“Tout est foutu, Massu” mais que dirait le Général de Gaulle de la France d’aujourd’hui ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
“Tout est foutu, Massu” mais que dirait le Général de Gaulle de la France d’aujourd’hui ?
“Tout est foutu, Massu” mais que dirait le Général de Gaulle de la France d’aujourd’hui ?
©DR

Pessimisme

“Tout est foutu, Massu” mais que dirait le Général de Gaulle de la France d’aujourd’hui ?

La France est dans une situation qui, par certains aspects, peut rappeler les moments de déliquescence les plus graves. De ceux qui peuvent même faire perdre espoir aux grands hommes.

Maxime  Tandonnet et Sylvain Saligari

Maxime Tandonnet et Sylvain Saligari

Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l’immigration, l’intégration des populations d’origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l’Intérieur.

Il commente l'actualité sur son blog personnel.

Sylvain Saligari est avocat au barreau de Paris. Il est spécialisé dans le droit d'asile.

Voir la bio »

Parfois, nous avons un peu le sentiment d’être quelque part entre le 20 mai et le 14 juin 1940, en pleine débâcle militaire, quand le président du Conseil Paul Reynaud proclamait en vain : "Je crois au miracle car je crois en la France". Ou bien, avec le Général de Gaulle à Baden-Baden, un sinistre 29 mai 1968: "Tout est foutu, Massu!"

Tous les ingrédients du désastre sont en effet réunis : une épouvantable catastrophe économique, une phénoménale impuissance politique, la tragédie du déchirement de la société française. Qui est responsable ? Une classe dirigeante qui depuis le début des années 1980, par aveuglement et instinct grégaire, a précipité le pays dans une double  fuite en avant : la bruxellisation, c’est-à-dire le placement sous tutelle rigide des nations européennes  et la suppression de leurs frontières au profit d’une grande ouverture et d’une fragmentation de la société. La dissidence a été peu à peu réduite à néant. Les grandes voix isolées et prophétiques se sont tues  en particulier, en France, celles de Philippe Séguin, décédé après avoir été marginalisé, et de Jean-Pierre Chevènement, quasi-disparu. Toute contestation du processus s’est trouvée diabolisée et neutralisée par la création de puissants partis repoussoirs auxquels le système politico-médiatique renvoie toute velléité de contestation. Les rares voix lucides, dans ce pays, sont placées sous l’éteignoir médiatique : Nicolas Dupont-Aignan, Jacques Myard, Thierry Mariani… Bref, tout paraît bloqué, verrouillé, cloisonné. "Garder espoir", n’est-ce qu’une formule de convenance, à laquelle plus personne ne croit ? On se dit, avec André Tardieu, que "rien de ce qui est humain n’est définitif" (pardon, je me souviens avec certitude l’avoir lu, mais je n’ai pas noté la référence), ou bien avec Napoléon, à Sainte Hélène "La force de l’inconnu est incommensurable" (Las Casas). Bref, il reste forcément de l’espoir, quelque part masqué derrière le caractère imprévisible, erratique de l’histoire, comme dans toutes les situations qui paraissent les plus désespérées, même s’il est impalpable, invisible aujourd’hui, sauf pour les naïfs ou les victimes de manipulation.

Ce billet a été initialement publié sur le blog de Maxime Tandonnet

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !