Le ministère de l'Intérieur envisage de ne plus retirer de point pour les "petits excès de vitesse" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le ministère de l'Intérieur envisage de ne plus retirer de point pour les "petits excès de vitesse"
©THOMAS SAMSON / AFP

0 point

Le ministère de l'Intérieur envisage de ne plus retirer de point pour les "petits excès de vitesse"

Le ministère de l'Intérieur réfléchrait à ne plus retirer de point aux automobilistes coupables de petits excès de vitesse.

À la Place Beauvau, on veut rendre le quotidien des automobilstes moins compliqué. Selon plusieurs articles, le ministère de l'Intérieur réfléchit à ne plus retirer de points pour les "petits excès de vitesse. Une source du ministère de l'Intérieur indique qu' "On va beaucoup moins taper sur les petits excès de vitesse" et que "L'idée, c'est que vous ne perdiez plus un point si vous êtes à 5 km/h au-dessus" de la vitesse autorisée, a ajouté le ministère, précisant que les amendes sanctionnant ces infractions seraient par contre conservées.

Cette disposition fait déjà hurler La ligue contre la violence routière et la Prévention routière partisant d'une réglementaiton plus stricte à l'encontre des automobilistes. Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière, confie à l'AFP que "C'est en luttant contre les petits excès de vitesse qu'il y aura une baisse de la mortalité" et que cette voie choisie par le mnistère est regrettable. Anne Laveau, déléguée générale de l'association Prévention routière, estime que cela est une invitation à rouler plus vite"au moment où les chiffres de la sécurité routière repartent à la hausse"."

De l'autre côté du débat, Pierre Chasseray, délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes, estime que cela va dans le bon sens et qu'enfin ils sont écoutés et que "si les chiffres montrent que les accidents n'augmentent pas, il faudra selon moi envisager d'aménager les sanctions financières".

BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !