Des écoliers ont découvert un tumulus funéraire de 5600 ans dans le bac à sable de leur école | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.
©ABDELHAK SENNA / AFP

Archéologues en culottes courtes

Des écoliers ont découvert un tumulus funéraire de 5600 ans dans le bac à sable de leur école

Les enfants de l’école maternelle Saint-Laurent-Médoc avaient déterré des vestiges osseux dans ce qui leur bac à sable.

C’est une découverte archéologique exceptionnelle... et inattendue ! En 2005, des enfants de l’école de Saint-Laurent-Médoc, en Gironde, ont déterré dans leur bac à sable pendant la récréation des restes humains. Passé l'effet de surprise, des archéologues sont venus prendre le relais et ont découvert que l'école était construite sur un tumulus funéraire.

14 ans plus tard, alors que les enfants ont bien grandi, une nouvelle étude monte que ce tumulus (Journal of Archaeological Science: Reports, 2019.), baptisé le Tumulus des Sables, est bien plus vieux que les archéologues imaginaient : il a été utilisé comme cimetière pendant près de 2000 ans, du Néolithique (environ 3600 av. J.-C.) au début de l’âge du fer (1250 av. J.-C.).

Les archéologues ont exhumé 30 individus (20 adultes et 10 enfants) placés dans la fosse, mais n'arrivent pas à comprendre pourquoi cet endroit banal a servi si longtemps de cimetière. "C'est inhabituel parce qu’ici, rien n’indique qu’il s’agissait d’un endroit prestigieux. C'est un monticule d'environ 50 cm de profondeur. Ce n’est même pas une colline ! Il y a autre chose ici qui a poussé les gens à revenir et à l'utiliser", explique Hannah James, une doctorante de l’Université nationale australienne (ANU) qui a participé aux recherches, dans un communiqué. 

D'autres détails ont surpris les chercheurs : l'analyse isotopique des restes dentaires a montré que les individus ne pêchaient pas, malgré la proximité de la rivière et de l’océan Atlantique, et l'un d'entre eux semble avoir vécu dans un climat beaucoup plus froid (peut-être les Pyrénées) et transporté ici après sa mort.

Géo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !