Ça coince au départ : Nike en rupture d’approvisionnement va priver la génération Z de baskets et de vêtements de marque | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Beaucoup de fournisseurs en Chine, en Indonésie et au Vietnam, voient leur production perturbée par la pandémie.
Beaucoup de fournisseurs en Chine, en Indonésie et au Vietnam, voient leur production perturbée par la pandémie.
©NICOLAS ASFOURI / AFP

Atlantico Business

Ça coince au départ : Nike en rupture d’approvisionnement va priver la génération Z de baskets et de vêtements de marque

Après l’industrie automobile qui doit arrêter ses livraisons et le bâtiment qui stoppent ses chantiers, c’est la distribution des produits de confection qui est en risque de rupture d’approvisionnement : les baskets, les tee-shirts, les pulls. Nike, première marque internationale touchée.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio »

La direction générale de Nike vient de prévenir ses distributeurs qu’elle ne pourrait pas livrer les baskets et les vêtements de sa marque parce qu‘elle rencontre de gros problèmes d’approvisionnement qui bouleversent toute la chaine logistique et au départ, les usines de fabrication. Régions touchées : l‘Amérique du Nord et l’Europe, c’est à dire les pays gros consommateurs de ce type de produits importés.

Nike vient officiellement d’informer ses circuits, et ses concurrents vont aussi être obligés de le faire.

La raison de ce blocage est simple : beaucoup de fournisseurs en Chine, en Indonésie et au Vietnam ont fermé leurs usines pour cause de Covid-19 qui n’a pas été éradiqué. Nike produit 50% de ses chaussures au Vietnam, qui compte, à lui seul, pour 7% de la production textile mondiale. Parallèlement, les moyens de transport maritime n’ont pas été rétablis, il y a donc beaucoup de stocks bloqués dans les ports d’Asie ou dans les pays de transit du Golfe. Sans parler des tankers qui n’ont pas encore repris la mer.

Le résultat de cette situation va se lire très rapidement, non seulement dans les magasins, mais dans les chiffres. Nike annonce une baisse de moitié de ses ventes, dès maintenant (moins de 5% contre plus de 10 % les années précédentes). Toutes les grandes marques de baskets et sportwear qui font fabriquer en Asie sont logées à la même enseigne.

Le secteur de la confection et de la chaussure rejoint donc les grands secteurs industriels de l’automobile et du bâtiment qui souffrent, eux aussi, de pénuries d’approvisionnement.

L’industrie automobile européenne a dû, aujourd’hui, ralentir ses usines de montage, et par conséquent, suspendre sa livraison faute de disposer des contacteurs électroniques et de batteries pour l’électrique. Ces contacteurs électroniques sont fabriqués en Asie (Chine, Indonésie ou Corée du Sud) et les fournisseurs ne peuvent plus satisfaire la demande. Cette demande provient du secteur automobile, mais aussi de toute la branche digitale qui a dû, depuis la crise du Covid, faire face à un gonflement de la demande en tablette, smartphone ou ordinateur.

À Lire Aussi

Avis aux marques qui se prennent pour des acteurs politiques : une campagne de pub cible aux Etats-Unis les groupes qui ont beaucoup (trop ?) cédé au chantage idéologique des mouvements woke

A côté de l’automobile, toute l’industrie du bâtiment et notamment de la construction se retrouve face à une pénurie de matériaux, dont une grande partie est préparée en Asie.

Ces ruptures d’approvisionnement sont liées au Covid, et au confinement des usines certes, mais aussi à un déséquilibre entre l’offre et la demande.

Mais au-delà de ces causes conjoncturelles, il existe un véritable déficit structurel qui va obliger les Occidentaux à réfléchir aux risques d’une telle spécialisation internationale.

Le système de production occidental a délocalisé à partir des années 2000, une partie de la fabrication de beaucoup de ses composants pour profiter des couts du travail très avantageux, mais aussi des normes et des modalités plus laxistes que les nôtres dans le domaine de la protection de l’environnement. Bref, on a confié à l’Asie le soin d’effectuer des fabrications les moins couteuses et les plus polluantes.

C’est un fait incontournable qui va obliger les industriels de l’automobile, du bâtiment et du textile à inventer des modèles de production plus près des centres de consommation, plus propres et par conséquent plus chers.

Il va falloir aussi convaincre les consommateurs que certains prix de base vont augmenter.

À Lire Aussi

Qui tient la mode tient le monde : comment louis XIV a utilisé la mode comme une arme politique

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !