"La vengeance du pardon" : Un très bon texte sur un très beau thème | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"La vengeance du pardon" :  Un très bon texte sur un très beau thème
©

Atlanti-culture

"La vengeance du pardon" : Un très bon texte sur un très beau thème

Livres, théâtre: Eric-Emmanuel Schmitt "en fait tellement" que tout n'est pas du même niveau. Une chance: son dernier livre est à la mesure de son énorme talent. Profitez-en.

Anne-Marie Joire-Noulens pour Culture-Tops

Anne-Marie Joire-Noulens pour Culture-Tops

Anne-Marie Joire Noulens est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam , journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam.

Voir la bio »
LIVRE
"La vengeance du pardon"
d'Eric-Emmanuel Schmitt
Ed. Albin Michel
326 pages

RECOMMANDATION : EXCELLENT

THEME
Décidément, le roman en mode "nouvelles" a le vent en poupe ces temps-ci.
Ici, quatre nouvelles sur un même sujet : le pardon, sous ces différentes formes, et les différentes réactions que celui-ci provoque:
    - Dans la première nouvelle, chez des soeurs jumelles, le ying et le yang, le pardon est-il une bonne chose ?
    - Dans la deuxième, chez ce ponte de la haute finance, le pardon passe-t-il par la rédemption ?
    - Dans la troisième, entre une mère et l'assassin de sa fille, le pardon n'est-il pas là pure vengeance ?
    - Enfin dans la dernière, chez cet homme d'âge mûr qui ignorait avoir mal agi, comment peut-il se le pardonner ?

POINTS FORTS
- L'écriture extrêmement fluide de cet académicien et le foisonnement des descriptions léchées, méticuleuses, remplit d'aise les amateurs de beaux textes.
- Ah, l'usage de l'imparfait du subjonctif, devenu si rare...
- L'aspect serein qui subsiste dans chaque histoire malgré une certaine forme de violence. Peut-être est-ce dû aux descriptions des jardins, des arbres, des oiseaux?
- Les récits qui nous proposent des histoires fortes et dont les chutes sont épatantes : soit brutales, soit suggérées, soit expliquées.
- Il y a une dimension évangéliste dans ces contes, un petit côté "l'ouvrier de la dernière heure", qui est dans la lignée des ouvrages d'Eric-Emmanuel Schmitt. .

POINTS FAIBLES
Je n'en vois guère;
EN DEUX MOTS
Cet ouvrage, à l'apparence légère, ne l'est pas tant que cela et demande réflexion. Notamment avec ces chutes que l'on n'attendait pas et qui, surtout dans la première histoire, laissent pantois.
Mais, comme à chaque fois, Eric-Emmanuel Schmitt nous entraîne dans son monde et nous force à nous poser des questions, très subtilement. On s'arrête après chaque nouvelle pour en intégrer la chute avant de repartir, très intéressé par la suivante.
Très bel ouvrage, que l'on abandonne à regret.

UN EXTRAIT
Ou plutôt quatre:
- D'abord, une "jolie" expression : p. 108, pour parler d'une jeune fille magnifique mais souffrant de retard mental : "Sa grâce physique n'équivalait que sa disgrâce intellectuelle". Délicat, non ?
- Et trois phrases qui semblent enfoncer des portes ouvertes mais qui ont néanmoins le mérite d'être dites, et avec tant d'élégance :
- p. 103 "L'honnêteté ne détient pas le privilège du discernement". Malheureusement.
 p. 195 "Jeune, on voudrait que son père soit un héros. Vieux, on voudrait que son fils en soit un. Au fond, on n'accepte jamais ses proches tels qu'ils sont". Tellement vrai.
- Une petite dernière pour la route, p. 287 "On devrait toujours se fier au pire : il ne déçoit jamais". Si l'on peut éviter...

L'AUTEUR
Que dire de cet auteur et dramaturge prolifique, philosophique  ?
Eric-Emmanuel Schmitt (né en 1960) engendre le succès depuis des années, en France et ailleurs. A 16 ans, en sortant d'une représentation de Cyrano de Bergerac, il décide d'être écrivain et dramaturge. La suite lui a donné raison : c'est un bon ! Il ajoute à sa palette un aspect philosophique, après une expérience mystique dans le Sahara. 
Il a commencé par le théâtre. Entre autres pièces : Variations énigmatiques (F. Huster), Le Libertin (B. Giraudeau), L'hôtel des 2 mondes. Que ce soit ses romans ou ses pièces, l'ensemble, mâtiné de philosophie, reçoit, le plus souvent un accueil très favorable du public.
Avant "La vengeance du pardon", début 2017, Eric-Emmanuel Schmitt a parlé de sa jeunesse dans  "Plus tard, je serai un enfant", livre d'entretiens avec Catherine Lalanne. Couronné de nombreuses distinctions et prix, il a été élu à l'Académie Goncourt en 2016.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !