Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Les personnes les plus optimistes auraient deux fois plus de chances d'être en bonne santé cardiovasculaire que les personnes pessimistes.
©Reuters

Atlantico santé

Pour votre cœur, cultivez l'optimisme ! ; Le teixobactin, un nouvel antibiotique prometteur

Et aussi : En bref : les céréales complètes bénéfiques pour le cœur ; La myrtille, une alliée contre l'hypertension ; Les araignées ne transmettraient pas de maladies bactériennes.

Futura Sciences

Futura Sciences

Magazine online de la découverte, de la science et de l’innovation, Futura-Sciences propose à ses lecteurs un contenu mis à jour en permanence et richement illustré.

Voir la bio »

Pour votre cœur, cultivez l'optimisme !

Les personnes les plus optimistes auraient deux fois plus de chances d'être en bonne santé cardiovasculaire que les personnes pessimistes. Agir sur le bien-être psychologique pourrait donc permettre de réduire le risque cardiaque.

Voir la vie en rose... et si c’était le secret pour rester en bonne santé ? Dans un article paru dans la revue Health Behavior and Policy Review, des chercheurs ont voulu savoir s’il existait une association entre l’optimisme et la santé cardiovasculaire.

Lire la suite sur Futura-sciences

En bref : les céréales complètes bénéfiques pour le cœur

La consommation quotidienne de céréales complètes limiterait le risque de mortalité par maladie cardiovasculaire. Parce qu'elles sont riches en vitamines, minéraux, fibres et antioxydants.

Froment, avoine, orge… Consommer des céréales complètes (pain, riz…) aiderait à réduire le risque de décès par maladie cardiovasculaire. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs de la Harvard School of Public Health (Boston) ont compilé les données de deux études. La première menée sur 74.341 femmes entre 1984 et 2010 et la seconde sur 43.744 hommes de 1986 à 2010. Tous ont donné des renseignements sur leur statut tabagique, leur indice de masse corporelle (IMC), leur alimentation… Leurs résultats paraissent dans JAMA.

Lire la suite sur Futura-sciences

La myrtille, une alliée contre l'hypertension

La consommation quotidienne de myrtilles pourrait réduire la tension artérielle. Une récente étude réalisée par des chercheurs de la Florida State University (FSU) montre une baisse significative en à peine huit semaines.

« À notre connaissance, c'est la première étude qui évalue les effets des myrtilles sur les fonctions artérielles [...] et sur la population étudiée, a commenté Bahram H. Arjmandi de la Florida State University (FSU) au sujet d'une étude parue dans le Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics. Ces résultats montrent que les myrtilles peuvent éviter la progression d'une hypertension généralisée. »

Lire la suite sur Futura-sciences

Les araignées ne transmettraient pas de maladies bactériennes

La morsure d'une araignée est parfois suspectée d'être la cause d'infections bactériennes. Pourtant une récente étude prouve que les cas restent minimes. Ce diagnostic trompeur incriminerait injustement ces innocentes petites bêtes.

Les moustiques et les tiques transmettent des maladies. Mais qu’en est-il des araignées ? Comme des bactéries sont présentes sur les crochets ou les pièces buccales de ces animaux, on peut imaginer que la morsure d’une araignée puisse transmettre des maladies. Parfois, médecins et patients attribuent aux araignées la cause d'infections bactériennes. Des chercheurs ont donc voulu savoir si les cas avérés de transmissions d’infections par des araignées étaient nombreux.

Lire la suite sur Futura-sciences

Le teixobactin, un nouvel antibiotique prometteur

Des chercheurs ont identifié un nouvel antibiotique, le teixobactin, qui s'est montré efficace chez la souris pour traiter certaines souches bactériennes résistantes. Il pourrait être disponible pour l'Homme dans 5 à 6 ans.

« D'ici 5 à 6 ans, si tout va bien, le teixobactin pourrait devenir le premier membre d'une nouvelle classe d'antibiotiques », a estimé Kim Lewis, chercheur à l'Université Northeastern de Boston (États-Unis) et principal auteur d'une étude publiée le 7 janvier dans la revue scientifique britannique Nature.

Lire la suite sur Futura-sciences

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !