Pompéi : de la girafe au dernier repas avant l'éruption | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Pompéi : de la girafe au dernier repas avant l'éruption
©Reuters

L'aile ou la cuisse

Pompéi : de la girafe au dernier repas avant l'éruption

Un repas qui témoigne de la richesse et la variété de l'alimentation des Pompéiens de l'époque.

Des chercheurs américains de l'Université de Cincinnati ont récemment découvert la composition du menu du dernier repas des habitants de Pompéi avant l'éruption du Vésuve qui a détruit la ville en 79 après J-C. Et c'est de la girafe qu'ont consommé les Pompéiens avant de périr. Il aura fallu plus de dix ans de fouilles approfondies dans deux quartiers de la ville pour effectuer cette découverte.

Les chercheurs se sont concentrés sur l'une des zones les plus commerçantes de la ville. C'est à cet endroit que se trouvaient de nombreux restaurants dans les cuisines desquels les Américains ont retrouvé des déchets et des restes organiques parmi lesquels figurait une patte de girafe. "Il s'agit du seul os de girafe jamais découvert dans une aire archéologique de l'Italie romaine", affirme Steven Ellis, professeur d'histoire antique.

Cette découverte peut paraître surprenante mais Pompéi semblait en réalité adepte de la nourriture "exotique". Selon les chercheurs, "les anciens Romains étaient capables d'effectuer de longues distances pour acheter de la nourriture exotique", témoignant ainsi de la richesse de leur alimentation. "La vision traditionnelle qui veut que la plèbe se nourrissait de ce qu'elle trouvait, qu'elle se contentait d'un bol de mauvais gruau, doit donc être atténuée: il faut plutôt parler de haut niveau général en terme de qualité de vie et de régime alimentaire", explique Steven Ellis. Pompéi, ensevelie sous les cendres par l'éruption du Vésuve, est classée au patrimoine mondial de l'humanité depuis 1997.

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !