Le pessimisme des français en question | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Les Français voient-ils vraiment toujours le verre à moitié vide ?
Les Français voient-ils vraiment toujours le verre à moitié vide ?
©Reuters

En route pour l'avenir

Le pessimisme des français en question

A l’heure où la crise économique et sociale est venue réactiver l’image d’une France pessimiste et de "Français râleurs et insatisfaits", particulièrement "négatifs" quant à leur vie et leur avenir, l’Ifop a souhaité aller au-delà de ces stéréotypes et idées reçues.

 Ifop

Ifop

L'Ifop est un institut de sondages d'opinion et d'études marketing.

Voir la bio »

Un  pessimisme  déclaré  mais  peu  constitué  quant  à  l’avenir  de  la  société  française…    

Trois  quarts  des  Français  s’estiment  pessimistes  pour  l’avenir  de  la  société  française  (76%). Un  chiffre  à  prendre  toutefois  avec  précaution  pour  deux  raisons.  La  première,  c’est  que  malgré  le  dessein  relativement  sombre  qu’ils  dressent  pour  leur  pays,  les  Français  s’estiment  plutôt  heureux  de  vivre  à  l’époque  actuelle.  Ainsi,  à  la  question  de  savoir  s’ils  trouvaient  qu’ils  avaient  plutôt  de  la  chance  ou  de  la  malchance  de  vivre  à  l’époque  actuelle,  près  des  trois  quarts  d’entre  eux  ont  choisi  la  première  option  (71%).  La  seconde  raison,  c’est  que  l’éventualité  d’être  plus  heureux  en  vivant  ailleurs  qu’en  France  n’apparaît  pas  comme  une  évidence  :  seuls  20%  des  Français  s’imaginent  plus  heureux  s’ils  habitaient  dans  un  autre  pays. D’une  certaine  façon,  l’ambivalence  de  la  posture  majoritaire  de  nos  concitoyens  est  ici  assez  bien  illustrée, reposant  sur  un  pessimisme  déclaré,  mais  qui  finalement  est  à  relativiser. …  même  si,  force  est  de  constater  que  cette  inquiétude  relative  gagne  en  intensité  chez  certains  publics.    

Trouvez-vous  que  vous  avez  plutôt  de  la  chance  ou  plutôt  de  la  malchance  de  vivre  à  l’époque  actuelle  ?

C’est  le  cas  tout  d’abord  parmi  les  personnes  les  moins diplômées ;  le  niveau  de  chance  de  vivre  à  l’époque actuelle  déclinant  corrélativement avec celui  du  niveau  de  diplôme. Ainsi,  si  les  personnes  interrogées titulaires  d’un  diplôme supérieur  au  Bac  +2  sont  78%  à  s’estimer  chanceuses  de  vivre  à  l’époque  actuelle,  elles  sont  10  points  de  moins  chez  celles  qui  sont  titulaires  du  seul  baccalauréat  (68%),  et  encore  20  points  de  moins  chez  les  personnes  n’ayant  aucun  diplôme  (48%).  

Trouvez-vous que vous avez plutôt de la chance ou plutôt de la malchance de vivre à l’époque actuelle  ?    

Une  autre catégorie se distingue :  les  16-29  ans.  Il  s’agit  d’un  constat  d’autant  plus  inquiétant  qu’ils sont les plus concernés par l’avenir d’une société dans  laquelle  ils  ont  tout  à  construire.  Aussi,  en  plus  de  se  déclarer légèrement moins  chanceux  de  vivre  à  l’époque  actuelle (66%,  -5  points  par  rapport  à  l’ensemble), les  16-29  ans  affichent  un  niveau  record  de  sentiment  d’infortune  de  vivre  à  cette  époque  au  regard  d’enquêtes antérieures.  En  effet,  alors  que  la  proportion  de  jeunes  estimant  avoir  plutôt  de  la  malchance  de  vivre  à  leur  époque  était  stable  pendant  cinquante  ans  (oscillant  entre  18%  et  13%  entre  1957  et  1999),  on  constate  aujourd’hui  une  forte  progression,  sans  doute  du  fait  de  la  crise  économique  qui  a  sévi  depuis  la  dernière  vague  datant  de  1999.   Des  Français  relativement optimistes pour  eux-mêmes,  s’estimant  capables  d’influer  le  cours  de  leur  vie.  

 Alors  qu’un  quart  des  Français  seulement  se  dit  optimiste  pour  l’avenir  de  la  société  française  (24%),  ils sont  plus  de  la  moitié  à  s’estimer  optimistes  pour  eux-­‐mêmes  (56%).  Illustration  de  cette  croyance  en  leur avenir,  près  des  trois  quarts  des  personnes  interrogées  croient  en  leur  capacité  à  influer  sur  le  cours  de  leur vie  (71%)  et  font  état  de  projets  personnels  (74%).  

Avez-vous  des  projets  personnels ?  

Cette  perception  est  encore  plus  nette  auprès  des  jeunes,  75%  de  16-­‐29  ans  estimant  pouvoir  influer  sur  le  cours  de  leur  vie  et  lui  donner  la  direction  qu’ils  souhaitent  (soit  4  points  de  plus  que  l’ensemble),  et  83%  à  92%  des  18-­‐34  ans  témoignant  de  projets  personnels  (soit  9  à  18  points  de  plus  que  l’ensemble).  Enfin,  autre  signe  que  la  jeunesse  française  n’a  pas  sombré  collectivement  dans  la  sinistrose,  neuf  jeunes  sur  dix  estiment  qu’ils  ont  beaucoup  de  choses  à  accomplir  dans  la  vie  (91%)  et  huit  sur  dix  que  la  vie  a  beaucoup de  choses  à  leur  offrir  (81%).  Néanmoins,  encore  une  fois,  cet  optimisme  est  à  tempérer selon  le  niveau  de  diplôme  de  la  personne interrogée. A  l’instar  du  sentiment  de  chance  de  vivre  à  l’époque  actuelle,  le  niveau  d’optimisme  pour  soi-même diminue  de  concert  avec  celui  du  niveau  de  diplôme.    

Vous  personnellement  diriez-vous  que  vous  êtes  globalement  très  optimiste,  assez  optimiste,  assez pessimiste ou très  pessimiste…  ?  

Ainsi,   plus   on   est   diplômé,   plus   on   est   optimiste   pour   soi-­‐même   (quand   on   reste   en   revanche   aussi pessimiste   concernant   l’avenir   de   la   société   française  !)  :   64%   des   personnes   interrogées   au   niveau supérieur  à  un  Bac  +2  se  disent  personnellement  optimistes  pour  elles-­‐mêmes,  contre  54%  des  titulaires du seul  baccalauréat  (soit  10  points  de  moins  par  rapport  aux  titulaires  du  Bac  +2)  et  45%  des  sans  diplôme (soit  19  points  de  moins  par  rapport  aux  titulaires  du  Bac  +2).  Corollairement,  le  niveau  de  diplôme  joue  également  sur  le  sentiment  d’être  capable  d’influe sur  sa  vie  et  de  lui  donner  la  direction  souhaitée,  les  personnes  n’ayant  aucun  diplôme  étant à  peine  plus  de  la  moitié (57%,  soit  14  points  de  moins  que  l’ensemble)  à  avoir  la  sensation de  pouvoir  diriger  leur  vie,  quand  elles sont  plus  des  trois  quarts  au  sein  de  celles  ayant étudié  plus  de  deux  ans  après  le  Bac  (78%,  soit  7  points de plus  par  rapport  à  l’ensemble).

Vous  sentez-vous capable  d’influer  sur  votre  vie  et  de  lui  donner  la  direction que  vous voudriez qu’elle prenne ?

Des raisons d’y  croire  qui  demeurent  relativement  intemporelles.    

Priorité  à  la  vie  familiale  et  la  santé. Comme au  début  des  années  2000,  la  santé  et  la  vie  familiale  sont  placées  en  tête  des  choses les plus importantes   dans   la   vie   des   Français.   Vient   ensuite,   dans   une   moindre   mesure,   l’épanouissement personnel,  bien  devant  l’argent,  l’amitié  ou  la  vie  professionnelle.    

Selon  vous,  qu’est-ce  qui  est  le  plus  important  dans  la  vie  ?  

Deux  priorités  semblent  assez "intemporelles" à  en  croire  l’évolution  depuis  2000,  puisque  l’item  "être  en  bonne  santé"  recueille  63%  des  citations  (contre  64%  en  2000)  et "la vie  familiale" 52%  (contre  55% en  2000).  A  l’inverse,  l’amitié  subit  un  décrochage  (7%,  -­14  points  par  rapport  à  2000),  à  la  faveur  de  l’épanouissement  personnel  (26%,  +4  points). L’importance  accordée  à  ces  priorités  varie  fortement  selon  l’âge  des  Français.  Ainsi,  très  logiquement,  la santé  est  la  chose  la  plus  importante  dans  la  vie  de  trois  quarts  des  plus  de  50  ans,  plus  sujets  à  d’éventuels soucis médicaux  (entre  76%  et  73%),  quand  elle  ne  compte  que  pour  40%  des  18-­‐24  ans.  Ces  derniers, contrairement  à  leurs  aînés,  placent  l’épanouissement  personnel  en  tête  de  leurs  priorités  pour  leur  avenir (45%,  soit  13  points  de  plus  que  les  25-34  ans,  et  23  à  24  points  de  plus  que  les  35  ans  et  plus).  Cet épanouissement  personnel  apparait    particulièrement  attendu  quand  on  sait  que  les  16-24  ans  comptent davantage  sur  eux-mêmes  que  sur  tout  autre  acteur  pour  influer  sur  leur  bonheur  (avant  la  sphère  familiale et  amicale,  bien  devant  la  sphère  sociétale  et  étatique).  En  revanche,  l’âge  des  Français  a  peu  d’incidence sur  l’importance qu’ils  placent  en  leur  vie  familiale  (de  42%  à  57%)  – "mener  une  vie  de  famille heureuse" étant  par  ailleurs  la  première  ambition  déclarée  par  les  16-­24  ans.    

Selon  vous,  qu’est-ce  qui  est  le  plus  important dans  la  vie  ?  

Les  valeurs  phares  des  Français : respect  et  honnêteté plutôt  que  tolérance  

 La  moitié  des  Français considère  le  respect  comme  une  des  principales  valeurs  à  transmettre  à  ses  enfants, en  faisant  ainsi  une valeur phare  de  l’éducation  à  leur  donner. Viennent  ensuite,  dans  une  moindre  mesure, l’honnêteté  (33%)  et  le  travail  (26%).  On  observe  une  progression  très  sensible  de  cette  dernière valeur (26%, +13  points  par  rapport  à  2000),  probablement  du  fait  de  la  difficulté  croissante  ces  13  dernières années pour  les  jeunes  de  trouver  un  emploi,  et  du  rôle  dont  les  parents  peuvent  se  sentir  investis à  les préparer  à  une  insertion  complexe  sur  le  marché  du  travail.

Parmi  les  suivantes, quelles sont  les  principales  valeurs  qu’il  faut selon  vous  transmettre  à  ses  enfants  ?  

Etonnamment,  alors  que  le  respect  est  en  tête  des  valeurs  à  transmettre  à  ses  enfants  et  qu’elle connaît une  hausse  de  7 points  depuis  2000,  la  valeur  tolérance,  elle,  est  beaucoup  moins  évoquée  par  les  Français depuis  cette  même  période  :  elle accuse  en  effet  une  chute  de  14  points  de  son  taux  de  citation.  Aussi  peut-on  se  demander  si,  plus  que  la  capacité  à respecter  ce  qu’ils  désapprouvent,  les  Français  ne  souhaitent pas tendre  vers  une  déférence  plus  grande  de  leurs  pairs.  

Parmi  les  valeurs  et  les  qualités  suivantes,  quelles  sont  les  deux  qui  contribuent  le  plus  à  vous  rendre heureux  dans  vos  rapports  aux  autres  ?

Ce  recul de l’importance  de  la  valeur  tolérance  se  confirme  également  à  l’analyse  des  valeurs  et  qualités qui contribuent  à  rendre  heureux  dans  le  rapport  aux  autres,  puisque  celle-­‐ci  n’est  citée  que  par  29%  des Français, contre  38%  en  1998  (-­9  points).  A  l’inverse,  la  convivialité  connaît  un  essor  de  17  points - 40%  des Français  jugeant  qu’elle  est  une  des  valeurs  qui  contribuent  le  plus  à  les  rendre  heureux  dans  leur rapport aux  autres  –  et  la  gentillesse  de  7  points  –  42%.  Des  valeurs  humaines  qui,  en  temps  de  crise, peuvent s’avérer  particulièrement  salvatrices. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !