Variole du singe : l’OMS appelle à une action « urgente » en Europe face à l’envolée des cas | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Des agents de santé examinent les passagers arrivant de l'étranger pour détecter les symptômes de la variole du singe au terminal de l'aéroport international d'Anna à Chennai, en Inde, le 03 juin 2022.
Des agents de santé examinent les passagers arrivant de l'étranger pour détecter les symptômes de la variole du singe au terminal de l'aéroport international d'Anna à Chennai, en Inde, le 03 juin 2022.
©Arun SANKAR / AFP

Contaminations

Variole du singe : l’OMS appelle à une action « urgente » en Europe face à l’envolée des cas

L’Organisation mondiale de la santé souhaite que les pays européens augmentent « leurs efforts dans les prochaines semaines et mois pour éviter que la variole du singe ne s’installe dans une zone géographique plus grande ».

L’Organisation mondiale de la santé a appelé vendredi à une « action urgente » contre la variole du singe en Europe, face au triplement observé des cas depuis deux semaines sur le continent.

Le directeur régional de l’organisation sanitaire, Hans Kluge, a appelé les pays européens à « augmenter leurs efforts dans les prochaines semaines et mois pour éviter que la variole du singe ne s’installe dans une zone géographique plus grande. Une action urgente et coordonnée est impérative si nous voulons changer de cap dans la course contre la diffusion de la maladie », selon lui.

L’Europe compte désormais plus de 4.500 cas confirmés en laboratoire de variole du singe, soit trois fois plus que mi-juin. Cela correspond à 90 % des cas enregistrés dans le monde depuis la mi-mai, lorsque cette maladie jusque-là endémique seulement dans une dizaine de pays d’Afrique a commencé à se multiplier en Europe. Epicentre de cette nouvelle contagion, l’Europe compte 31 pays ou territoires ayant rapporté des cas.

Les cas de variole du singe peuvent ressembler à certaines infections sexuellement transmissibles conduisant à de mauvais diagnostics, selon les autorités sanitaires américaines.

Les experts de l’OMS avaient considéré il y a quelques jours la flambée des cas comme une menace sanitaire dont l’évolution était très inquiétante, mais sans atteindre pour le moment le stade d’une urgence sanitaire mondiale.

Sud-Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !