est donc spéculatif et provisoire. On pourrait dire que pour qu’un intérêt ait une forte composante innée, il doit présenter le même biais de genre dans tous les pays du monde. Si un intérêt, comme les voyages, est plus populaire chez les hommes dans certains pays et plus populaire chez les femmes dans d’autres pays, il est très peu probable qu’il ait une composante innée. Mais si un intérêt, comme le sport et la guerre, est plus populaire chez les hommes dans tous les pays du monde, il est plus probable qu’il s’explique par des facteurs innés. En suivant cet argument, nous pourrions aller jusqu’à dire que les préférences liées au genre, comme le sport, les jeux vidéo et les enfants, sont plus susceptibles d’avoir une composante innée, tandis que les préférences non liées au genre, comme les voyages, sont probablement construites socialement.

À Lire Aussi

Réseau(x) toxique(s) pour les ados : ces révélations qui fragilisent Facebook… et ceux censés le contrôler 

L’égalité des chances et l’égalité d’accès aux ressources devraient rendre les hommes et les femmes plus semblables dans leurs préférences. Cependant, vous vous êtes rendu compte que ce n’était pas toujours le cas. Peut-on parler d’un paradoxe de l’égalité des sexes ? Comment l’expliquer ?

Il semble intuitif que l’égalité des chances devrait rendre les hommes et les femmes plus semblables dans leurs préférences, et pour les intérêts non liés au genre, tels que les voyages et les livres, cette intuition est correcte : les hommes et les femmes sont effectivement plus semblables dans les sociétés où règne l’égalité des sexes. Toutefois, pour les intérêts liés au genre, tels que le football et les enfants, c’est le contraire qui est vrai : les hommes et les femmes sont plus différents dans les sociétés où règne l’égalité des sexes. Comme ce dernier résultat va à l’encontre de l’intuition de nombreuses personnes, on peut parler de paradoxe de l’égalité des sexes.

Mais s’agit-il vraiment d’un paradoxe ? À notre avis, pas nécessairement. En fait, nos résultats contrastés s’alignent bien sur deux théories apparemment concurrentes. D’une part, la théorie des rôles sociaux affirme que les hommes et les femmes diffèrent principalement en raison des stéréotypes, des normes et de la socialisation. Dans les sociétés plus égalitaires, ces stéréotypes s’affaiblissent, ce qui conduit les hommes et les femmes à se rapprocher dans leurs préférences. D’autre part, la psychologie évolutionniste arrive à la conclusion opposée. Elle affirme que l’égalité des sexes permet à chacun d’être lui-même. Ainsi, dans les sociétés plus égalitaires, les femmes et les hommes peuvent exprimer plus librement leurs prédispositions innées, ce qui les rend plus différents en termes de préférences.

À Lire Aussi

Mais comment expliquer que le danger posé par Facebook à ses utilisateurs comme à la démocratie ne préoccupe aucun des candidats à la présidentielle ?

Une fois que l’on a compris que la théorie des rôles sociaux s’applique aux préférences socialement construites, alors que la psychologie évolutionniste s’applique aux préférences innées, nos résultats ne sont plus paradoxaux. Pour les préférences non liées au genre, qui sont plus susceptibles d’être socialement construites, les femmes et les hommes sont plus semblables dans les sociétés où règne l’égalité des sexes, alors que pour les préférences liées au genre, qui sont plus susceptibles d’avoir une composante innée, les femmes et les hommes sont plus différents dans les sociétés où règne l’égalité des sexes.

Le fait d’en savoir plus sur les différences de préférences entre les hommes et les femmes pourrait-il avoir des applications dans certains domaines ?

Il est toujours délicat de s’aventurer dans le domaine de la politique sociale. Cela dit, améliorer l’égalité d’accès et d’opportunités pour les femmes et les hommes est un bon objectif à poursuivre, car il conduit à une meilleure répartition des talents et il aide chacun à vivre selon ses véritables intérêts et aspirations. La réduction des obstacles est donc bénéfique, que les préférences soient socialement construites ou innées.

Toutefois, lorsqu’il s’agit d’autres politiques, telles que les quotas en fonction du genre, la situation est plus complexe. Si les différences sont socialement construites, il semblerait souhaitable, par exemple, d’atteindre une présence égale d’hommes et de femmes dans toutes les professions, alors que si certaines différences sont innées, il devient moins évident que 50-50 soit nécessairement la répartition optimale que nous devrions poursuivre.

Pour retrouver l'étude de Klaus Desmet, Ignacio Ortuño-Ortin, Ángel Cuevas Rumin et Ruben Cuevas Rumin publié sur le site de VoxEU : cliquez ICI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !