Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky et la CIA redoutent des représailles nucléaires russes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Crédits Photo: Capture d'écran Youtube / Euronews / DR
Volodymyr Zelensky a indiqué que le risque que la Russie utilise son arsenal nucléaire était une menace réelle.

Menaces

Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky et la CIA redoutent des représailles nucléaires russes

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que le risque que la Russie utilise son arsenal nucléaire était une menace réelle, après les avertissements du directeur de la CIA.

Volodymyr Zelensky considère que le risque que la Russie utilise son arsenal nucléaire est une menace réelle. La Russie possède le plus grand arsenal nucléaire du monde avec plus de 6.257 têtes nucléaires. Près de 2.000 des ogives nucléaires sont des armes à courte portée, conçues pour être utilisées sur le champ de bataille contre des troupes, des chars ou des installations militaires.

William Burns, le directeur de la CIA, a récemment tenu à alerter sur cette menace :

« Compte tenu du désespoir potentiel du président Poutine et des dirigeants russes, compte tenu des revers qu'ils ont subis sur le plan militaire, nous ne prenons pas à la légère la menace que représente un recours potentiel aux armes nucléaires tactiques ou aux armes nucléaires à faible puissance. Nous avons vu le Kremlin prendre des positions rhétoriques sur le passage à des niveaux d'alerte nucléaire plus élevés. Jusqu'à présent, nous n'avons pas vu beaucoup de preuves pratiques de déploiements ».

Plus d’un mois et demi après les menaces de Vladimir Poutine au début de la guerre, les autorités ukrainiennes et américaines ont assuré ce vendredi ne pas « prendre à la légère » le risque de frappes nucléaires « tactiques » ou « de faible puissance » de la part de la Russie.

Euronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !