Corée du Sud : Seungri, star de la K-pop, a été condamné à trois ans de prison pour proxénétisme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
L'ancien membre du boys band BIGBANG, Seungri, de son vrai nom Lee Seung-hyun, s'adresse aux médias alors qu'il arrive pour un interrogatoire de police à Séoul, le 28 août 2019.
L'ancien membre du boys band BIGBANG, Seungri, de son vrai nom Lee Seung-hyun, s'adresse aux médias alors qu'il arrive pour un interrogatoire de police à Séoul, le 28 août 2019.
©JUNG YEON-JE / AFP

Scandale

Corée du Sud : Seungri, star de la K-pop, a été condamné à trois ans de prison pour proxénétisme

Seungri, une ancienne star de la K-pop, a été condamné jeudi à trois ans de prison pour proxénétisme. L’artiste était également jugé pour des faits commis dans le cadre d'un scandale sexuel et lié à la drogue.

L'ex-star de la K-pop Seungri a été condamnée jeudi par un tribunal militaire à trois ans de prison pour proxénétisme et pour des faits commis dans le cadre d'un scandale sexuel et de drogue, selon les médias sud-coréens et d'après des informations de BFMTV.

Le chanteur de 30 ans du boys band BIGBANG a été reconnu coupable de neuf chefs d'inculpation, selon des médias. Il s'était retiré de la scène quand le scandale a éclaté en 2019. L’artiste s'était ensuite engagé dans l'armée en tant qu'appelé.

BIGBANG a été l'un des boys band les plus populaires de Corée du Sud et Seungri est ensuite devenu un véritable homme d'affaires.

Seungri, dont le véritable nom est Lee Seung-hyun, a été reconnu coupable de transactions illégales dans le cadre de paris dans des casinos de Las Vegas et d’avoir fait appel à des prostituées pour des personnes prêtes à investir dans sa société.

Les propos du juge Hwang Min-je ont été relatés dans la presse :

« Il est difficile de croire que l'accusé n'était pas au courant de l'argent versé aux femmes en échange de prestations à caractère sexuel ».

Le chanteur a également écopé d’une lourde amende : 1,15 milliard de won (750.000 euros).

Le scandale avait également éclaboussé d'autres musiciens ainsi que des membres d'YG Entertainment, un des plus grands producteurs de musique en Corée du Sud. Cela avait entraîné la démission l'an passé de son PDG, Yang Hyun-suk, qui lui-même fait l'objet d'une enquête pour paris illicites.

BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !