Les Google Glass réduiraient la vision périphérique ; en bref : la consommation d'antibiotiques a augmenté en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
L’agence de la sécurité du médicament se préoccupe d’une hausse de la consommation d’antibiotiques en France depuis 2010, alors qu’elle avait baissé auparavant de manière « significative ».
L’agence de la sécurité du médicament se préoccupe d’une hausse de la consommation d’antibiotiques en France depuis 2010, alors qu’elle avait baissé auparavant de manière « significative ».
©Reuters

Atlantico santé

Les Google Glass réduiraient la vision périphérique ; en bref : la consommation d'antibiotiques a augmenté en France

Et aussi : de la cellule souche au neurone moteur en 14 jours ; Ebola : les restrictions de transport sont inutiles ; moins de pilules de troisième génération, c'est moins d'embolies.

Futura Sciences

Futura Sciences

Magazine online de la découverte, de la science et de l’innovation, Futura-Sciences propose à ses lecteurs un contenu mis à jour en permanence et richement illustré.

Voir la bio »

Les Google Glass réduiraient la vision périphérique

Les lunettes interactives du géant américain ne sont pas encore largement commercialisées, mais leur effet sur la vision soulève des interrogations. Des chercheurs ont montré qu’elles réduisent la vision périphérique, ce qui pourrait être dangereux en voiture.

Les Google Glass sont des lunettes interactives qui portent un petit écrantransparent en haut à droite de la monture. Elles permettent de faire des photos, des vidéos, de surveiller sa messagerie et d’utiliser diverses applications. Différents modèles sont en cours de production, mais leur effet sur la vision reste méconnu.

Lire la suite sur Futura-Sciences

En bref : la consommation d'antibiotiques a augmenté en France

L’agence de la sécurité du médicament se préoccupe d’une hausse de la consommation d’antibiotiques en France depuis 2010, alors qu’elle avait baissé auparavant de manière « significative ».

Le nouveau rapport de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) sur la consommation des antibiotiques fait état d’une baisse globale de 10,7 % de la consommation des antibiotiques entre 2000 et 2013, suite à une campagne d’information, mais relève toutefois « une augmentation de 5,9 % depuis 2010 ». « C’est un problème préoccupant, car la hausse de la consommation se traduit par une résistance accrue aux antibiotiques et on observe un développement des situations d’impasse thérapeutique », a déclaré Philippe Cavalié, un responsable de l’ANSM.

Lire la suite sur Futura-Sciences

De la cellule souche au neurone moteur en 14 jours

Une nouvelle approche dans la culture cellulaire favorise la différenciation de cellules souches humaines en motoneurones en 14 jours seulement. Ces neurones qui innervent les fibres musculaires sont essentiels à la motricité ; leur dégénérescence dans certaines pathologies entraîne la paralysie voire le décès.

Les cellules souches pluripotentes humaines ont théoriquement la capacité de donner naissance à tous les types de cellules de l’organisme. Comprendre et contrôler leur potentiel de différenciation in vitro offre des opportunités inédites non seulement en médecine régénératrice mais également pour avancer dans l’étude des mécanismes physiopathologiques et la recherche de stratégies thérapeutiques. Cependant, le développement et la concrétisation de ces applications cliniques sont souvent limités par l’incapacité à obtenir, de manière efficace et ciblée, des cellules spécialisées telles que les neurones moteurs à partir de cellules souches pluripotentes humaines. Cette inefficacité est en partie due à une mauvaise compréhension des mécanismes moléculaires contrôlant la différenciation de ces cellules.

Lire la suite sur Futura-Sciences

Ebola : les restrictions de transport sont inutiles

Selon une étude de l’Inserm sur la propagation du virus, réduire les mouvements de personnes en provenance d’un pays où sévit l’épidémie d’Ebola ne sert à peu près à rien, tout au plus à retarder l’événement de quelques jours.

Comment empêcher l’épidémie d’Ebola de se propager à d’autres pays ? Le premier réflexe fut pour beaucoup de réduire les communications avec les états concernés, notamment par le biais des moyens de transport aérien et terrestre. Or ces moyens ne feraient que retarder l’arrivée du virus. Ils représenteraient un délai supplémentaire de 2 jours en Amérique du Nord, 11 en Asie, 22 en Europe, 27 en Océanie et 30 dans le reste de l’Afrique. C’est tout ce que gagneraient les pays indemnes d’Ebola avant l’arrivée du virus sur leur sol. Une équipe française de l’Inserm (unité 1136 Inserm, UMPC Paris 6, institut Pierre Louis d’épidémiologie et de santé publique) a calculé ces résultats grâce à un exercice de simulation, basé sur des données réelles.

Lire la suite sur Futura-Sciences

Moins de pilules de troisième génération, c'est moins d'embolies

Le retour aux pilules contraceptives de première et deuxième générations s’est accompagné en France d’une réduction de 11 % des hospitalisations pour embolie pulmonaire de femmes en âge de procréer, selon l’agence du médicament ANSM.

L’embolie pulmonaire — un caillot qui va obstruer des vaisseaux dans les poumons — est une pathologie« grave et potentiellement mortelle », rappelle Mahmoud Zureich, de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), auteur de l’étude comparative 2012-2013 sur les embolies pulmonaires chez les femmes âgées de 15 à 49 ans, présentée ce jeudi 6 novembre. La médiatisation des risques liés aux contraceptifs oraux combinés (COC), en décembre 2012 et le plan d’action des autorités sanitaires qui a suivi, ont conduit à un changement important des habitudes des femmes vis-à-vis de la contraception en France.

Lire la suite sur Futura-Sciences

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !