89 années d’écart entre Elisabeth II et son arrière-petite fille : quelles différences d’éducation (et quel écart avec le commun des mortels) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
89 années d’écart entre Elisabeth II et son arrière-petite fille : quelles différences d’éducation (et quel écart avec le commun des mortels)
©Reuters

Une autre génération

89 années d’écart entre Elisabeth II et son arrière-petite fille : quelles différences d’éducation (et quel écart avec le commun des mortels)

Depuis la naissance d'Elisabeth II en 1926, la princesse née samedi 2 mai est la première fille qui sera éduquée à la manière des possibles héritiers de la couronne britannique. Une éducation "normale" comparé à celle d'Elisabeth II, qui n'était elle-non plus pas destinée à devenir la souveraine du pays.

Marc Roche

Marc Roche

Marc Roche a été journaliste au Soir, au Quotidien de Paris et au Point, avant de rejoindre l'équipe du Monde. Il publie également dans des journaux britanniques (The Independant, The Guardian) et participe à l'émission Dateline London de la BBC News. Ses écrits concernent principalement les institutions financières (Goldman Sachs) et la monarchie britannique.

Il est notamment l'auteur de Elizabeth II : Une vie, un règne et Elizabeth II : La dernière reine aux éditions La table ronde.

Voir la bio »

Atlantico : Quelles seront les différences d'éducation entre les deux, alors qu'Elisabeth II n'était pas non plus destinée à régner ?

Marc Roche : Tout comme sa mère, la fille du Prince William et de la Duchesse de Cambridge ira dans un premier temps dans un établissement scolaire privé, probablement un pensionnat ultra chic. Dans la poursuite de ses études, on peut avancer quelques noms prestigieux comme Cambridge, ou St Andrews, cela dépendra surtout de ses intérêts académiques. Mais très clairement les matières qui ne sont pas privilégiées sont les matières scientifiques "dures" comme les Mathématiques, la Physique ou la Biologie. Il y a plus de chances pour qu'elle s'oriente vers les sciences humaines comme l'Histoire, Histoire de l'art, la sociologie… Elle sera également amenée à faire beaucoup de sport. Le contraste avec Elisabeth II sera donc saisissant puisque l'actuelle Reine à reçu une éducation tout à fait sommaire, que ce soit avant l'âge de 10 ans, c'est-à-dire quand elle n'était pas encore princesse héritière, mais également par la suite. Son éducation s'est alors limitée à 7 heures de cours par semaine, donnés par des précepteurs, et totalement coupée de la réalité. Elle devait également suivre des cours de danse et de français. Quand elle est monté sur le trône, elle n'était donc pas du tout préparée à cette position, ce qui rend d'ailleurs son parcours assez remarquable.

Qu'en est-il de la différence avec les autres enfants britanniques ?

La différence avec les autres enfants britannique est elle aussi importante puisque la famille royale fréquente l'enseignement privé, enseignement réservé à seulement 7% des jeunes britanniques. Cela permettra également de la protéger de l'intrusion des médias. 

Quel sera le niveau d'implication du Palais royal dans son éducation, notamment pour limiter les fuites que recherche la presse ?

Pour la jeune princesse, le niveau d'implication du Palais sera effectivement très important. Comme pour son père, son oncle et son frère, ils décideront de manière conjointe avec les parents des établissements en question, secondaire ou universitaire. 

Il n'y aura aucune différence entre les éducations qu'aura reçu William par exemple. La différence sera en revanche notable sur la gestion des médias sociaux. Pour s'adapter à toutes les éventualités, le Palais s'est adapté aux nouvelles technologie et dispose désormais d'équipes dédiées à la surveillance des des réseaux sociaux par exemple. Plusieurs avocats sont également parés à poursuivre le moindre écart, et en cela, la couverture sera beaucoup plus difficile pour la presse à scandale. Depuis le divorce entre Charles et Diana, le Palais est devenu une entreprise très sophistiquée sur ces thèmes.

Dans le milieu des écoles privées, il n'y a pas de fuite. Le cercle intime de ces institutions n'en a jamais livré. Celles que l'on retrouve dans la presse proviennent généralement du personnels. Le Palais s'occupe de museler les médias, de la protection policière de la Princesse policière, et l'omerta qui se pratique dans les établissements privés se chargera du reste.

Comment lui seront enseigné l'étiquette, comment est éduquée une princesse royale aujourd'hui comparé à la première moitié du XXème siècle ?

Elle sera éduquée "à la dur", contrairement à la plupart des enfants de l'aristocratie d'ailleurs. Il n'y aura pas de caprice possible, et une alimentation tout à fait commune. Une éducation spartiate donc, qui contredit l'idée que l'on pourrait s'en faire, mais qui est censée forger le caractère.

Même si elle n'est pas destinée à régner, elle jouera un rôle certain dans la représentation. Et on ne sait jamais ce qui peut arriver aux trois autres... Le prince George lui, sera éduqué comme un souverain royal, c'est-à-dire avec une composante militaire, des études poussées sur l'Histoire de la monarchie britannique…

Pour autant elle conservera certaines marges de liberté. D'une part elle pourra choisir son université à partir de 18 ans, et celui de ses amis quant à lui ne se posera pas puisqu'elle évoluera parmi des aristocrates tout comme elle.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !