Des éléphants naissent sans défenses suite à une mutation génétique liée au braconnage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des éléphants au coeur du parc national d'Amboseli (à 365 kilomètres au sud-est de la capitale Nairobi) près d'Oloitiktok dans le comté de Kajiado est, le 12 août 2020.
Des éléphants au coeur du parc national d'Amboseli (à 365 kilomètres au sud-est de la capitale Nairobi) près d'Oloitiktok dans le comté de Kajiado est, le 12 août 2020.
©TONY KARUMBA / AFP

ADN

Des éléphants naissent sans défenses suite à une mutation génétique liée au braconnage

De plus en plus d’éléphants femelles naissent sans défenses au Mozambique. Ce phénomène serait lié au braconnage. 

Selon une nouvelle étude centrée sur les éléphants, le braconnage aurait un effet direct sur l’ADN des animaux, selon des informations de Vox, Slate et 20 Minutes.
Le rapport scientifique, publié dans la revue Science, a étudié pendant de longs mois les éléphants du Mozambique. Dans ce pays, les pachydermes sont pourchassés pour leurs défenses, très prisées sur le marché noir, notamment en Asie. La population d’éléphants du parc national de Gorongoza a ainsi chuté de 90 %.
Les chercheurs de l’université de Princeton ont remarqué qu’entre 1970 et 2000, le nombre d’éléphants femelles sans défenses a triplé. Les éléphanteaux femelles nés de mères privées de défenses n’en possédaient pas non plus. 
"Il y a de fortes preuves de mutation du chromosome X", selon Robert Pringle, co-auteur de l’étude.
Les pachydermes se débarrasseraient donc naturellement de ces appendices qui en font la cible du braconnage. 
Cette évolution de l’ADN n'intervient que chez les femelles actuellement. Les éléphants ont néanmoins toujours besoin de leurs défenses au quotidien.
Selon la WWF, plus de 20.000 éléphants sont tués chaque année par des braconniers en quête d’ivoire.
20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !