Quand le sport chic devient accessible et quand la spirale défie le temps présent : c’est l’actualité juilletiste des montres | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Quand le sport chic devient accessible et quand la spirale défie le temps présent : c’est l’actualité juilletiste des montres
©

ATLANTIC TAC

Quand le sport chic devient accessible et quand la spirale défie le temps présent : c’est l’actualité juilletiste des montres

Mais aussi une fastueuse exubérance barbare, une précision originale dans les détails, des Looney Tunes basketteurs, des pièces uniques charitables et des salons qui prolifèrent…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

EBERHARD & CO : Antimagnétiquement vôtre…

Si vous cherchiez pour cet été une bonne montre à tout faire, dans le goût « sportif chic », à un prix décent, vous le trouveriez du côté de la maison indépendante suisse Eberhard & Co, qui nous propose une bien jolie réédition de sa Scientigraf, une montre créée en 1961 dont il est facile de constater qu’elle n’a pas pris une ride en soixante ans. C’était une des premières montres suisses à se pencher sur la question du magnétisme qui perturbait la bonne marche des mouvements horlogers. Depuis cette époque, ces perturbations magnétiques n’ont plus cessé de croître avec la multiplication des téléphones portables, des ordinateurs, des haut-parleurs et de tous les micromoteurs qui nous environnement de champs magnétiques, l’amagnétisme redevient une préoccupation majeure des maisons horlogères. Après la marque Omega, pionnière de longue date dans ce domaine, mais aussi Rolex ou Tudor, Eberhard & Co se lance dans la bataille : en 41 mm, la Scientigraf s’annonce étanche à 100 m, avec un mouvement automatique, un verre bombé très expressif, un cadran élégamment luminescent et ce bracelet métallique sans lequel une « sportive chic » faillirait à sa mission. C’est la tool watch (« montre à tout faire ») de l’été et son prix (autour de 2 800 euros avec le bracelet métallique) a de quoi en remontrer aux marques les plus huppées. 

 

HALDIMANN : La mécanique du temps présent…

Voici une des montres les plus « philosophiques » de ce début de siècle : autant vous avouer d’emblée que vous risquez de n’y rien comprendre [la vidéo vous y aidera peut-être] ! Cette Time-Hora a été conçue par Beat Haldimann, un des horlogers suisses les plus géniaux de son temps : il descend à la septième génération d’une lignée d’horlogers qui est installée dans la région du lac de Thoune, au cœur de la Suisse, depuis 1642. Ce qui laisse un excellent délai de réflexion pour repenser la montre au-delà des montres et pour imaginer de nouvelles expressions du temps. Pas d’aiguilles sur le cadran de la Time-Hora, mais un disque supérieur pour indiquer les heures (selon les codes traditionnels) et deux demi-disques inférieurs où circule une spirale qui n’est pas là pour indiquer les minutes, mais pour évaluer le temps passé (à gauche) en attendant le temps futur (à droite). Avec cette mécanique hors du commun, on découvre une perception instinctive de l’instant – le présent – tel qu’il se positionne entre l’avant et l’après : c’est l’essence même du temps qui évolue sous nos yeux. Si cette philosophie du temps vous trouble au poignet, vous pouvez opter pour la pendule murale inspirée du même principe : c’est un fascinant support de méditation – un mantra horloger – pour se purifier les neurones des agressions de notre époque ? Comme quoi on peut être dans son temps sans être de son temps…

 

BVLGARI : Une somptueuse exubérance…

Un peu de douceur « barbare » dans cette chronique pleine de fureurs mécaniques civilisées : sous les six carats du saphir ovale se cache le cadran d’une montre à secret en platine signée Bvlgari. Certains reconnaîtront dans le bleu intense de cette gemme sri lankaise le bleu du ciel romain : c’est peut-être la raison pour laquelle cette montre exceptionnelle a été baptisée Celestial Sky. Ses lignes fluides autant que ses volumes audacieux, son style baroque autant que les pierres de couleur qui la constellent (saphirs fantaisie, diamants ronds, tourmalines cabochons) évoquent un certain raffinement « barbare » et une exubérance qui sait rester gracieuse. Les dames qui n’auront vraiment mérité peuvent même s’offrir le collier assorti, qui est tout aussi somptueux mais qui va pousser l’addition finale vers des sommets qu’on préfère ne pas vous avouer…

 

ZENITH : Les vraies icônes ne meurent jamais…

Depuis que le chronographe Chronomaster El Primero de Zenith a fêté son cinquantième anniversaire (c’était en 2019), il n’a plus cessé d’être restylé, animé, décliné, revu, corrigé et remis au goût du jour, en variant les métaux, les couleurs et les attributs de cette mécanique exceptionnelle, qui reste la référence en matière de chronographe automatique de précision. Zenith nous propose à présent une version « originale » de ce Chronomaster, dans un boîtier en acier de 38 mm, un nouveau bracelet à maillons métalliques, un mouvement qui bat toujours à 36 000 alternances par heure [beaucoup plus rapidement qu’un mouvement standard] et un cadran à compteurs tricolores – on peut préférer le cadran noir, ci-dessous – qui ressemblerait à s’y méprendre aux premiers modèles si on n’y remarquait pas quelques subtiles différences. L'échelle intérieure noire encerclant le cadran des premières références A386 (utilisée autrefois pour calculer le temps passé à travailler selon un système de division du temps au 1/100e d'heure), trouve une nouvelle fonctionnalité dans le Chronomaster Original, avec son aiguille de chronographe au 1/10e de seconde, qui effectue une rotation autour du cadran en 10 secondes, totalisant 100 unités de temps mesurables. L'échelle tachymétrique située sur la circonférence extérieure du cadran est remplacée par une échelle de chronographe au 1/10e de seconde, permettant ainsi de mesurer et de lire le temps écoulé en fractions de seconde précises. Et pour une lecture instantanée et précise du 10e de seconde, l'aiguille des secondes de type spatule figurant sur l'A386 d’origine a été remplacée par une aiguille droite, laquée rouge. Le logo a également été revisité pour adopter l'écriture plus contemporaine utilisée par Zenith aujourd'hui. Les vraies icônes ne meurent jamais : elles reviennent toujours pour perpétuer l’héritage de ceux qui les aiment et qui les transmettent aux générations suivantes. Précision finale : si vous en avez assez de surpayer sur le marché gris un de ces chronographes spéculatifs qui semblent à la mode [suivez mon regard], jetez donc un œil sur ce Chronomaster Original : vous découvrirez à quel point il est plus moderne et beaucoup plus confortable au poignet – en plus, il est nettement moins cher (8 800 euros sur bracelet acier)…

 

BON À SAVOIR : En vrac, en bref et en toute liberté…

••• KROSS STUDIO : si vous avez gardé une âme d’enfant et une certaine nostalgie des comics de votre enfance [notamment les Looney Tunes], mais que vous avez à présent les moyens de vous offrir de nouveaux jouets de garçon, vous allez craquer pour ce coûteux caprice du jeune atelier créatif horloger Kross Studio, qui ne sera édité qu’en dix exemplaires. Il s’agit d’un « tourbillon » central, dispositif de régulation du mouvement dont la cage émerge au cœur de la montre, mais dont la décoration générale évoque l’univers du basket. Comme sur le terrain, toute l’équipe des Looney Tunes, la dream team de la Tune Squad (Bugs Bunny, Lola Bunny, Daffy Duck, Titi et Grosminet, Speedy Gonzales, Bip Bip et Coyote, etc.) est en place autour du cadran : à chaque heure, son héros ! Dans quelques jours, c’est la sortie sur les écrans du film Space Jam : Nouvelle Ère (Warner Bros). Cette montre est dédiée à ce monde enchanté… ••• SALONS HORLOGERS : la machine horlogère est bien repartie ! Au printemps prochain, en plus du grand salon Baselworld reformaté autour des marques de taille moyenne et du salon de Genève Watches & Wonders, plus orienté vers le luxe horloger, on pourra découvrir à Genève les marques plus créatives et plus orientées design du nouveau salon Time to Watches, parrainé par la Haute école d’art et de design (HEAD Genève). Ceci sans compter les expositions parallèles et corsaires de dizaines d’autres marques. Les horlogers suisses restent, fondamentalement, de farouches individualistes… ••• ONLY WATCH 2021 : vous allez découvrir ces jours-ci les 53 montres offertes par les marques de la communauté pour la vente aux enchères charitable Only Watch 2021, qui est organisée à Monaco pour les recherches sur la myopathie de Duchenne. La vente aura lieu le 6 novembre prochain, chez Christie’s Genève : il s’agit de la neuvième d’une série qui a déjà permis de récolter plus de 70 millions d’euros de dons affectés à cette recherche. Ces 53 montres sont des pièces uniques hors collection, marquées par la liberté créative dont elles témoignent dans leur générosité. Nous en reparlerons…

 

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004... 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !