Moratoire sur l'immigration : Michel Barnier s'engage à aller jusqu'au bout | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran Europe 1 / DR
Michel Barnier était l'invité de la matinale d'Europe 1. Il a évoqué son projet de moratoire sur l'immigration.

Réformes

Moratoire sur l'immigration : Michel Barnier s'engage à aller jusqu'au bout

Candidat à l'élection présidentielle de 2022, Michel Barnier était invité sur Europe 1 ce lundi 30 août. Il a évoqué notamment sa proposition d'un moratoire sur l'immigration.
L'ancien négociateur du Brexit pour l’Union Européenne, Michel Barnier, était l'invité politique de la matinale d'Europe 1 en ce lundi 30 août. Michel Barnier a officialisé la semaine dernière sa candidature à l'élection présidentielle de 2022. Interrogé par Sonia Mabrouk, il a notamment évoqué sa proposition d'un moratoire sur l'immigration. 
 
L'idée serait d'imposer un temps d'arrêt pour vérifier l'efficacité des procédures et dresser un état des lieu des flux migratoires en France : 
 
"Une des raisons pour lesquelles j'ai présenté cette proposition forte et réfléchie, d'un moratoire, c’est-à-dire un coup d'arrêt à l'immigration clandestine et à tous les abus auxquels la politique migratoire française donnent lieu, ce n'est aussi pas seulement de faire le bilan, de mettre les choses à plat chez nous, de remettre de l'ordre, c'est aussi de discuter avec nos partenaires [pour] que nous ayons la même politique d'asile, les mêmes conditions et une vraie gestion des frontières extérieures qui sont des passoires". 
 
Michel Barnier a affiché sa détermination sur le sujet : 
 
"J'irais jusqu'au bout. Je ne me suis pas engagée avec le recul et l'expérience que je peux avoir pour faire autre chose que d'aller jusqu'au bout". 
 
Le projet de référendum sur l'immigration sera présenté dès le premier tour de l'élection législative, en cas de victoire, "pour que la nouvelle majorité soit élue en connaissance de cause". 
 
Au plus tard, les citoyens seront appelés à se prononcer au mois de septembre, après l'élection. 
 
Un changement de Constitution sur le sujet est notamment envisagé afin d'avoir "plus de marge" sur certains textes européens, avait déjà évoqué le candidat. 
Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !