Une prison suisse cherche des volontaires pour passer quelques nuits en prison | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Un établissement pénitentiaire Suisse.
Un établissement pénitentiaire Suisse.
©

Au mitard

Une prison suisse cherche des volontaires pour passer quelques nuits en prison

Un nouvel établissement pénitentiaire de la ville de Zurich veut tester son fonctionnement avant son inauguration en avril.

En Suisse, on applique les méthodes de l'hôtellerie aux prisons. Dans le canton de Zurich, on cherche actuellement des volontaires pour passer quatre jours de garde à vue en prison afin d'y décrire son expérience. L'administration pénitentiaire a choisi cette option pour tester en condition réelle son nouvel établissement avant son inauguration en avril. 

Les volontaires avaient jusqu'à dimanche dernier pour postuler et devait avoir au moins 18 ans et habiter dans le canton de Zurich. 

Durant leur incarcération voulue, ils seront traités un peu mieux que de vrais pensionnaires et ils pourront décider de ne pas dormir dans leur cellule ou d'écourter leur séjour. À leur arrivée, ils devront se délester de tout appareil électronique, mais auront le choix de ne pas se soumettre à la fouille corporelle à nue. La caféteria s'adaptera à toutes les obédiences et autres intolérances et les fumeurs pourront disposer de cellules prévues pour la pratique. 

L'administration en charge de l'expérience veut tester ses protocoles et les adpater en conséquences et que les pensionnaires de quelques jours puissent découvrir l'univers carcéral. 

Le 10 février,  700 personnes se sont portés volontaires, mais tout le monde ne pourra participer à l'expérience étant donné que la prison ne dispose que de 241 cellules. 

Ouest France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !