Ce qu’il faut gagner pour être dans les 1% de Français les plus riches | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Les 1% des français les plus riches ne concernent que 700 000 personnes.
Les 1% des français les plus riches ne concernent que 700 000 personnes.
©Reuters

100 patates !

Ce qu’il faut gagner pour être dans les 1% de Français les plus riches

Qu'il s'agisse des revenus d'une activité professionnelle, ou uniquement du capital, les 1% des français les plus riches ne concernent que 700 000 personnes. Parmi celles-ci, on retrouve principalement des cadres dirigeants, des chefs d'entreprise, ainsi que ceux qui exercent une profession libérale comme les avocats, les médecins et quelques architectes.

Nathalie  Cariou

Nathalie Cariou

Nathalie Cariou est consultante en intelligence financière. Elle accompagne les particuliers et les professionnels dans leur relation à l’argent et sur le chemin de leur indépendance, financière ou professionnelle. Elle est l’auteur de deux livres : Prenez la responsabilité de vos finances et Oser devenir riche, aux Editions Jouvence, et depuis 2009, elle dirige la société qu’elle a créée : les Clefs de la Réussite.
Conceptrice d’un programme en ligne pour apprendre la liberté financière
et organisatrice des Rendez-vous de l’indépendance financière , elle intervient régulièrement en conférences et dans les média en tant que coach financier. Vous pouvez retrouver ses tribunes sur l’argent et la liberté financière sur son site : www.clefsdelareussite.fr

 

 

Voir la bio »

Atlantico : La population est régulièrement divisée en deux franges d'une façon particulièrement parlante : les 1% des plus riches, et les 99% des autres. Aujourd'hui ce "club" des 1% des plus riches parait très fermé. Concrètement, combien faut-il gagner pour appartenir à ce cercle ?

Nathalie Cariou : D'après les dernières statistiques qui datent de 2011, il faut toucher 7.350 € net par mois et par personne pour faire partie de ces 1% des plus riches de France. Ce qui veut dire, concrètement, qu'une personne célibataire et seule qui touche annuellement 88.000 € net est considérée comme telle. Pour un couple, on monte à 176.000 €. C’est le seuil minimal pour en faire partie. Si on veut observer les 1% des plus riches, c’est donc à partir de 88.000 € mais au sein de ces 1%, on en trouve 90% qui vont gagner entre 88.000 € et 230.000 €, tandis que le 10% n'ont pas de vraies limites. La majorité de ces 1% gagne en réalité entre 7.350 et 20.000 € mensuels.

Ce cercle est-il aussi fermé qu'il n'est décrit ? Quels peuvent-être les critères nécessaires pour en faire partie ?

Un salaire de l'ordre de 7.000 € net par mois, il est évident que c'est quelque chose qui semble très lointain pour toute une frange de la population. C’est extrêmement éloigné de ce que gagnent certaines personnes. Mais pour d'autres, des cadres en entreprise ou cadres supérieurs par exemple, 7.000 € ce n’est pas inaccessible. Et on s’aperçoit que ce 1% de plus riches – à partir du moment où on met la barre à 1% – , qui gagnent 7.000 ou 10.000 € par mois, touche finalement un salaire de cadre supérieur. Ce n’est pas si restrictif qu’on peut le croire. On a l’impression que c’est une très petite minorité mais en l’occurrence 1%, ça veut dire que ramené à une population de 67.000.000 personnes, ça en touche 670.000. Ça fait quand même du monde.

En dehors du salaire, on peut aussi observer le capital comme critère : à combien s'élève leur patrimoine. C'est aussi un indicateur de richesse. Si on s'attarde sur leur patrimoine, on s’aperçoit que pour faire partie du 1% des plus riches, il faut 1.800.000 € de patrimoine. Accéder à ce niveau de fortune cela signifie deux choses : soit avoir investi, soit avoir hérité. Parce qu'au final pour posséder 1.800.000 € de patrimoine, même si encore une fois ça peut paraître énorme aux yeux de certains, il suffit d'hériter de 2-3 maisons ou 2-3 appartements bien placés, et je ne parle même pas de Paris.

L'appartenance aux 1% les plus riches se limite-t-elle uniquement à une question de salaire ? Etre rentier, est-ce indispensable pour faire partie du cercle ?

Les rentiers ne font généralement pas partie des 1%. On s'aperçoit que la majorité des revenus de ces 1% proviennent d'activités, pas forcément salariées mais qui peuvent aussi correspondre à des professions libérales qui débouchent sur une activité professionnelle. Dans les faits, sur ces 1%, on retrouve en majorité des personnes qui ont plus de revenus d’activité professionnelle que de revenus de capital. Ils sont plus actifs que rentiers. Les rentiers sont ceux qu'on retrouve dans des tranches encore plus infimes de la population, la tranche des infiniment riches, comme les 0,01% plus riches des Français. Ils sont donc, bien évidemment, compris dans les 1%, mais le fait est qu'au sein de ces 1%, trop de différences subsistent pour ne pas diviser de nouveau.

Gagner 7000 euros net par mois, ça n'est pas nécessairement suffisant, au demeurant, pour faire partie du cercle : à 30 ans on peut concevoir que les dépenses indispensables – le crédit pour la maison, par exemple – empêchent d'économiser l'argent qui permettrait d'appartenir aux 1%. A 50 ans, le capital est déjà construit, et le problème ne se pose en théorie plus, quand bien même les charges augmentent de paire avec le niveau de vie.

S'il fallait faire l'inventaire des professions que l'on peut y retrouver, quels seraient les types de gens susceptibles d'y être croisés ?

On va y croiser des dirigeants d’entreprises, des cadres d’état major, des cadres commerciaux, des cadres financiers, et peut-être des traders, qui montent même plus haut, généralement. Les sportifs de haut niveau en font également partie, ainsi que les people, les musiciens, et puis les professions indépendantes et les professions libérales : avocats, médecins, quelques architectes, … Pas des masses d’hommes politiques cependant. Bien qu'il est plus que probable que notre président en fasse partie, les autres, s'ils peuvent réunir les conditions de rémunération ne sont toutefois généralement pas très doués pour gérer leurs fortunes...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !