Les abeilles s'orientent grâce à une carte mentale, comme les humains | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Des abeilles
Des abeilles
©Reuters

Tros fortes

Les abeilles s'orientent grâce à une carte mentale, comme les humains

Pour en arriver à cette théorie, des chercheurs néo-zélandais ont capturé et anesthésié des abeilles à miel et ont décalé leur horloge corporelle de six heures.

On sait depuis longtemps que les abeilles sont des génies des maths. Mais il semblerait qu'elles soient aussi des as de la géolocalisation. Selon une nouvelle étude néo-zélandaise, les malignes utilisent un système de navigation interne pour s'orienter. Les abeilles à miel créent des "cartes mentales" qui leur permettent d'imaginer des itinéraires jusqu'à leur maison. "Il y a cinquante ans de cela, avancer qu'un être autre qu'humain avait une carte cognitive était très controversé car cela suggérait une théorie computationnelle de l'esprit ", s'est amusé le docteur James Cheeseman de l'Université d'Auckland en Nouvelle-Zélande. 

Pour en arriver à cette théorie des "cartes mentales", ses collègues et lui ont capturé et anesthésié des abeilles à miel et ont décalé leur horloge corporelle de six heures pour les désorienter. Ils leur ont aussi implanté des petits radars pour suivre leurs mouvements après les avoir relâchées dans différents endroits. Pour les chercheurs, si les abeilles se servaient du soleil comme d'un compas, l'altération de leur horloge corporelle les mettrait en difficulté pour retrouver leur maison. Or, ils ont découvert que, malgré leur dérèglement, ces bêtes retournaient chez bien elles, quoique plus lentement qu'à l'ordinaire.  

"Ces résultats suggèrent que les abeilles doivent naviguer à l'aide d'une carte mentale en plus de leur boussole solaire", a déclaré James Cheeseman. Nous savions que les mammifères pouvaient s'orienter en imaginant des cartes cognitives : une représentation mentale d'un paysage, avec des cailloux, des arbres ou des buissons, par exemple. Mais il n'était jusque-là pas prouvé que les insectes partageaient cette habilité.

 

 

 

Lu sur The Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !