"Apocalypse cognitive" de Gérald Bronner : le déferlement d’informations fait courir des risques à l’Humain, une sonnette d’alarme déstabilisante mais utile… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Gérald Bronner a publié "Apocalypse cognitive".
Gérald Bronner a publié "Apocalypse cognitive".
©

Atlanti Culture

"Apocalypse cognitive" de Gérald Bronner : le déferlement d’informations fait courir des risques à l’Humain, une sonnette d’alarme déstabilisante mais utile…

Gérald Bronner a publié "Apocalypse cognitive" aux éditions PUF.

Jean-Jacques Pluchart

Jean-Jacques Pluchart est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

"Apocalypse cognitive" de Gérald Bronner 

PUF, 2021 - 396 P. 19€ (existe aussi en format numérique)

Recommandation

ExcellentExcellent

Thème

La révolution de l’Intelligence Artificielle révèle « la nature humaine la plus profonde » qui s’est construite depuis la préhistoire. L’auteur prétend que l’IA contribue à « libérer le cerveau humain disponible » et que ce temps est consacré soit à la création ou au partage de connaissances, soit à une navigation aléatoire sur internet, qui entraîne une « apocalypse cognitive ». Les biais de l’IA contribueraient au développement de la désinformation de l’a-informationà multiplier les clash, à propager les  thèses  complotistes et à produire de nouveaux fantasmes collectifs autour de l’homme-machine et de la transhumanisation. Ces biais  favoriseraient les réactions paranoïaques et la satisfaction immédiate des besoins et des désirs. L’auteur invite les internautes à « domestiquer l’empire de ses intuitions erronées ».

Points forts

Le livre présente un brillant exercice de sociologie contemporaine. L’originalité des observations de l’auteur réside dans son analyse des externalités négatives de la navigation flottante sur internet. Le web est devenu le lieu planétaire de la désinformation (les fake news) et de « l’influençage » (ou nudging), qui oriente les comportements et les opinions des internautes.

Points faibles

Adoptant une posture d‘anthropologue, le sociologue conclut, par un curieux raisonnement,  que l’homme du XXIe siècle retourne à l’âge préhistorique, dominé par l’ignorance et  les mythes. Serait-il lui-même une  victime de l’apocalypse cognitive ?.

En deux mots ...

L’ouvrage engendre chez ses lecteurs une prise de conscience dérangeante.

Un extrait

“Le déferlement d’informations a entraîné une concurrence généralisée de toutes les idées, une dérégulation du « marché cognitif » qui a une fâcheuse conséquence : capter, souvent pour le pire, le précieux trésor de notre attention. Nos esprits subissent l’envoûtement des écrans et s’abandonnent aux mille visages de la déraison”.

L'auteur

Professeur de sociologie à l'Université de Paris, “sociologie cognitive des enjeux énergétiques”, Gérald Bronner codirige le Laboratoire interdisciplinaire des énergies de demain.

Il est membre de l’Académie des technologies (2014) et de l’Académie nationale de médecine (2017) ainsi que de l’Institut universitaire de France. Ses travaux et ses recherches l’ont amené à publier en 2004  L'Empire des croyances, couronné d'un prix par l'Académie des sciences morales et politiques (PUF).

Il est également membre du comité de rédaction de l’Année sociologique (revue fondée par Durkheim en 1898)  et fondateur d’une collection “Société et Pensées” aux éditions Hermann.  Depuis 2007, ses ouvrages publiés sont régulièrement couronnés de prix.

Après la parution de son ouvrage Déchéance de rationalité (Grasset, 2019), il publie en 2020 Cabinet de curiosités sociales (collection « Quadrige », PUF, 2020).

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !