Un incendie chez OVH occasionne des dysfonctionnements pour de nombreux sites français | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Un incendie chez OVH occasionne des dysfonctionnements pour de nombreux sites français
©PHILIPPE HUGUEN / AFP

Tech

Un incendie chez OVH occasionne des dysfonctionnements pour de nombreux sites français

Dans la nuit du mardi 9 mars, à Strasbourg, un violent incendie s'est déclaré dans un bâtiment de stockage de serveurs informatique de l'entreprise.

Alors qu'OVH prépare son introduction en bourse, la société fait face à un évenement majeur : l'incendie d'un bâtiment hébergeant ses précieux serveurs informatiques. Un drame car selon le site spécialisé W3Techs, OVH héberge 3,2 % des sites Internet du Web.

Le feu s'est déclaré dans le quartier du Port du Rhin à Strasbourg vers trois heures du matin et une centaine de sapeurs-pompiers ont été dépéché afin d'éteindre les flammes. Deux heures et demie plus tard, le foyer a été maitrisé mais une grande partie des serveurs sont partis en fumée occasionnant ainsi des dysfonctionnements pour de nombreux site web français. La préfecture a indiqué aussi qu'aucune pollution toxique n'avait été détectée.

Dans la centaine de sites touchés on compte le spécialiste français de trading de bitcoins Coinhouse, le Centre Pompidou, ceux des villes de Vichy, d'Arras ou de Saint-Ouen, City Scoot et même la plateforme gouvernementale de données publiques data.gouv.fr. Néanmoins, ce dernier est à nouveau accessible depuis le début de cette matinée. 

Il y a quatre ans, ce même bâtiment avait subi une panne d'alimentation avec des répercussions considérables pour un grand nombre de victime. L'hébergeur s'était alors empressé de rassurer ses utilisateurs en leur proposant une indemnisation. 

BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !