Vote blanc : une reconnaissance après les élections municipales | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Vote blanc : une reconnaissance après les élections municipales
©

Petits papiers

Vote blanc : une reconnaissance après les élections municipales

Le Parlement a adopté la proposition de loi de l'UDI, qui permettra de distinguer les bulletins blancs des bulletins nuls. Pour autant, ils ne compteront pas comme des suffrages exprimés.

Jusqu’à présent comptés avec les bulletins nuls, les bulletins blancs seront désormais comptabilisés à part. Le Parlement vient d’adopter définitivement, ce mercredi 12 février, une proposition de loi des centristes de l'UDI qui vise à reconnaître le vote blanc. Cette mesure entrera en vigueur le 1er avril 2014, au lendemain des élections municipales. Le Sénat vient ainsi d'adopter un texte, déjà adopté par l’Assemblée nationale en novembre.

Oui, mais. Si les bulletins blancs seront désormais comptés à part, dès le mois de juin, juste avant les élections européennes, ils ne feront pas partie des suffrages exprimés et ne pourront donc pas être intégrés aux résultats. Comme le souligne Libération, dans un article du 27 novembre, il n’y aura donc pas "de graphique, le soir d’une élection, avec le pourcentage de votes blancs à côté de celui de tel et tel candidat". 

A l'issue du vote, le rapporteur de la proposition de loi François Zocchetto (UDI-UC) s'est félicité de son adoption et a expliqué qu'elle constituait "une avancée dans la transparence de la vie démocratique [et] répond aux attentes de nombreux Français depuis de nombreuses années". Il a ajouté que "l'absence de reconnaissance de la voix de l'électeur qui se déplace pour accomplir son devoir civique était choquante en démocratie".

Lu sur Le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !