Pirates des Caraïbes : les blockbusters ne sont plus ce qu'ils étaient | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Pirates des Caraïbes - La fontaine de Jouvence
Pirates des Caraïbes - La fontaine de Jouvence
©

Festival de Cannes

Pirates des Caraïbes : les blockbusters ne sont plus ce qu'ils étaient

Pirates des Caraïbes 4 est projeté à Cannes ce samedi. L'occasion de s'intéresser aux films à grand spectacle et à leur évolution...

Philippe Franceschi

Philippe Franceschi

Philippe Franceschi est l’un des trois fondateurs de La Tête qui Manque, communauté de recherche et recherche de communauté, située à mi-chemin entre Southpark et la revue Documents.

Voir la bio »

Pirates des Caraïbes 4, Fast and Furious 5, Harry Potter 7, Spiderman 4, etc., les suites se multiplient et les scénarios innovants se raréfient. Une fois qu’une franchise a trouvé la formule gagnante, les studios gardent les mêmes et recommencent, pour le meilleur et pour le pire. Mais le fait que les blockbusters se ressemblent n’est pas nouveau. En effet, ces films dont l’objectif principal est de rassembler un grand public ont toujours appliqué les règles du story-telling (une lecture référence dans le domaine : Robert Mc Kee, Story).

La même histoire encore et encore

Les scénaristes ont à leur disposition plusieurs types de canevas qu’ils s’efforcent de renouveler en les adaptant à la période contemporaine. Mais grosso modo, il est toujours question d’un protagoniste, le fameux héros positif récurrent, et de la poursuite d’un objet de désir. Le protagoniste entame une série d’actions pour s’en approcher. Mais à chaque action effectuée, un fossé s’ouvre entre l’attente du héros et le résultat. Qu’est-ce que le protagoniste risque de perdre s’il n’obtient pas ce qu’il désire ? Quelle est la pire chose qui puisse lui arriver s’il n’accomplit pas ce qui lui tient à cœur ? Autant de questions qu’il est amusant de se poser devant Piège de Cristal, La Revanche d’une Blonde ou Alien.

Ainsi, dans une histoire, on se concentre uniquement sur l’instant où le personnage fait un choix et s’attend à une réaction positive de la part du monde, mais au lieu de cela, contrairement à ses attentes, son action déclenche des forces antagonistes encore plus puissantes. D’abord un incident déclenche l’intrigue (Jack Sparrow apprend l’existence d’un trésor ou d’une fontaine), puis survient une avalanche de complications, une crise qui mène le récit à son climax où, dans une scène finale riche en renversements, l’histoire se résout.

Le story telling dépassé ?

Cependant la qualité des histoires inquiète. Le story-telling ne marche pas si vous n’en gardez que les recettes, sans être capable de les adapter aux ingrédients d’aujourd’hui. Car les époques changent et la mission de chaque conteur est de trouver pour chaque intrigue des détails et un univers qui entretiennent avec notre monde une relation féconde. Exemple d’une réussite récente : la narration maligne et ludique de Source Code. Pour les échecs bourrins, je vous laisse deviner.

En fin de compte, il serait légitime de se demander si la grille du story-telling n’est pas elle-même dépassée. Avec la prolifération des suites, la qualité croissante des salles de cinéma et des nouvelles technologies comme la 3D, on ne va plus au cinéma uniquement pour se faire raconter une histoire. L’histoire de Pirates des Caraïbes : La Fontaine de Jouvence, vous la connaissez déjà. Jack Sparrow à la chasse au trésor, que le trésor soit Pénélope Cruz ou un coffre empli de bijoux et de pièces d’or.

Ce qui va être intéressant, ce sera de repérer au cours du film, toutes les variations que subit le canevas que vous connaissez. C’est un peu comme de la commedia dell’arte : vous savez qu’Arlequin va se jouer de Pantalon et que Colombine et Lelio vont s’aimer, parfois vous savez même comment. Mais vous vous régalez du jeu des acteurs, de leurs cascades et de leurs grimaces, vous appréciez l’écran géant et l’ambiance qu’il y a dans la salle, les sursauts, les rires… le film donne alors sa chair à des possibilités qui le dépassent vraiment. Les sensations pures et l’émotion ont pris le pas sur les narrations complexes et inédites. Mais peuvent-elles vraiment s’en passer ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !