Souhaits de victoire 2012 : avantage à la gauche mais surtout victoire des indécis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
35% des Français souhaitent la victoire de la gauche.
35% des Français souhaitent la victoire de la gauche.
©istockphoto/atlantico

« Politico Scanner »

Souhaits de victoire 2012 : avantage à la gauche mais surtout victoire des indécis

Une enquête Sofres pour Dimanche plus s’est intéressée à l’avis des Français sur l’avenir de la droite. Fait surprenant : près de 44% des personnes interrogées sont indécis, à huit mois du premier tour de l’élection présidentielle.

Guillaume Peltier

Guillaume Peltier

Guillaume Peltier est député de Loir-et-Cher et vice-président délégué des Républicains. Il a été professeur d'histoire-géographie, chef d'entreprise et porte-parole de Nicolas Sarkozy.

Voir la bio »

Réalisée les 13 et 14 septembre derniers, à quelque 200 jours du premier tour des présidentielles, une enquête Sofres pour Dimanche plus s’est intéressée à l’avis des Français sur l’avenir de la droite.  Ce qu’il faut en retenir :

  • 35% des Français souhaitent la victoire de la gauche ;
  • 21% des Français souhaitent la victoire de la droite.

 

Quatorze points d’écart, la préférence pour la gauche est nette. Cependant, ne nous y trompons pas, les souhaits de victoire ne sont pas des intentions de vote… Ainsi, en septembre 2005, une majorité de Français se prononçaient pour la victoire de la gauche, à 52% contre 40% qui disaient leur préférence pour la droite, ce qui représentait un avantage de douze points en faveur de la gauche. Moins de deux ans après, Nicolas Sarkozy l’emportait à 53% des voix.

Cliquez ici pour agrandir

L’enseignement de l’enquête Sofres porte notamment sur le fait que 23% de Français répondent « ni l’une ni l’autre » à la question précise : à l’élection présidentielle de 2012, souhaitez-vous la victoire de la gauche ou la victoire de la droite ? Alors que cette réponse n’est pas suggérée. Et que 21% se disent « sans opinion ».  Soit un total de 44% d’indécis à huit mois du premier tour de l’élection présidentielle.

Cliquez ici pour agrandir

Cliquez ici pour agrandir

Fait notable, l’analyse de l’enquête dans le détail permet d’observer une constante : l’électorat de gauche est plus mobilisé pour son camp que celui de droite. Certainement qu’il est plus enthousiasmant de se mobiliser pour la conquête du pouvoir que la défense d’un bilan. Les sympathisants du PS sont pour la victoire de la gauche à 81% contre un total d’indécis (sans opinion + ni l’un ni l’autre) de 15%. A droite, 61% des sympathisants UMP « seulement » sont pour la victoire de leur camp et les indécis sont deux fois plus nombreux qu’à gauche, à 33%.

Le détail des résultats concernant les sympathisants d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) met en lumière qu’une courte majorité, 51%, d’entre eux souhaitent la victoire de la gauche en 2012 (contre seulement 1% pour la droite). Mais 48 % des sympathisants d’EELV, soit près de la moitié ne choisissent pas entre la droite et la gauche à ce jour. Au Front National, les sympathisants illustrent une indétermination bien plus forte car si 33% d’entre eux souhaitent la victoire de la droite et 13% de la gauche, 54% d’entre eux n’ont pas d’avis tranché. Parmi ces 54% d’indécis, 34% ne souhaitent pour le moment ni la victoire de la gauche, ni celle de la droite. Comme un écho au positionnement de la présidente du Front national qui déclare que son parti n’est ni de droite ni de gauche, même s’il est important de souligner que les sympathisants sont trois fois plus à souhaiter la victoire de la droite que celle de la gauche.

Enfin, si l’on isole des duels (sur le total des sondés qui se sont prononcés pour un souhait de victoire droite ou gauche et donc en excluant les indécis), la gauche devance la droite en souhait de victoire dans l’ensemble des tranches d’âge, sauf… chez les 65 ans et plus (28 pour la droite, 27 pour la gauche.).

Pour la droite, l’équation est simple : il s’agit de séduire et convaincre la part importante des indécis que sont les déçus du sarkozysme. En s’appuyant sur ses points forts que sont les plus âgés, les catégories populaires et les sympathisants de droite. En somme, le socle électoral qui avait fait la victoire de Nicolas Sarkozy il y a (presque) 5 ans.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !