Visitons nos Patrimoines de l'humanité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Visitons nos Patrimoines de l'humanité
©

Revue de blogs

Visitons nos Patrimoines de l'humanité

Un antidote aux vertiges de la dette peut être de visiter en ligne les trésors qui nous appartiennent collectivement, et que les agences de notation ne peuvent pas rétrograder : ceux de la liste des sites classés "Patrimoine de l'humanité" de l'Unesco. Patrimoine matériel ou immatériel, ces "biens" font voyager, loin et autrement.

Pour s'évader d'une actualité en surchauffe, pour repartir ou rêver à ne jamais revenir, il y a beaucoup plus abordable que le site Air France et beaucoup moins fréquenté que le guide du routard ou le Michelin : la liste en ligne des 936 "biens" qui constituent le patrimoine culturel et naturel de l'humanité, les sites classés par l'Unesco. Les pyramides d'Égypte et le Grand Canyon en font partie, mais ni plus ni moins que la vallée de l'Orkhonen Mongolie et leDistrict d’at-Turaifen Arabie Saoudite

Cette démarche de protection du patrimoine, entamée dans la lointaine année 1972 avec la convention pour la protection des sites culturels et naturels, a sans bruit fait son chemin. L'Unesco  est désormais sur son site à la tête d'un guide en ligne peu connu, de lieux eux aussi assez peu connus, qui ont de quoi faire tourner la tête des randonneurs et des éco-touristes. Un peu austère, un peu universitaire, le site a assez de modernité quand même  dans le sérieux pour proposer  des photos, des vidéos, des diaporamas, et même la possibilité de faire le tour du propriétaire en survolant les sites grâce à  Google Earth.

Le site du temple de Brihadeeswara, en Inde, photo sur Flickr de Uttkarsh

Qui connait les sites rupestres du Tadrart Acacus en Algérie? Les tombes des rois du Buganda en Ouganda ? Ou l'usine Fagus à Alfeld en Allemagne ? La liste égrenne des merveilles accumulées et recensées depuis bientôt 40 ans, souvent totalement ignorées, voire inaccessibles, comme les volcans du Kamtchaka.

La liste des derniers biens inscrits au patrimoine universel est un régal d'évasion culturelle : le Delta du Saloum au Sénégal, la Terre pure bouddhiste au Japon, le jardin persan, le site archéologique de Meroé au Soudan,

Nos trésors de l'humanité

Au hasard de la liste : Le domaine du chef Roi Mata à Vanuatu est  un "exemple remarquable de paysage représentatif des systèmes de chefferie du Pacifique" et comprend une très belle grotte, où le mythique roi Mata, au 17e siècle, a vécu, est mort, et aurait réconcilié des tribus à feu et à sang  pour instaurer durablement la paix sur l'île. Grâce à un partenariat avec le site collaboratif de voyages Trip Advisor, les deux sites sont reliés et on  trouve sur le second des avis moins universitaires des visiteurs sur les sites du patrimoine mondial. A Vanuatu, un touriste australien déconseille la visite guidée, car le lunch proposé ne serait pas à la hauteur de la magie du lieu. Sur le site de photos Flickr, un groupe échange aussi sur les sites les plus décevants


Le site classé de la "chaussée des géants" , Irlande du nord, photo sur flickr de Etrusia UK

Le sigle "Patrimoine de l'humanité" de l'Unesco est devenu capable, durant cette dernière décennie, d'offrir une protection qui fait réfléchir les promoteurs et les gouvernements. Un sanctuaire de baleines au Mexique classé patrimoine de l'humanité n' a été sauvé d'une usine de sel que par ce tampon. Parfois, un site classé peut aussi être mis au piquet : c'est arrivé, en 2009, à la pauvre vallée de l'Elbe à Dresde, en Allemagne : "La construction d'un pont à quatre voies au cœur de ce paysage culturel ... signifie que le site n'a pas su conserver la valeur universelle exceptionnelle qui lui avait valu son inscription" a regretté l'Unesco.

Patrimoine immatériel : de  la flute arménienne à la cuisine mexicaine


L'onlonkho, l'épopée héroïque iakoute, République de Sakha - Photo Unesco

L'Unesco est allé plus loin en "protégeant"  ensuite des patrimoines non matériels tels que langues, traditions, objets, gastronomies. La liste des deux cents patrimoines intangibles déjà classés est vraiment... dépaysante: la danse des ciseaux au Pérou, la fauconnerie, les rencontres traditionnelles en Turquie, ou l'épopée Onlonkho iakoute, choisissez.

Encore mieux : Le système de divination Ifa (au Nigeria), pratiqué par les Yoruba, a été classé "patrimoine immatériel" en 2008. Parce que les derniers praticiens de cet antique système divinatoire sont vieux et trop pauvres pour attirer des successeurs, l'Unesco s'est ému du "désintérêt qui s’accompagne d’une intolérance grandissante à l’égard des systèmes traditionnels de divination en général" (vidéo) . Un effort de sauvegarde est aussi accordé au Vimbuza,  une "danse de guérison" du Malawi, qui encourage les transes et le recours aux "esprits secourables" en tant que "pratique sanitaire traditionnelle", quoi que puisse en penser MSF et la Croix Rouge. Le chant des Bauls, ces "ménestrels mystiques qui vivent en milieu rural au Bangladesh" ont eu aussi leur projet de sauvegarde,

C'est très sérieux : les gouvernements  font aujourd'hui des pieds et des mains pour en être, de ce fameux patrimoine, matériel ou immatériel. L'Azerbaïdjan s'est fendu au plus haut niveau de dossiers de candidature et d'un site pour que l'art des tapis azerbaïdjanais en fasse un jour partie .

Photo Aaron Mckean

On parle maintenant de demander un classement "Patrimoine immatériel de l'humanité" pour Wikipedia...

A signaler : dans la lignée des patrimoine immatériels,  cette semaine, un nouveau blog de voyage et de combat est apparu :celui de Thomas Köhler, employé allemand d'un tour opérateur au Japon. Devant la désertion de ses clients après l'accident nucléaire de Fukushima, il a décidé de faire à pied un voyage pour faire redécouvrir le Japon, rebâtir la confiance, en parcourant du Nord au Sud l''archipel, d'ici à décembre et de chroniquer son pèlerinage contre le défaitisme en photos. 

Redécouvrir le Japon, après Fukushima - Photo du blog de Thomas Kohler

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !