Des descendants des chiens, abandonnés lors de la fuite des habitants après l'explosion de Tchernobyl, survivent dans la zone d'exclusion | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Chiens de Tchernobyl
Chiens de Tchernobyl
©Chernobyl Guards/Jonathon Turnbull

Nucléaire

Des descendants des chiens, abandonnés lors de la fuite des habitants après l'explosion de Tchernobyl, survivent dans la zone d'exclusion

Il était interdit d'emmener son chien, et les soldats tiraient sur eux pour éviter que la contamination ne s'étende

Lors de la catastrophe de 1986 dans laquelle le réacteur n ° 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl a explosé des dizaines de milliers de personnes ont été évacuées de la ville ukrainienne de Pripyat. On leur a dit de laisser leurs animaux de compagnie derrière eux raconte la BBC.

Les soldats soviétiques ont abattu de nombreux animaux abandonnés dans le but d'empêcher la propagation de la contamination. Mais, certains des animaux se sont cachés et ont survécu. Trente-cinq ans plus tard, des centaines de chiens errants parcourent désormais la zone d'exclusion de 2 600 km2.

Leur vie est périlleuse. Ils sont exposés à la contamination radioactive, aux attaques de loups, aux incendies de forêt et à la famine, entre autres menaces. La durée de vie moyenne des chiens n'est que de cinq ans, selon le Clean Futures Fund, une organisation non gouvernementale qui surveille et fournit des soins aux chiens vivant dans la zone d'exclusion.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !